Mots frontières, mots des frontières. 13 mai 2020

Dernière séance du séminaire DIU H2M & LIMINAL, coordonné par M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

Mots frontières, mots des frontières

Séminaire confiné en vidéo-conférence, 13 mai 2020 à partir de 17h-20h,  avec :

  • Aman Mohamed Said (H2M) – Mots frontières, des frontières en tigrinya
  •  Hayatte Lakraâ (LIMINAL) – « Mots frontières » et « Frontières des mots » : questionner, traduire, interpréter les récits de vie des exilés au Home Office « 
  • Présentation de Traduire l’exil, dossier de la revue Plein Droit, mars 2018 (dont « Traduire l’exil, l’enjeu central des langues » de/avec A. Galitzine-Loumpet & M.C. Saglio Yatzimirsky  et  « Bricolages langagiers » de A. Bathaie, B. Parvaz Ahmad, R. Sidiquhallah avec Azita Bathaie et Bénédicte Diot Parvaz Ahmad 
  • Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Alexandra Galitzine Loumpet, Azita Bathaie : Le « Vocabulaire de la migration », base de données de l’ANR LIMINA

Image du bandeau : Accès aux droits des mineurs, panneau en tigrinya, rue des Verrotières, Calais juin 2017 (cliché AGL)

Présentation des intervenant.e.s

Azita BATHAIE a soutenu sa thèse d’anthropologie à l’Université Paris Nanterre en 2012 (LESC). Son enquête mutli-terrains en Iran, en Grèce et à Paris, a permis de montrer l’importance des mobilités dans la construction de la personne et dans les transformations des relations de parenté et de genre. Lauréate de la Bourse Fernand Braudel (2014) et accueillie au Zentrum Moderner Orient (Berlin), elle a développé une étude sur le rôle des émigrés afghans de « retour » à Kaboul dans la (re)construction de l’Afghanistan. Post doctorante (2015-2017) à l’Université Aix-Marseille, (IDEMEC, LabexMed) elle a développé, à partir de l’exemple de l’île de Lesbos (Grèce), une analyse de la fabrique de la frontière avec les différents acteurs. Ses recherches postdoctorales depuis 2015 se sont ainsi élargies à tous les acteurs des migrations en Europe : migrants, demandeurs d’asile, réfugiés, passeurs, société civile, praticiens des associations et des ONG en France et en Grèce, douaniers nationaux et européens (Frontex), acteurs politiques au niveau local, national et européen. Pour LIMINAL est participe activement à la constitution de la base lexicale ainsi qu’à l’analyse des inscriptions en dari. Elle intervient également sur la méthodologie d’une anthropologie des terrains de la migration

Hayatte LAKRAA enseigne au Modern Language Centre à King’s College, Londres. Titulaire d’un Doctorat en Littérature Comparée sur les « identités musulmanes » dans le roman féminin anglophone et francophone après le 11 septembre 2001, elle s’intéresse aux processus de création artistique et aux situations langagières en contexte de migration. Elle a publié notamment « Im/Mobility, Power, and In/Visible Refugees » dans l’édition spéciale Postcolonial Text (décembre 2017), « Entre subjectivation et dé-subjectivation : La “crise de la parole“ face à l’expérience de l’exilé » (avec Siamak) (Subjectivités face à l’exil, Journal des Anthropologues, déc. 2018). Hayatte a également présenté « Narratives of Mobility and Mobile Narratives : Literary and Visual expression of Migration across camps in Northern France » (Université de Lancaster, 2017) et « Welcome to the Jungle ! Subversion and Cultural Representations in the Calais Camp » (Université de Manchester, 2017). Elle collabore avec le projet  « ARISE : Analysing Refugee Inclusion in Southern Europe » et le « Migration Research Group » de King’s College, Membre de LIMINAL, elle mène des terrains à Calais, Douvres et Londres.

Aman MOHAMAD SAID est un jeune homme d’origine érythréenne, né  à Asmara. Il a fait ses études au lycée Hadnet secondary school et est arrivé en France en 2015. En 2018 et 2019, comme interprète et médiateur à Calais, il a travaillé avec le Secours catholique (projet de radio Calais Border Broadcast, projet de mode et de recyclage, maraudes), la Cabane Juridique et Médecins du Monde (droit des personnes dans le centre de rétention administrative), le Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues, le Planning Familial (sensibilisation aux problèmes de santé sexuelle), Refuges Youth Services (droits des mineurs isolés), Art Refuge UK (la résilience et l’art comme thérapie), la Plateforme de Service aux Migrants (le pouvoir d’agir et la valorisation des paroles des personnes exilées). La plupart des ces dernières activités étaient aussi menées en concertation/collaboration avec le Secours catholique. En 2020, il a travaillé comme interprète et médiateur avec les associations partenaires à la mise en place de « l’espace » à Villeurbanne (Lyon), un lieu d’accueil, d’échange et d’expression ouvert à toutes les personnes concernées par la migration et visant à soutenir le lien social et la santé mentale. Formation : pour l’année scolaire 2019-2020, il suit dans le cadre du Diplôme inter universités (DIU) de Paris-Descartes et de l’INALCO, Hospitalité, médiations, migrations (H2M). Il parle couramment le tigrinya et le tigré (langues maternelles), parle très bien l’arabe, assez bien le français et l’anglais, et un peu l’amharique.

Bénédicte DIOT-PARVAZ AHMAD vient du monde professionnel de l’interprétation et de la traduction spécialisée. Elle est chercheuse associée, enseigne à l’Inalco ainsi qu’à l’ESIT. Elle s’intéresse à différents champs de la traductologie qui visent tous à améliorer la traduction et l’interprétation dans les services publics. Parmi ces champs, elle a travaillé sur la phraséologie et les genres textuels, avec la création de ressources linguistiques pour la traduction et l’interprétation dans des combinaisons de langues peu documentées. Ce fut le sujet de sa thèse en sciences du langage intitulée « Production de ressources linguistiques pour l’aide à la traduction de la procédure pénale en hindi, ourdou et français ». Autre champ de recherche, celui des usages langagiers dans les services publics ainsi que la professionnalisation des interprètes qui sont appelés à y travailler. Elle a à ce titre communiqué dans différents colloques et participé à des tables rondes (table ronde « Traduction de la demande d’asile », barreau des avocats de Paris 2019 ; colloque « Langues et langages juridiques », Bordeaux 2019 ; « Traduire en Justice », Paris 2018 ; Congrès Mondial de traductologie, Paris 2017). Son domaine linguistique s’étend à l’Asie du Sud. Dans le cadre du projet LIMINAL, elle travaille sur le recensement des usages lexicaux des migrants ourdouphones. Elle enseigne également l’interprétation dans les services publics aux étudiants du DIU H2M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.