Membres de l’équipe

Membres de l’équipe LIMINAL

(par ordre alphabétique – mise à jour mai 2019)

AL ZAHRE Nisrine (membre axe 2)

Docteur en linguistique formelle depuis 2003, Nisrine Al Zahre s’intéresse dans son enseignement et dans sa réflexion théorique à la socio-linguistique, au plurilinguisme, à la violence et à la domination linguistique. Elle est, par ailleurs traductrice et vient de traduire en arabe « La mémoire collective » de Maurice Halbwachs. Elle intervient depuis 2014 dans différents contextes de traduction, auprès des immigrés arabophones en France. En juillet 2016, elle a témoigné dans un texte paru dans la revue Esprit “tout nu, la tête haute”, de la violence linguistique que subissent les immigrés au sein de l’administration.

BATHAIE Azita (membre axe 1)

Azita Bathaie a soutenu sa thèse d’anthropologie à l’Université Paris Nanterre en 2012 (LESC). Son enquête mutli-terrains en Iran, en Grèce et à Paris, a permis de montrer l’importance des mobilités dans la construction de la personne et dans les transformations des relations de parenté et de genre. Lauréate de la Bourse Fernand Braudel (2014) et accueillie au Zentrum Moderner Orient (Berlin), elle a développé une étude sur le rôle des émigrés afghans de « retour » à Kaboul dans la (re)construction de l’Afghanistan. Post doctorante (2015-2017) à l’Université Aix-Marseille, (IDEMEC, LabexMed) elle a développé, à partir de l’exemple de l’île de Lesbos (Grèce), une analyse de la fabrique de la frontière avec les différents acteurs. Ses recherches postdoctorales depuis 2015 se sont ainsi élargies à tous les acteurs des migrations en Europe : migrants, demandeurs d’asile, réfugiés, passeurs, société civile, praticiens des associations et des ONG en France et en Grèce, douaniers nationaux et européens (Frontex), acteurs politiques au niveau local, national et européen. Pour LIMINAL est participe activement à la constitution de la base lexicale ainsi qu’à l’analyse des inscriptions en dari. Elle intervient également sur la méthodologie d’une anthropologie des terrains de la migration .

BOUAGGA Yasmine (membre axe 1)

 Yasmine Bouagga est chargée de recherche en sciences sociales au CNRS (Triangle/ ENS-Lyon, section 40). Ses enquêtes, qui s’ancrent dans une approche de socio-anthropologie du politique, ont porté sur la prison et sur les camps de réfugiés. Depuis 2016 elle mène une enquête sur les politiques d’asile et expériences migratoires en contexte de crise, à partir d’une recherche à Calais. Elle a coordonné l’ouvrage collectif De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps (éd. Passager Clandestin, 2017) ; contribué à l’ouvrage collectif La Jungle de Calais (dir. Michel Agier, PUF, 2018); et publié également « Calais, carrefour des solidarités citoyennes » (revue Mouvements, 2018). Arabophone, elle avait également travaillé auparavant sur un camp de réfugiés palestiniens en Syrie (« Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens » in Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville, dir. Jean-Claude David et Thierry Boissière, éd. IFPO, 2014). 

CASELLA-COLOMBEAU Sara (membre axe 1)

Sara Casella-Colombeau est chercheuse postdoctorante à l’Université d’Édimbourg. Elle a soutenu en décembre 2013 une thèse de science politique sur les transformations de la police aux frontières. Elle a ainsi travaillé sur les conséquences de la levée des contrôles aux frontières internes de l’espace Schengen dans les années 1990. À ce titre elle s’est intéressée aux contrôles que la police continue d’exercer à la frontière franco-italienne entre Menton et Vintimille. Sara Casella Colombeau a donc menée une enquête de terrain à cette frontière à la fois en « temporalité ordinaire » (en 2008 et 2009) et en temporalité de « crise » depuis que ces contrôles se sont renforcés en  juin 2015. Elle est impliquée dans le projet BABELS financé par l’ANR et dirigé par Michel Agier. Elle a publié en 2015, “Policing the internal Schengen borders– managing the double bind between free movement and migration control” dans Policing & Society.

