TARHIL-TRANSFERT / Nisrine Al Zahre & Yasmine Bouagga

« Vous allez donner vos empreintes, et après vous allez être transférés », c’est ainsi que la procédure est résumée aux migrants par les agents de l’OFII[1], assistés d’un interprète en dari/pashtoune et d’un interprète en arabe. Après la séance d’information collective, un médiateur du centre, arabophone, commente le manque de renseignements fournis aux migrants, et  les choix de traduction de l’interprète : « je lui ai fait la remarque, on dit pas ‘tarhil’, c’est déportation, c’est expulsion. C’est violent ! »

Dans le centre de la Porte de la Chapelle (CPA), qui accueillait les personnes nouvellement arrivées voulant demander l’asile et organisait leur transfert vers des centres d’hébergement ailleurs en France,  le « transfert » était traduit, en arabe, parfois par une arabisation du mot (transfir), parfois par une périphrase (« vous allez prendre le bus »), ou encore par le terme tarhil.

Tarhîl en arabe vient de la racine (r.h.l) qui est lié au champ sémantique du départ. Rihla signifie « voyage, trajet ». Mais dans tarhîl, la construction grammaticale désigne un mouvement de force, il y a un agent externe qui a fait partir quelqu’un, ce serait comme, en français : « se faire partir (par quelqu’un) ». La forme impérative irhal était utilisée dans les manifestations des printemps arabes pour signifier aux gouvernants de « dégager ».  Le terme tarhîl est employé au sujet de déplacements forcés : expulsions, déportations. Un quartier informel de Nouakchott porte ce nom, il est peuplé de personnes transférées de force à la périphérie de la ville, en bordure du désert. Une variante de tarhîl, bâtie sur le même gabarit, tahjîr, désigne depuis soixante-dix ans l’exode forcé des Palestiniens arrachés de leurs terres après la fondation de l’Etat d’Israël.

 

Le choix de traduire « transfert » par tarhîl apporte alors une connotation négative au transfert proposé aux migrants vers des lieux d’hébergement. Cette connotation est d’autant plus dommageable que peu d’informations leur est donnée, accentuant l’inquiétude. Les médiateurs eux-mêmes ne savent souvent pas à l’avance quelle est la destination des bus quittant le centre de premier accueil. De plus, ils ne savent pas ce qui va advenir des migrants, selon leur situation administrative : les demandeurs d’asile « dublinés » sont souvent envoyés dans des centres différents de ceux en « procédure normale ». Difficile alors d’employer une terminologie qui rassure. « On ne connaît même pas les endroits vers lesquels on les transfère ! » déplore un autre médiateur arabophone du CPA. Il n’est pour autant pas plus simple d’employer des termes anxiogènes, alors que le transfert représentait l’opportunité unique d’accéder à un hébergement pour ces demandeurs d’asile. Ne pas se présenter au bus signifie devoir quitter le centre provisoire sans solution. « S’ils refusent le transfert, alors on les met en ‘fin de prise en charge’ », expliquent les médiateurs. Parfois, des personnes transférées vers un lieu d’hébergement et, ensuite, « dublinées » vers un autre pays, reviennent en France et se présentent à nouveau pour être mises à l’abri, prises dans un cycle de transferts incertains et sans maîtrise de leurs parcours.

Le transfert, en pratique, peut donc recouvrir une diversité de traitements : l’attribution d’une place d’hébergement, dans un lieu plus ou moins éloigné, ou le renvoi forcé vers un autre pays. Les interprètes professionnels, ou les médiateurs et bénévoles faisant office, sur le terrain, d’interprètes, sont confrontés aux mesures contradictoires de protection ou de répression dont les migrants peuvent faire l’objet, et les hésitations terminologiques révèlent la difficulté de traduire en situation d’incertitude. Le terme de tarhîl employé pour traduire les « transferts » est choquant par la dimension de violence qu’il contient,  mais il révèle aussi, mieux que son équivalent français relativement neutre et technique, les contraintes auxquelles les migrants sont soumis, et l’expérience de violence qu’ils peuvent ressentir.

Nisrine Al-Zahre (EHESS-CéSor, LIMINAL) & Yasmine Bouagga (CNRS –Triangle,  LIMINAL)

[1] Office Français de l’Immigration et de l’Intégration, agence étatique en charge de l’accueil des demandeurs d’asile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.