Can the exile speak ?  Parler, traduire, restituer / Séminaire doctoral LIMINAL, 11 juin 2019

Prochaine  séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL / Inalco

Can the Exile speak ? Parler, traduire, restituer 

mardi 11 juin 2019, 17-20h, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

Entendre, est ce laisser parler ? Qui parle pour qui, avec qui, dans quels espaces politiques laissés, assignés ou conquis ? Quels sont les statuts des récits et des engagements des exilé.e.s  ? Jusqu’à quel point – et en quelles langues – ces paroles sont elles audibles,  notamment lorsqu’elles sont relayées ou portées par des tiers ?  A qui s’adressent-elles ? Interroger la place de la parole, de l’engagement, de la traduction n’engage pas seulement à penser la place de l’exilé.e mais aussi bien les pratiques et les politiques de restitution, au carrefour de la recherche scientifique, du témoignage et du militantisme.

Séance en collaboration avec le programme Non-lieux de l’exil

Pré-programme, d’autres intervenants ont été invités.

  • Michèle LECLERC-OLIVE (sociologue, CNRS-IRIS)
  • Claire LEVY-VROELANT (sociologue) autour de L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018)
  • Babak INANLOU (étudiant en exil, artiste)
  • Nicolas JAOUL (anthropologue, CNRS – IRIS) réalisateur du film “Beriz (Paris) – le temps des campements “ – présentation d’extraits du work in progress
  • Thamy AYOUCH   (psychanalyste, U.Paris Diderot)

Coordinatrices / Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Image du bandeau  issue de “Bériz. Le temps des campements”  documentaire de Nicolas Jaoul (c)

Présentation des intervenant.e.s : 

Thamy Ayouch est psychanalyste, Professeur des Universités (Paris Diderot), et a été « Professor Visitante Estrangeiro » (Universidade de São Paulo). Il travaille sur les interactions et dialogues de la psychanalyse avec l’anthropologie philosophique, la théorie politique, les études féministes, de genre, queer, postcoloniales et décoloniales.  Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais, portugais et espagnol, dont, notamment :      Merleau-Ponty et la psychanalyse. La consonnance imparfaite, Le Bord de l’eau, Paris, 2012 ; Psicanálise e homossexualidades: teoria, clínica, biopolítica  CRV, Curitiba, 2015 ;    Géneros, « cuerpos y placeres ». Perversiones psicoanalíticas con Michel Foucault , Letra Viva, Buenos Aires, 2015 et   Psychanalyse, hybridité, hybridations : devenirs mineurs. Genre, colonialité et subjectivation, Louvain, Leuven University Press, 2018.

Babak Inanlou est étudiant en exil en France depuis décembre 2015 et artiste. Il a publié plusieurs textes et poèmes et réalisé plusieurs courts documentaires .

Nicolas Jaoul est anthropologue politique, membre de l’IRIS, spécialisé sur la contestation des castes en Inde par les Dalits. Ayant reçu une formation en cinéma anthropologique, il a réalisé un film sur le mouvement des Dalit Panthers: “Sangharsh, le temps de la lutte” (Sister Production, 2018, 105 mn.). En 2015, il s’est engagé comme soutien sur les camps d’exilés de La Chapelle et a  filmé de l’intérieur cette mobilisation, qui constitue le sujet du film “Beriz, le temps des campements”, actuellement en cours de montage.

Michèle Leclerc-Olive est membre (CR1 honoraire CNRS) du laboratoire IRIS (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Enjeux Sociaux) de l’EHESS. Elle anime l’Atelier de Recherche et  de Traduction en Sciences Sociales dans le cadre duquel elle a traduit avec Cécile Soudan les principaux textes sur le temps de George Herbert Mead – La philosophie du temps en perspective(s), Éditions de l’EHESS (2012). Elle a consacré plusieurs publications à la traduction et au plurilinguisme. Elle travaille également sur l’expérience biographique, et plus précisément sur les événements biographiques et leurs mises en récit. Plusieurs publications jalonnent ce parcours, depuis Le dire de l’événement (biographique) paru en 1997, jusqu’aux articles plus récents, comme Des événements en souffrance, de Mead à Benjamin (2007), Enquêtes biographiques, entre bifurcations et événements (2011), Anthropologie du biographique et identité narrative(2017), Eventos Biográficos: Laboratórios de Literatura ? (2017). Ces textes proposent des réflexions sur les enjeux épistémologiques propres aux recherches sur « le » biographique. Ses enquêtes centrées sur les expériences migratoires révèlent les limites des épistémologies « sédentaires » (typification, espace-temps newtonien, narrativité, aléatoire probabilisable, etc.) pour saisir ces expériences biographiques souvent « inouïes », ces expériences-limites qui parfois passent par la fiction pour trouver à se dire, fut-ce par fragments. Plusieurs articles témoignent de ces derniers travaux : Expériences migratoires et épistémologies sédentaires (2013), Un étudiant sahélien en URSS. Temporalités fragmentées et récits d’expérience (2013], Au-delà des sédentarités (2015), Étudiants sahéliens formés dans un pays de l’ex-bloc socialiste. Devenirs biographiques et tumultes de l’histoire (2015) ou encore Transmettre l’expérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur (Subjectivités face à l’exil, Journal des anthropologues 2018).

Claire Levy-Vroelant est professeure de sociologie à l’Université de Paris 8 Saint-Denis (depuis 2004) et membre du centre de recherche sur l’habitat (LAVUE, UMR 7218 du CNRS). Depuis 2018 elle est chercheure associée à l’INED dans l’UR12, Identités et territoires des populations et Fellow de l’ICM Institut Convergences Migrations. Elle est membre du comité éditorial de plusieurs revues académiques internationales, et administratrice de Paris-Habitat, Seine Saint-Denis Habitat et Fors-recherches sociales. Ses recherchent se situent entre la sociologie du logement et la sociohistoire des migrations, avec une attention particulière aux formes d’hospitalité et à la mémoire collective. Sa formation d’historienne lui permet une approche sur le temps long des phénomènes, comme pour son ouvrage Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, (avec Alain Faure) Créaphis, 2007 et encore pour la recherche sur  Les bains-douches de Paris. Une enquête sur les lieux et leurs usages (Documents de travail, publication en ligne, INED, 2019). Dans le prolongement de l’ouvrage L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018), un travail de collecte classement et versement des archives de l’association des victimes de l’incendie (AVIPO, 2005-2019) à La contemporaine est en cours (projet AMOCA-ICM, 2019-2020).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.