DIOT-PARVAZ AHMAD Bénédicte (membre axe 2)

Bénédicte Diot-Parvaz Ahmad est titulaire d’un master professionnel Traduction, Rédaction et Médiation multilingue, spécialité hindi (2014, Inalco) ainsi que d’un master recherche en Sciences du langage sur la traduction judiciaire entre le hindi et le français (Inalco, 2016).Elle a également été interprète et traductrice en hindi, urdu et pendjabi dans le secteur médico-social (2006-2009), et est interprète pour l’OFPRA, la CNDA et divers CADA (2009-2016) et interprète expert près la Cour d’Appel de Paris depuis 2009 puis traductrice expert depuis 2012. Chargée de cours à l’Inalco en hindi depuis 2012, elle est effectue une thèse sur l’élaboration d’un glossaire multilingue du droit pénal en hindi, urdu, pendjabi et français.

DOYEN Pauline (membre axe 1)

Ancienne élève de Sciences Po Paris, Pauline Doyen est actuellement chargée de mission à la Direction de l’Urgence chez France Terre d’Asile Elle travaille activement aux médiations avec les migrants. Pour LIMINAL , elle est auteur d’un état des lieu des guides disponibles (juin 2018), et participe avec Marin Marx-Grandebeuf à la production des guides pour demandeurs d’asile dans plusieurs langues. Elle a par ailleurs une analyse approfondie des terrains nord parisiens.

GALITZINE-LOUMPET Alexandra (coordinatrice scientifique adjointe, coordinatrice axe 1)

Alexandra Galitzine-Loumpet est anthropologue, docteur de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. MCF à l’Université de Yaoundé I (Cameroun) de 1995 à 2008 et travaille sur la culture matérielle en lien avec la mémoire et le politique. De retour en France, elle a notamment assuré la coordination l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique 2011-2015). Depuis 2011, ses travaux portent également sur les objets dans la migration et l’exil et l’expérience de l’exil. Co-fondatrice du programme de recherche Non-lieux de l’exil, qu’elle dirige depuis janvier 2016, elle co-dirige (avec P. Stockinger) le programme Migrobjets, Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public (Inalco), a effectué des terrains de recherche à Calais entre Janvier et juin 2016, et co-dirigé le stage doctoral USPC (juin 2016 et 2017).  Elle a coordonné (avec M.C. Saglio Yatzimirsky) le hors série “Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs” (Journal des Anthropologues, déc. 2018). Parmi ses publications : « Exil (Objets) », Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas (eds.), Peter Lang eds. 2014, pp.188-202 , ;  « Habiter l’exil : le corps, la situation, la place », Décamper, de Calais à Lampedusa, S. Lequette et D. Le Vergos dir., Edition La Découverte, pp. 116-129 ;  « De la solitude dans la communauté de l’exil : expériences de Calais », Quand la violence isole, Mémoires 68, déc. 2016, Centre Primo Levi, pp.12-13.. Elle dirige, avec d’autres, le séminaire EHESS Non-lieux de l’exil.

GEBRIM Ana ( Membre axe 1 du 1er novembre 2017 au 30 mai 2019)

Ana Gebrim est psychanalyste et sociologue. Titulaire d’une licence en sociologie et d’un master recherche en sociologie clinique et psychosociologie à l’Université Paris Diderot, elle a préparé une thèse  en cotutelle  INALCO /Université de São Paulo sur le thème de la clinique avec des réfugiés au Brésil (dir. MC Saglio-Yatzimirsky). A São Paulo, elle intervient en tant que clinicienne depuis plusieurs années auprès des personnes migrantes issues des contextes de violences. Elle a travaillé dans l’équipe de santé mentale de Caritas au Brésil, et a été consultante du CICR (Comité International de la Croix Rouge). Depuis 2013 elle est membre du groupe Veredas – Psychanalyse et Migrations à São Paulo. Entre Novembre 2017 et février 2018 elle a accompagné le groupe de recherche LIMINAL sur le terrain du Centre de Premier Accueil de La Chapelle. 

