Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (3) : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 mars 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

avec :

  • Maureen CLAPPE (doctorante, Pacte Grenoble)
  • Mariam GUEREY (médiatrice, Secours Catholique Calais)
  • Moussa El-MAHADY (porte-parole et relais communautaire soudanais dans le camp de Calais)

Séance coordonnée par Yasmine Bouagga (Sociologue, CNRS)

Argumentaire :

De plus en plus, les associations qui travaillent auprès des migrants soulèvent la question de leur participation. L’enjeu n’est pas seulement de communiquer de l’information par des médiations linguistiques ou non-verbales, mais de leur permettre de faire entendre leur voix, pour faciliter les interactions avec les salariés ou bénévoles associatifs, pour résoudre des conflits entre les migrants, ou pour rendre possible un dialogue avec les autorités locales ou nationales. Qui représente qui et comment ? Comment s’organisent ces médiations et quelles sont leurs limites ? C’est ce que se propose d’explorer cette séance du séminaire Liminal.

Présentation des intervenants : 

MARIAM GUEREY est médiatrice au Secours Catholique de Calais. D’origine marocaine et arabophone, elle intervient auprès des exilés pour apporter secours humanitaire et aider à l’accès au droit. Le contexte calaisien a connu d’importantes transformations au cours des dernières années, marquées par l’alternance entre des situations d’errance pour les migrants, et l’installation dans des lieux de vie plus ou moins précaires ou officiels. Le travail de médiation entre les communautés a dû d’adapter à ces situations, ainsi qu’à la diversité des langues parlées par les migrants (arabe soudanais, pashtoune, tigrinya, kurde…). Mariam Guerey reviendra sur les différentes approches de la médiation, notamment à travers l’expérience des « relais communautaires ».

MOUSSA EL-MAHADY est réfugié soudanais à Béthune. Présent dans la « Jungle » de Calais en 2016, il a été désigné comme l’un des relais communautaires soudanais et a participé à représenter les migrants auprès des associations et des pouvoirs publics. Face à la diversité des groupes soudanais, originaires de différentes régions et locuteurs de différentes langues, il s’est posé en porte-parole commun pour négocier des conditions d’accueil favorables en France. Sollicité pour aider à la résolution d’une diversité de problèmes dans les « centres d’accueil et d’orientation », après le démantèlement de la « jungle », son point de vue est unique pour comprendre les « bricolages » auxquels les migrants ont recours lorsqu’ils n’ont pas accès à un interprète sur leur lieu de vie. 

MAUREEN CLAPPE est doctorante à l’Université Grenoble Alpes, PACTE. Interpréter la demande d’asile : le rôle des « leaders » dans la médiation entre associations et demandeurs d’asile”. Cette communication étudie le  rôle des interprètes bénévoles en associations, et la manière dont ceux-ci font le lien ou non entre les associations et les demandeurs d’asile eux-mêmes. De quelles manières ces personnes parviennent-elles à capter un pouvoir qui les met en position de contact / d’interface avec des acteurs institutionnels ? Comment intègrent-elles le cadre de la procédure d’asile et participent-elles à la diffusion de ses normes, de ses valeurs et de ses objectifs ? Cette communication vise à rendre compte de leur double posture : celle d’interlocuteur privilégié pour les institutions et celle de porte-parole pour les demandeurs d’asile, par qui ils sont légitimés.

Séance organisée par Yasmine Bouagga, chargée de recherche au CNRS (Triangle/ ENS-Lyon), membre du Programme LIMINAL. Y. Bouagga a participé à l’ouvrage collectif Dans la Jungle de Calais (éd. PUF, 2018), elle a coordonné l’ouvrage De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps (éd. Passager Clandestin, 2017), et collaboré avec Lisa Mandel pour les chroniques en bande-dessinée Les nouvelles de la jungle (éd. Casterman, 2017).

Lisa Mandel (2017) Courtoisie

Dessin  : Lisa Mandel (2017), avec son aimable autorisation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.