Archives de catégorie : Agenda

Dalmechar – L’intermédiaire / Bénédicte Diot

Terme utilisé par les ressortissants du sous-continent indien lorsqu’ils parlent de leur procédure de demande de papiers entre eux ou avec des interlocuteurs administratifs ou en contexte judiciaire, dalmechar est un terme courant pour désigner un intermédiaire.

(1) Dans le cabinet d’un juge d’instruction :

Justiciable – « Quand j’étais en garde à vue, le dalmechar a mal traduit, je n’ai pas voulu dire cela. Les policiers ont appelé un dalmechar qui ne parlait pas ma langue.»

(2) Appel à un traducteur assermenté :

  • Demandeur – Allô ? Vous faites bien la dalmechari ? J’ai des documents à traduire pour un mariage / pour la Commission1.
  • Traducteur – Monsieur, je ne fais que de la traduction.

(3) Deux compatriotes discutant entre eux :

  • A – J’ai besoin d’une attestation de sécurité sociale.
  • B – Va voir Untel, il est dalmechar. Il pourra t’obtenir le papier.

(4) Au tribunal, un justiciable et un interprète :

  • Justiciable – Combien je vais prendre, d’après vous ?
  • Traducteur – Je ne sais pas, monsieur. C’est votre avocat qui peut vous le dire.
  • Justiciable – Mais vous êtes dalmechar, vous devez bien avoir une idée.

    Tout part du mot allemand « Dolmatscher », qui signifie « interprète ». Autrefois, ce mot désignait également le traducteur (à l’écrit) mais son sens a fini par se restreindre au cours du XIXe siècle au domaine de l’oral. Pour les migrants venus du sous-continent indien, le sens est bien plus large. Prononcé « ḍālmecar2 », il désigne certes une personne capable de traduire d’une langue vers une autre, mais aussi celui qui sait préparer un récit pour une demande d’asile, remplir un dossier, qui peut faire obtenir des papiers. Dérivé de ce terme, « ḍālmecarī» désigne le travail accompli par le dalmechar, de la traduction à tout type d’aide pour obtenir des papiers.

Dans les exemples (1) et (2), on aurait très bien pu avoir le terme « tarjumā » (pour les Pakistanais, « anuvād » pour les locuteurs indiens) ou les mots anglais « translate », « translation », qui signifient simplement traduction. C’est donc que l’usage de « dalmechar » contient bien une valeur ajoutée.

Conceptuellement parlant, le traducteur-dalmechar est souvent doté dans l’esprit des migrants des qualités et du savoir d’un « vakīl » (avocat) comme l’illustre l’exemple (4), alors qu’il n’en est rien, au point que l’interprète-traducteur spécialisé dans les procédures d’asile ou de justice sera souvent désigné, par extension et de manière impropre, par le terme « vakīl ». L’exemple (3) montre toute l’ambiguïté de l’emploi de dalmechar que l’on peut solliciter tout aussi bien parce qu’il pourra traduire un acte, écrire un courrier qui permettra d’obtenir l’attestation souhaitée, ou peut-être même la (faire) fabriquer.

Un troisième terme qui revient très fréquemment associé aux deux précédents est celui de « ejant »( API eʤəɳʈ), littéralement « agent »). Le mot désigne en tout premier lieu un passeur. Au Penjab indien comme pakistanais, depuis des décennies, il existe des bureaux de recrutement par lesquels des agents envoient des travailleurs et des travailleuses notamment dans les pays du Golfe. Ces agents se chargent de leur trouver des contrats et les sponsors sur place indispensables à l’obtention du visa de travail. De plus, au Penjab tant indien que pakistanais, de nombreuses agences de voyage se spécialisent plus ou moins légalement dans l’envoi de leurs compatriotes à l’étranger. Par extension, toute personne qui participera à l’organisation du passage à l’étranger pourra être qualifiée d’« ejant ».

On voit donc à travers ces trois termes se dessiner un concept d’intermédiaire entre plusieurs pays qui connaît à la fois les régulations et la façon de les contourner. Ceci permet de comprendre les attentes parfois démesurées de certains clients ayant recours au traducteur interprète.

Bénédicte Diot (Inalco, programme LIMINAL)

—-

1 « Commission » désigne la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Le mot fait référence à l’ancienne désignation Commission des Recours aux Réfugiés, pourtant abandonnée depuis la réforme de 2009 mais toujours en usage dans la communauté des demandeurs d’asile.

Selon la retranscription adoptée par les indianistes, plutôt [ɖɑ:lmeʧər] selon l’API.

Colloque “Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre” 28-29 mai 2018

Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre.

Les sciences humaines et sociales face aux récits de violence

28-29 mai 2018, Amphi Turing (bât. Sophie Germain) Université Paris Diderot (entrée libre, sans inscription).