HAQUE Shahzaman (membre axe 2)

Shahzaman Haque est enseignant-chercheur d’urdu à l’Inalco, et poursuit actuellement des recherches consacrées à la politique linguistique familiale, nationale, et éducative au sein des pays européens. Il s’intéresse à la place et rôle de l’urdu dans la diaspora parmi les familles indiennes et pakistanaises. Parmi ses publications : “Place des langues sacrées chez les immigrants indiens en Europe : quelles compétences, quels rôles et quels usages ? ”, Langage & Société, n°150, pp. 15-32, 2014. ; “Toward an identity stress : Language and religious affiliations of an immigrant adolescent in Norway”, Nordic Journal of Migration and Research, 2, 3, 224-231, 2012 ; “Migrant family language practices and language policies in Finland”, Apples-Journal of Applied Language Studies, 5, 1, 49-64, 2011 ; “Transmission des langues natives aux deuxièmes générations : le cas de la diaspora indienne en Europe nordique et occidentale”, in, Matthey M., Fibbi R., éds, La transmission intergénérationnelle des langues minoritaires, Travaux neuchâtelois de linguistique, 52, 29-50, 2010.

JAFARI Belgheis (axes 1 et 2)

Chercheur-enseignante afghane, de Kaboul, venue en France sur un programme PAUSE (Collège de France). Auteur d’une thèse sur La constitution de l’imaginaire de l’Afghanistan dans les récits de voyage des XIXe et XXe siècles à l’Université François-Rabelais de Tours, Belgheis  Jafari est spécialiste des migrations en Afghanistan. Elle a travaillé à Afghanistan Center at Kabul University (ACKU) dans un projet international de recherche sur la migration proposé par City, University of London, et étudié les représentations de la migration dans la culture populaire afghane. Elle a donné une conférence dans le cadre de LIMINAL intitulée  « les Migrations en Afghanistan : Culture, Décisions et Politiques », en juin 2018. Elle parle couramment dari, français, anglais. Pour LIMINAL, elle  travaille autour  des  représentations de l’exil chez les migrants contemporains.

KUNTH Anouche (membre axe 1)

Anouche KUNTH est historienne, docteur en Histoire et Civilisations de l’EHESS, chargée de recherche au CNRS (Migrinter). Ses travaux abordent le génocide des Arméniens ottomans (1915-1917) depuis ses multiples retombées humaines, cherchant à rendre compte du retentissement que l’événement a longtemps continué d’avoir sur les sujets violentés. L’enquête porte sur les configurations sociales de l’après, marquées par l’exil forcé des survivants, la quête incertaine de parents à travers le monde, le ressassement du passé dans le cercle privé en contrepoint du silence politique qui a longtemps entouré le crime. L’intériorisation de la violence subie est l’une des intrigues que le cas arménien donne particulièrement à penser, posant avec force la question des médiations possibles pour dire, parler, traduire, transmettre une expérience enclavée. Anouche Kunth est notamment l’auteur de : Exils arméniens. Du Caucase à Paris (1920-1945), Paris, Belin, Coll. Contemporaines, 2016. Elle coordonne, avec l’anthropologue C. Makaremi, un séminaire à l’EHESS intitulé : « Violences de masse : enquêter par l’intime. Sources, méthodes, épistémologie ».

