Archives de catégorie : Lexique des migrations

« Waraq » – Papiers / Naoual Mahroug

 

      A, érythréen se présente régulièrement à une permanence juridique proposée par un collectif[1], pour exposer ses difficultés face à la procédure d’asile et aussi pour parler de sa situation d’attente. Locuteur du tigrinya, il se rend quelquefois à la permanence accompagné d’un compatriote qui assure des traductions du tigrinya à l’arabe soudanais. Cet ami échange ainsi avec la bénévole arabophone faisant fonction d’interprète au sein de la permanence. A. dit qu’il ne maîtrise pas très bien la langue arabe pour justifier la présence de son ami. Ce jour, le jeune érythréen est venu seul à la permanence ; il s’exprime alors en arabe et dit « je peux déchirer ce papier (waraq), c’est le faux, ça n’existe pas, comme ça c’est fini ! ». Il emploie le terme waraq en désignant le papier en question. En tigrinya, papier au sens de document administratif peut se dire filo. Une autre bénévole qui dispose de connaissances juridiques et écoute la traduction de la bénévole arabophone, l’en empêche et explique en français que « l’administration a tout et retrouvera tout ça » (janvier 2018).

Waraq est employé par des exilés de différentes régions du monde, locuteurs d’arabe soudanais, de dari, de pashto. La racine wrq de ce terme est aussi entendable chez des locuteurs du somali, de l’amharique. En arabe, ce terme waraq vient du verbe waraqa signifiant tapisser. Sa polysémie renvoie ainsi à la fois au domaine botanique (la feuille automnale), aux documents (administratifs) mais aussi aux papiers à tapisser. Tout aussi intéressant à noter, waraq bardi signifie les feuilles de papyrus.

Tel qu’il est employé par les demandeurs d’asile, waraq désigne ces documents administratifs de la procédure de demande d’asile. Ces documents sont produits par des institutions administratives ou juridiques comme la préfecture, le tribunal administratif, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ou encore l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Rédigés en français, ils proviennent d’institutions que le requérant semble connaître. Dans les permanences et autres lieux dans lesquels se rendent les demandeurs d’asile pour interroger des points précis de la procédure, les waraq semblent être au cœur des échanges avec les bénévoles, et circulent d’une main à l’autre. Parmi ces waraq, certains sont nommés par les demandeurs d’asile. C’est le cas pour le récépissé qui est nommé et désigné comme tel par les demandeurs d’asile, reprenant ainsi le terme français[2]. Aussi, le nom de l’institution qui produit le document administratif peut être mobilisé par les demandeurs d’asile et fait référence pour nommer le waraq. À titre d’exemple, les documents produits par l’OFPRA sont désignés ofbra par les locuteurs d’arabe soudanais. Pour d’autres papiers, tels que l’attestation de demande d’asile, c’est la mention « Procédure Dublin »[3] ou « Procédure normale »[4] inscrite sur le document qui est reprise, sous la forme dubline ou normale par de nombreux exilés. Ainsi, les demandeurs d’asile nomment ou renomment certains waraq par des termes qui symbolisent des étapes de la procédure de demande d’asile. Bien que normés et codifiés[5], ces documents administratifs sont investis par les demandeurs d’asile qui leur attribuent des formes de subjectivités.

Dans les discours et dans les mains, les waraq sont très présents dans le quotidien des demandeurs d’asile. Au cours des permanences juridiques, nombre de demandeurs d’asile tendent des papiers aux bénévoles avant prendre la parole. Ainsi, le papier est ce qui est transmis d’emblée, ce qui est objet d’échange. Le terme waraq est dans ces circonstances peu entendu bien qu’il soit très présent par sa matérialité. Les gestes suffisent dans ce premier temps, pour solliciter l’attention du bénévole.

Quelques fois, c’est d’abord le terme « papier » qui est employé en français par le bénévole qui demande à voir des documents administratifs puis traduit par waraq par le bénévole ou demandeur d’asile qui assure la fonction d’interprète. Le mot « papier » n’est que peu utilisé par les demandeurs d’asile qui pour certains le comprennent mais n’en font pas usage, préférant utiliser waraq.

Dans d’autres contextes, les demandeurs d’asile font usage de ce terme, au cours des conversations menées au sein des permanences. Waraq est ainsi employé pour évoquer les difficultés, ou  les questionnements que pose un document administratif. Ainsi, le demandeur d’asile cherche et attend des éléments de réponses explicatives à ce waraq. Il souhaite des conseils notamment pour comprendre les waraq relatifs au dubline. Détruire certains de ses papiers pour peut-être sortir du labyrinthe administratif dans lequel A. se trouve piégé, questionne ainsi la charge symbolique de ces waraq.

Naoual Mahroug

[1] J’ai rencontré A. dans le cadre d’un terrain ethnographique menée au sein d’une permanence juridique parisienne dédiée aux demandeurs d’asile.

[2] Voir le billet « Récépissé » de Bénédicte Diot, Blog Azil https://liminal.hypotheses.org/716

[3] En référence à la procédure Dublin qui est un règlement européen visant à déterminer l’État dit responsable de l’instruction de la demande d’asile.

[4] En opposition à la « Procédure accélérée » qui suppose de courts délais d’instruction de la demande d’asile.

[5] Dardy, 1997.