Programme : 

28 mai 2018

 9h00 – Ouverture du colloque :  Sibel Agrali, directrice du Centre de soins Primo Levi

9h10- Introduction : Laetitia Bucaille (PU histoire, CESSMA-Inalco) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (PU anthropologie, psychologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL)

 9h30 –Panel 1- Le récit de violence, une mise à l’épreuve du locuteur et de son auditoire

Modératrice : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky  / Discutante : Nisrine Al Zahre (linguiste, EHESS, LIMINAL)

– Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL) – S’exposer à entendre. Conditions de réception et représentations des sujets en migration 

– Bertrand Piret (psychiatre, psychanalyste, membre fondateur de Parole sans frontière, Strasbourg) – Spécificités de l’écoute psychanalytique de la violence  

10h45 – Pause Café

– Arnold Castelain (psychologue clinicien, SOS Solidarités) – Psychotrauma, jeté de poudre aux yeux et temporalité psychique

 – Daria Rostirolla (psychologue, anthropologue, Centre F. Minkowska) – L’intervention clinique face au récit de violence : approche narrative et construction de soi

12h 30 – Déjeuner

14h – Panel 2- Le récit et ses cadres : médium de sortie de la violence

Modératrice: Raffaela Cucciniello (psychologue clinicienne, anthropologue, CMP la Chapelle) / Discutante : Elise Pestre (MdC Psychologie clinique, psychanalyste, CRPMS Université Paris Diderot, LIMINAL, CET)

Christine Davoudian (médecin, psychothérapeute, Médecins du Monde) – Au sortir de l’enfer : réapprendre à parler

 – Omar Guerrero (psychologue, psychanalyste, Centre Primo Levi) –  La valeur thérapeutique du récit 

 15h15- Pause Café

 – Alessandro Triulzi ( PU histoire, Université de Naples l’Orientale) – Les mots pour le dire : un ‘cercle narratif’ avec des arrivants somaliens à Rome 

–  Colette Le Petitcorps (sociologue, Université de Lisbonne) – Violences psychologiques au travail et isolement social, L’énoncé difficile des récits de bonnes à l’Ile Maurice

17h- 18h- Projection-débat – Kwibuka de Michelle Muller, 36 mn, 2017
Le film retrace la genèse de l’atelier de mémoire créé en 2014 lors de la 20e commémoration du génocide des Tutsi. Après une année de thérapie et un voyage de mémoire, le groupe des grandes mamans a mis en œuvre en 2012 la première cérémonie Kwibuka à la Maison de quartier, qui depuis se déroule chaque année.

Projection suivie d’un débat avec la réalisatrice

 29 mai 2018

Continuer la lecture de Colloque “Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre” 28-29 mai 2018

AZIL : Langues, migration, exil. Ouverture du blog

Ouvert le 1er mai 2018  sur le site du quotidien Le Monde, le blog AZIL migrera prochainement sur un autre support. 

Azil ou encore Brefektur c’est un peu comme l’« haristaukrassie » de Barthes (Le plaisir du texte, 1973) : un langage qui ébrèche le signifiant pour en repenser l’analyse. Brefektur est une prononciation de « Préfecture » issue de l’arabe, Prafektshar à partir de l’urdu. Aucun des mots n’a d’équivalent dans les langues concernées : ce sont des mots frontières, les mots de l’asile –Azil – en France et en Europe.

Au plus près des mots échangés par les exilés, entre eux, avec les associations, avec l’Etat, c’est une nouvelle langue qui s’invente et reconstruit le vaste labyrinthe de l’accueil et de l’asile.  Car il ne s’agit pas seulement d’échanger des informations autour de la demande d’asile,  de trouver un lieu pour passer la nuit :  l’emploi de termes choisis pour l’occasion par les « migrants » disent l’origine et la désappartenance, la condition de tous et la situation de chacun, les difficultés et les stratégies, la violence et les rencontres du parcours, disent enfin,  le signifié de l’exil tel qu’il est projeté dans le discours.

Le projet de ce blog est né de la confrontation avec des langages complexes, ceux de l’administration, des associations et ceux des exilés venus de différentes parties du monde : tous les acteurs que nous côtoyons au sein du programme de recherche LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Programme ANR porté par l’INALCO-Langues’O). Ce programme né officiellement le 1er novembre 2017 pour 3 ans, part de la langue des migrants pour interroger les médiations et interactions en situation d’accueil dans des lieux d’urgence. LIMINAL comprend ainsi une vingtaine de chercheurs, anthropologues, sociologues, linguistes, sociolinguistes, psychologues, spécialistes de la migration, qui travaillent sur le terrain en  plusieurs  langues (pashto, dari, urdu, arabes dialectaux, amharique, anglais, français, etc.) pour comprendre les ressources, limites, étranges feux d’artifice nés de ces échanges, les représentations que véhiculent ces mots – c’est-à-dire ce qu’ils disent de nos institutions, de l’accueil et de nous.