 LAKRAA Hayatte (membre axe 1)

Hayatte Lakraâ enseigne au Modern Language Centre à King’s College, Londres. Titulaire d’un Doctorat en Littérature Comparée sur les « identités musulmanes » dans le roman féminin anglophone et francophone après le 11 septembre 2001, elle s’intéresse aux processus de création artistique et aux situations langagières en contexte de migration. Elle a publié notamment “Im/Mobility, Power, and In/Visible Refugees” dans l’édition spéciale Postcolonial Text (décembre 2017)”,  “Entre subjectivation et dé-subjectivation : La « crise de la parole » face à l’expérience de l’exilé” (avec Siamak) ( Subjectivités face à l’exil, Journal des Anthropologues déc. 2018). Hayatte a également présenté “Narratives of Mobility and Mobile Narratives : Literary and Visual expression of Migration across camps in Northern France” (Université de Lancaster, 2017) et “Welcome to the Jungle ! Subversion and Cultural Representations in the Calais Camp” (Université de Manchester, 2017). Dans le cadre du projet “ARISE: Analysing Refugee Inclusion in Southern Europe” et en partenariat avec le “Migration Research Group” à King’s College, Hayatte se rendra en Italie pour rencontrer les différents acteurs impliqués en situation de crise migratoire et humanitaire.  Pour LIMINAL, elle mène des terrains à Calais, Douvres et Londres.

LECUYER Laurence (membre axe 1)

Laurence Lécuyer est doctorante en anthropologie sociale à l’Inalco, sous la direction de M-C. Saglio Yatzimirsky. Plusieurs années d’immersion dans de nombreux pays lui ont permis l’acquisition de langues de familles diverses, dont l’urdu/hindi, l’arabe, le malais, l’espagnol, l’anglais, le shi maoré, le malayalam. Ces compétences linguistiques et des connaissances anthropologiques transversales lui permettent de régulièrement œuvrer auprès de demandeurs d’asile à Paris, dans un contexte de « crise migratoire », mais aussi dans son village des Alpes, Barcelonnette, où a été ouvert récemment un CAO. Elle y observe les interactions entre populations immigrées et population locale. 

MAHROUG Naoual (membre axe 1)

Doctorante contractuelle en anthropologie à Paris Descartes (Cerlis) depuis novembre 2017, Naoual MAHROUG s’intéresse dans le cadre de sa thèse aux expériences des sujets qui demandent l’asile. Précisément, une attention est portée aux façons dont ceux-ci traversent la bureaucratie de l’asile. À l’appui d’une méthodologie ethnographique, plusieurs terrains situés en région parisienne sont menés (centre d’hébergement, permanences juridiques, files/salles attente préfecture, cour nationale du droit d’asile). Durant le master, elle s’est intéressée aux co-constructions du récit d’asile sous différentes formes, tout au long de la procédure de demande d’asile. Cette recherche a abouti à la rédaction d’un mémoire intitulé Des fabriques de récits d’asile : pour quels processus de fabrication des histoires d’asile ?  Elle participe activement au terrain que l’équipe LIMINAL poursuit dans le CHUM d’Ivry.

 MARX-GRANDEBEUF Marin (membre axe 1)

Marin Marx-Gandebeuf s’intéresse aux questions migratoires de terrain depuis 2015. Etudiant en M2 à l’Inalco (dir. de mémoire MC Saglio-Yatzimirsky), il est coordinateur du Guide  de la demandeuse et du demandeur d’asile à Paris. https://guideasile.wordpress.com et président de l’association Watizat. Il travaille activement pour LIMINAL à une meilleure connaissance du terrain (en particulier terrain nord parisien et Briançon) et aux ressources et besoins de médiation/traduction.

MOGHANI Amir (coordonnateur axe 2)

Amir Moghani est MCF à l’Inalco, membre du Centre d’étude et de recherche sur les littératures et les oralités du monde (CERLOM). Enseignant référent pour le Farsi à l’Inalco depuis 2007, il est spécialiste de traductologie (théories et didactique des métiers de la ‎traduction), de didactique du persan langue étrangère et de communication interculturelle. Il a été directeur du département Eurasie de l’Inalco et membre du CNU, 15e section (2011-2016). Depuis 2008 Depuis 2008, il a mis en place puis co-dirigé le Master TRM, qui forme aux métiers de la traduction dans des langues dites « rares ». Il est également traducteur : Sh. Meskoob, Partir, rester, revenir, Actes Sud, 200 p., S. E. Nabavi, Couloir n° 6, Actes Sud, F. Ebrahimi, Monsieur Samovi, un demandeur d’asile optimiste, NRF, n° 568, pp. 192-203. Kh. Nawisa, Bonjour douleur, L’Aube, Parmi ses principales publications : Lectures persanes (avec C. Balay)‎, Éditions Asiathèque, 2015, ; Actes du colloque international «Les traces du traducteur » (avec M. Nowotna)‎, Éditions de l’INALCO, 2010.

NEGA Delombera (membre axe 2)

Delombera Negga est docteur en linguistique, spécialiste de l’amharique. MCF en langue et linguistique amhariques à l’INALCO, elle est membre de l’unité de recherche Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations (PLIDAM) et co-responsable de l’Axe 3 « Lexique et traduction : quelle didactique ». Elle est également directrice du Département Afrique et Océan indien et responsable de la Section d’études éthiopiennes à l’INALCO. Ses travaux de recherche en linguistique portent sur la description de la langue amharique et s’inscrivent dans le cadre théorique des opérations prédicatives et énonciatives (TOPE). Parmi ses dernières publications : (et. alii. 2016. Traduction et apprentissage des langues : entre médiation et remédiation, Paris, Ed. des archives contemporaines, 192 p. ; « əsti, un marqueur de politesse en amharique ? », « La politesse : données linguistiques – scripts culturels – implications didactiques », La revue des langues, cultures et sociétés, 2016 ; (avec Chan, D. et Szirmai, M. (eds.)). Language Policy, Ideology and Educational Practices in a Globalised World, Paris, Editions des archives contemporaines et L’Ethiopie dans le regard des autres (avec B. Volff) Paris : Les Presses de l’Inalco, à paraître en 2017(à paraître).

PAUWELS Anne (membre axe 2)

Anne Pauwels est Professeur de Sociolinguistique à la School of Oriental and African Studies (SOAS)  University of London. Elle s’intéresse aux langues en situation de migration : contacts de langue, conflits, problématiques socio-culturelles affectant les usages et maintien de langues en contexte de migration, développement d’inter-langues et malentendus communicationnels. Elle a publié 7 livres et une trentaine d’article directement en rapport avec LIMINAL. Elle a disposé de 5 financements de recherche sur le sujet des langues et des migrations à partir de terrains, dont sur des camps et campements de réfugiés. Elle travaille actuellement à une étude mondiale sur les pratiques multilingues des jeunes (financement AHRC, G-B).

PESTRE Elise (membre axe 1)

Elise Pestre est psychologue clinicienne auprès de personnes migrantes; elle supervise et forme des professionnels des champs de la santé et du social confrontés à des publics exilés en situation de précarité. Enseignante à l’UFR Etudes Psychanalytiques (Paris Diderot) elle est chercheuse au Centre de Recherches Psychanalyse Médecine et Société (CRPMS, EAD 3522, laboratoire membre du Labex Who Am I, Exploring Identity from molecules to individuals). Elle est auteure de La vie psychique des réfugiés, Payot, Paris, 2010 (Poche 2014) et responsable de divers programmes en France et à l’international axés sur la thématique exils et subjectivités, notamment Le malade étranger dans la relation de soin (en partenariat avec le Comede), ainsi qu’enseignante-chercheuse responsable du groupe doctoral « soin psychique » à Calais (2016) et à Paris (2017). Elle co-dirige le Centre d’Etudes de la Traduction (Paris Diderot, Institut des Humanités) qui sera impliqué dans le projet LIMINAL. Membre de la Commission Recherche (ex-Conseil Scientifique) de l’Université Paris Diderot, elle est aussi membre du Conseil de l’UFR Etudes Psychanalytiques et responsable de la Licence de psychologie. 