Pourquoi donc, alors que le signifié est souvent celui de la misère et de la violence, qui illustre la situation des « migrants » rencontrés dans les camps, campements et centres d’accueil en France, cette expérience d’un nouveau langage est-elle également  une production signifiante essentielle à la compréhension de ce qui se joue ? Sans doute parce que « l’extravagance du signifiant » (Barthes) dans les constructions de néologismes, anglicismes et barbarismes est au fondement d’un dialogue qui est un perpétuel exercice de traduction d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un sujet à l’autre. Le dévoiement de « la valeur signifiée » du terme premier permet un formidable dévoilement de la charge politique (finger dena, donner les doigts, pour prendre les empreintes en urdu, allant jusqu’à désigner les Dublinés) ou poétique (umbrella  utilisé par des Pashtounes pour désigner la Bulle du Centre de Premier Accueil) autant qu’il exhume les rencontres permises par des parcours multiples, des interprétations complexes et personnelles, des stratégies de discours entre incompréhension, colère, détresse, mais aussi ironie et dérision.

Le blog Azil décline ainsi, grâce à l’expertise des chercheurs de terrain, les mots de l’asile, mots entendus, recueillis, traduits, pour restituer la complexité des enjeux entre toutes les parties : mots des demandeurs d’asiles et exilés, mais aussi mots des acteurs associatifs, administratifs, politiques, en croquant à chaque fois une situation et en s’interrogeant sur la créativité de la langue et son impact dans ces lieux pluriels et singuliers que sont les camps, campements et centres d’accueil, d’hébergement ou de rétention.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet

Cliquer sur l’image pour accéder à azil.blog.lemonde.fr

M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

 

Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 09 avril 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

 « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction  

avec :

  • Jocelyne CLEMENT (psychologue clinicienne),
  • Mariam DEMBELE (sciences politiques, interprète)
  • Hala TREFI GHANNAM   (interprète, traductrice)
  • Nil DENIZ (traductrice, interprète, médiatrice)

Séance coordonnée par Nisrine Al Zahre, docteur en linguistique formelle, EHESS et ENS)

 Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (3) : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 mars 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

avec :

  • Maureen CLAPPE (doctorante, Pacte Grenoble)
  • Mariam GUEREY (médiatrice, Secours Catholique Calais)
  • Moussa El-MAHADY (porte-parole et relais communautaire soudanais dans le camp de Calais)

Séance coordonnée par Yasmine Bouagga (Sociologue, CNRS)

Argumentaire :

De plus en plus, les associations qui travaillent auprès des migrants soulèvent la question de leur participation. L’enjeu n’est pas seulement de communiquer de l’information par des médiations linguistiques ou non-verbales, mais de leur permettre de faire entendre leur voix, pour faciliter les interactions avec les salariés ou bénévoles associatifs, pour résoudre des conflits entre les migrants, ou pour rendre possible un dialogue avec les autorités locales ou nationales. Qui représente qui et comment ? Comment s’organisent ces médiations et quelles sont leurs limites ? C’est ce que se propose d’explorer cette séance du séminaire Liminal.

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (3) : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

la seconde séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 février 2018 de 13h30 à 16h30.  Attention la salle à changé Les Salons, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

Migrations dans et de la Corne de lAfrique : langues et parcours

 Séance coordonnée par Delombera NEGGA (PLIDAM, Membre de LIMINAL)

Programme : 

13h30 – 14h15 : Les migrations de la Corne de lAfrique : le cas particulier de la migration féminine à destination du monde arabe

avec Bezunesh Tamru, (Pr Université Paris 8, UMR 7075-Ladyss). 

Dans cette présentation, il s’agira en premier d’introduire un tour d’horizon des migrations dans la Corne de l’Afrique. Les déplacements des jeunes femmes en particulier éthiopiennes et somaliennes vers Djibouti et le monde arabe seront par la suite exposés en insistant sur leurs modes de réinsertion lors « des retours » dans leurs pays d’origine. En troisième partie, nous discuterons, à partir d’une étude en cours, les cas des migrantes avec une expérience dans le monde arabe et ayant choisi une nouvelle destination européenne.