SAGLIO YATZIMIRSKY Marie-Caroline (coordinatrice scientifique, coordinatrice axes 2 et 4)

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, ENS Fontenay Saint-Cloud, HEC, agrégée de Sciences Sociales, est Professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), membre de l’Institut Universitaire de France (2009-2014), et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP sur l’exclusion sociale dans les mégapoles indiennes et brésiliennes-2007-2010) et le programme financé par l’Institut Universitaire de France et l’Université Sorbonne Paris Cité (COMUE) « Réfugiés, Villes, Santé Mentale » (CESSMA, U. Paris 13 (UTRPP), U. de Sao Paulo 2014-2015). Vice-présidente recherche de l’INALCO de février 2015 à février 2017, elle a impulsé la création de HAL-INALCO, et travaille sur des projets collaboratifs INALCO où elle préconise l’articulation systématique de la discipline et de la langue. Sur ses terrains d’enquête, elle emploie le hindi et le portugais brésilien. Elle participe activement aux actions scientifiques autour des migrants : responsable du  groupe doctoral USPC dans le Calaisis (juin 2016 et juin 2017) et terrains d’enquête à Calais et Grande Synthe, co fondatrice du programme Inalc’ER (formation aux étudiants réfugiés à l’INALCO ouvert en janvier 2017), coordinatrice du Cycle Migrations (série de conférences sur les situations de populations migrantes), etc. Outre ses ouvrages de références sur les bidonvilles, dont les modes d’urbanité et de sociabilité sont le fait de populations migrantes –Mega city slums : Social Exclusion, Space and Urban policies in Brazil and India, London, Imperial College Press, 2014 (avec F. Landy) ; Dharavi : from mega slum to urban paradigm, Delhi, London, Routledge, 2013 ; Intouchable Bombay, le bidonville des travailleurs du cuir, Paris, CNRS Editions, 2002-,  ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile

SIDIQULLAH  Rohullah (membre axe 2)

Rohullah Sidiqullah travaille actuellement sur un double Master SciencesPo/Inalco sur la question de système d’intégration des refugiés afghans intitulé The integration system in France: The social, cultural and administrative challenges and difficulties of Afghan refugees. Il est membre de l’association PLACE et membre de LIMINAL. Il a travaillé dans le système d’intégration en Norvège comme traducteur, enseignant de langue maternelle, en Afghanistan avec les organisations internationales comme UNDP, IRC (International Rescue Committee) et Afghanistan Peace and Reintegration Programme (éducation, paix et réconciliation). Il parle français, anglais, arabe, pashto, persan, urdu et norvégien.Pour LIMINAL, il travaille au lexique en particulier pour la traduction en pashto et éventuellement en dari, et intervient sur les questions de médiation avec  les migrants afghans (intervention table ronde du 15 février 2019 Inalco et intervention séminaire doctoral LIMINAL du 17 avril 2019).

STOCKINGER Peter (coordonnateur axe 3)

Peter Stockinger est Professeur des Universités en communication, culture and étude du langage, sémiotique, études des médias et modélisation des savoirs à l’INALCO, où il est également directeur du Département Communication et Formation Interculturelles (CFI). Il est membre du laboratoire PLIDAM. Ses sujets de recherche principaux sont les humanités numériques et la sémiotique, les médias, la communication interculturelle, les archives numériques audiovisuelles, la description de corpus vidéo, l’indexation, la modélisation, le développement d’ontologie. Il a créé les Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) et en est le coordinateur. Il a été partenaire scientifique de 15 projets de recherche européens. Il a publié 8 monographies, 10 ouvrages collectifs et possède 80 articles scientifiques à son actif (sémiotique, analyse de discours, média, modélisation des savoirs et des représentations). Parmi ses publications en lien avec le projet, on peut citer  Audiovisual Archives. Digital Text and Discourse Analysis. ISTE-John Wiley , (et. al).; Introduction to Audiovisual Archives. ISTE-John Wiley 2011 ; (av. S. Lalande, A. Beloued) Modélisation et formalisation RDFS/OWL d’une ontologie de description audiovisuelle ; in: Les Cahiers du Numérique, vol. 11-N°3, 2015, pp. 39 – 70.