14h15 – 14h45 : L‘appropriation d‘un langage transfrontalier comme une nécessité de survie : le cas des migrants éthiopiens et érythréens

avec Samson Giorgis (réalisateur, interprète médiateur)

Continuer la lecture de SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

La première séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 22 janvier 2018 de 14h à 17h (salle des plaques, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

 Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention 

séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA),

avec  :

  • Wenjing GUO (centre de la Rochefoucault, Association Aurore anthropologue) : 
  •  Bénédicte PARVAZ AHMAD (ANR LIMINAL, ERTIM/ INALCO) :  Rôles et difficultés des interprètes auprès des demandeurs d’asile
  • Anaïk PIAN (U. de Strasbourg,) : Interpréter l’asile. Des trajectoires aux pratiques, logiques institutionnelles et logiques d’acteurs. 

Présentation des intervenantes

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

Séminaire doctoral ANR Liminal – Inalco Janvier/ Juin 2018

Le séminaire doctoral Inalco de l’ANR LIMINAL débutera en janvier 2018. Il se tiendra , sauf mention contraire, au pôle recherche de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salle des plaques.

Le séminaire doctoral s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes ou exilées dans un contexte d’urgence. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL (2017-2020) autour d’une problématique spécifique (le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète). Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).Le séminaire est libre et ouvert à toutes et tous.  

Voici les dates et l’avant-programme.  Chaque séance fera l’objet d’une annonce spécifique.

22 janvier 2018 /  14h-17h : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention (séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet CESSMA), avec Wenjing Guo (centre de la Rochefoucault, Association Aurore), Bénédicte Parvaz Ahmad (ANR LIMINAL, ERTIM), Anaïk Pian (U. de Strasbourg, ANR Babels)

19 février 2018 / 13h30-16h30Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (après-midi d’étude coordonnée par Delombera Negga PLIDAM) avec : Joseph Alemu (interprète, traducteur, médiateur), Bezunesh Tamru (U. Paris 8 Vincennes), Alessandro Triulzi (U. de Naples “L’Orientale”, Archivio delle memorie migrante)

19 mars 2018 / 13h30-16h30 : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ? Séance organisée par Yasmine Bouagga (CNRS- ENS Triangle) :  avec Moussa Abdallah Mahdi (ancien relais communautaire soudanais à Calais) et Myriam Rachih, médiatrice du Secours Catholique- Calais.

9 avril 2018/ 13h30-16h30“Tu n’es qu’un dictionnaire !” :  représentations de l’interprète et de la traduction  (séance coordonnée par Nisrine Al Zahre/ EHESS) avec  Jocelyne Clément (psychologue clinicienne), Hala Trefi Ghannam (interprète, traductrice), Mariam Dembele (sciences politiques, interprète) et Nil Denis (traductrice, interprète, médiatrice)

28-29 mai 2018 : Violence & récit : recueillir, traduire, transcrire, colloque international en partenariat avec l’axe “Spatialité, domination et violence” (CESSMA)  (Colloque coordonné par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Laetitia Bucaille et Elise Pestre) Programme ici 

22 juin 2018 / 14h-18h  : Migrations en Afghanistan : culture, décisions et politiques, en partenariat avec le Ceri Sciences-Po.: avec Schuster  (University of London),  Belgheis Alavi Jafari (Kaboul University)  et la projection du film Welcome in Paristan, de Mohamad Reza Safibdad (2017 – 75 min ) en présence du réalisateur.  Séance organisée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Liminal, Inalco) et Hélène Thiollet (Ceri, Sciences Po) – Sciences Po, Amphi Jean Moulin, 13 rue de L’Université 75007  Entrée libre avec inscription ici

Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction. Colloque international 7-9 décembre 2017, INALCO

Trois membres du programme ANR LIMINAL interviennent dans le colloque international  “Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction” coorganisé par Organisé par le Groupe SOS Jeunesse, l’Inalco,  laTechnische Universität Dresden, en partenariat avec ISM Interprétariat, qui aura lieu du 7 au 9 décembre 2017 dans le grand auditorium de l’INALCO.

Amir Moghani (CERLOM) coordinateur de l’axe 2 de LIMINAL en est l’un des coordinateurs scientifiques. Il interviendra en ouverture du colloque, le 7 décembre 2017.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (CESSMA), coordinatrice scientifique de LIMINAL,  présentera le 8 décembre, à 11h15, une communication intitulée  Quelles traductions pour quelles cultures et pour quelles langues ? Les aménagements d’une consultation de psychotrauma.

Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA) co-coordinatrice de LIMINAL, interviendra le 9 décembre à 14h intitulée Langues en situation migratoire et enjeux de pouvoirs  et présentera succintement le programme LIMINAL.

Programme général ici : http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/programme_colloque_ethique_traduction.pdf

A signaler : Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles à l’adresse : colloque.jeunesse@groupe-sos.org
Gratuit pour les étudiants, participation de 40 euros pour les professionnels