TASSIN Louise (membre axe 1)

Louise Tassin prépare une thèse de sociologie sur la gestion publique-privée des centres de rétention administrative dans l’Union européenne à travers une étude de cas à Paris, à Lampedusa et à Lesbos (URMIS). Ces trois cas présentent l’intérêt de cristalliser trois formes de sous-traitance du contrôle migratoire à des acteurs non étatiques : à des entreprises privées pour la France, à des associations pour l’Italie et à des habitants pour la frontière gréco-turque. Louise Tassin a notamment publié « Les frontières de la rétention. Genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion », Critique internationale, 2016/3, n°72 ; « Lesbos, l’île aux grillages. Migrations et enfermement à la frontière gréco- turque », Cultures et conflits, 99-100, 2015 (avec Laurence Pillant) ; et, enfin, « Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermement des étrangers », Genèses, n°96, 2014.

TREFI GHANNAM Hala (membre axe 2)

Hala Trefi Ghannam est traductrice, interprète, médiatrice, formatrice FLE-FLI à la Chambre de Commerce de Strasbourg depuis 2016. Elle a été enseignante à la faculté des Lettres et  aux Relations Internationales et Sciences diplomatiques en Syrie jusqu’en 2011.

TRUCCO Daniela ( membre axe 1)

Daniela Trucco est docteure en Science politique de l’Université de Gênes  et de l’Université de Nice Sophia Antipolis, qualifiée aux fonctions de maîtresse de conférences en Science politique (CNU 04), Sociologie (CNU 19) et Langue et Civilisation Italiennes (CNU 14) et chercheuse associée au laboratoire ERMES (Université Côte d’Azur, EA 1198). Elle s’intéresse aux processus de construction des frontières sociales, juridiques et politiques de la « nation », à partir notamment du cas italien. Ses travaux portent sur deux objets principaux : le droit et les pratiques de l’acquisition de la nationalité italienne d’une part, et les actions collective et publique autour des frontières terrestres de l’Italie de l’autre. Au sein de l’ANR LIMINAL elle apporte sa connaissance du terrain relativement à la frontière franco-italienne des Alpes Maritimes, et s’intéresse en particulier aux profils, trajectoires et pratiques des médiateurs et médiatrices culturelles qui œuvrent à cette frontière, afin de questionner également les enjeux politiques et les processus de professionnalisation et d’institutionnalisation du médiateur. Elle est également membre de l’Observatoire des Migrations dans les Alpes Maritimes.

 YACOUBI Cherif (membre axe 1 )

Cherif Yacoubi est titulaire d’un master en anthropologie du monde Amazigh , à Bejaia en Algérie (2016). Après avoir exercé le métier d’enseignant de la langue Amazighe pendant un an en Kabylie, il a décidé en 2017, de préparer un master recherche en ethnologie à l’université de Paris-Descartes sur des problématiques liées à l’exil et aux exilés (« Les dynamiques identitaires au sein des campements informels à Paris”, sur l’expérience, le vécu et les formes d’organisation des exilés à Paris. Octobre 2018/ décembre 2018 ). Il intervient comme traducteur dans le cadre du projet Migrantour en partenariat avec l’Université de Paris-Descartes En janvier 2019 il rejoint l’équipe ANR LIMINAL comme stagiaire, dans lequel il a mené de différents terrains, sur les campements nord-parisiens, dans le CHUM d’Ivry  Emmaüs solidarité  et à la frontière franco-italienne (Briançon)  sur les interactions entre populations immigrées et population locale, sur les questions de l’accueil et de la prise en charge des personnes exilées,  et sur l’élaboration d’un lexique de l’exil.

Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations