Archives de catégorie : Lexique des migrations

Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

Lingua (non) grata.

 Les langues à l’épreuve des politiques migratoires

Colloque international de clôture de l’ANR LIMINAL, 14-15 septembre 2021

Ce colloque sera l’occasion d’engager plusieurs actions en faveur de l’Afghanistan

Coordination scientifique :
 Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet  / Conception graphique : Laura Genz 

 

Grand Auditorium de l’ Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris- Entrée libre sur inscription  : ici   

– Passe sanitaire ou PCR exigé

Retransmission en direct : https://www.youtube.com/c/Inalco_officiel

 

Contacts: msaglio@inalco.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr 

Programme : Livret colloque Liminal 2021-def13-210910

Argumentaire

Que font aux langues les espaces sociaux de la migration ? De quelles façons mettent-elles à l’épreuve les politiques migratoires ? Que deviennent les sujets et les langues sur le qui-vive face à la langue de souveraineté du pays d’arrivée ? Quelles sont les politiques de traduction, le rôle des « traduisants », bénévoles ou salariés impliqués dans l’acte de traduire sans en avoir ni le statut ni la légitimité ? L’expérience migratoire invente-t-elle des bricolages linguistiques spécifiques – un parler de la migration composé d’acronymes, de mots inventés, détournés ou codés, de schibboleths, utilisés par les exilés mais aussi, parfois, par les solidaires et les administrations de l’asile ? Et si c’est le cas, comment qualifier ce « migralecte », le collecter et l’analyser, restituer sa charge subjective, ses violences – coloniales, racialisées, policières –, et ses puissances – de dérision, de résistance, de subversion ?

Ces questions ont mobilisé les chercheurs du programme multidisciplinaire LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Agence nationale de la recherche / Inalco) pendant quatre intenses années. Aux frontières franco-italiennes et franco-britanniques, dans les campements et structures d’Ile de France, dans des centres d’accueil parfois isolés, à Calais, Paris ou Vintimmille, les membres de l’équipe ont repéré ces mots utilisés à l’oral, observé leurs usages et élaboré une méthodologie d’analyse avec les locuteurs exilés et réfugiés. Ce programme résolument et nécessairement collaboratif a appréhendé la place des langues pour ce qu’elle est : une question politique, celle du sens, entre subalternisation et gestion des indésirables. Partir de la langue c’est en effet aborder « la vie souterraine » des exilés selon l’expression d’Erving Goffman, celle qui n’est pas connue des « dominants » de l’asile ; prendre pleine mesure de sa centralité, c’est également interroger sa minoration dans les études des migrations ; évaluer les manques de traduction, c’est enfin s’engager dans la formation de médiateurs pairs, c’est-à-dire dans une professionnalisation des traduisants, tel que le propose le DU Hospitalité, médiations, migrations (Inalco) depuis deux ans maintenant.

Pour présenter les résultats de LIMINAL et réfléchir aux enjeux du cosmolinguisme constitutif des situations de migration, le colloque s’articulera autour de plusieurs ateliers, nommés par quelques-uns des plus de 400 mots du migralecte constitué  : welcomeborder,  violence – en anglais et en français, mais utilisés ou compris dans bien d’autres langues ; tarjuman en farsi, tarjoman en pachto, dalmechar en ourdou – l’interprète au sens large ; shiou’iyin littéralement le « communiste » en arabe soudanais, terme désignant bénévoles et militants ; agent, en anglais, ourdou et persan, muharrib en arabe  ou  samssari en tigrinya – le passeur,  opposé au sens plus neutre du fonctionnaire de police ou de l’agent de sécurité en français;  muhajir, l’exilé, le réfugié en arabe mais aussi en dari et pachto  ; Yunan – la Grèce, antique terme qui viendrait de Ionie ; yôdegôri en farsi « souvenir de », et enfin boza, migralecte aux sens multiples… Ces table-rondes, avec des communications courtes et des coordonateurs-intervenants, regrouperont différents acteurs de la solidarité et de la recherche, du documentaire et de l’art, dans la droite ligne des ateliers réflexifs du Briançonnais (14-16 mai 2021). Entre lingua franca et persona non grata, la Lingua (non) grata, intitulé du colloque comme de l’ouvrage collectif* à paraitre fin 2021, entend contribuer à « déprovincialiser » – au sens de Dipesh Chakrabarty –, la xenobureaucratie et ainsi à penser les conditions politiques d’une hospibabélité.

*Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration, sous la dir. de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine Loumpet, Presses de l’Inalco, à paraître fin 2021.

Programme

version pdf : Livret colloque Liminal 2021

14 septembre 2021

Continuer la lecture de Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

Mots frontières, mots des frontières. 13 mai 2020

Dernière séance du séminaire DIU H2M & LIMINAL, coordonné par M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

Mots frontières, mots des frontières

Séminaire confiné en vidéo-conférence, 13 mai 2020 à partir de 17h-20h,  avec :

  • Aman Mohamed Said (H2M) – Mots frontières, des frontières en tigrinya
  •  Hayatte Lakraâ (LIMINAL) – « Mots frontières » et « Frontières des mots » : questionner, traduire, interpréter les récits de vie des exilés au Home Office « 
  • Présentation de Traduire l’exil, dossier de la revue Plein Droit, mars 2018 (dont « Traduire l’exil, l’enjeu central des langues » de/avec A. Galitzine-Loumpet & M.C. Saglio Yatzimirsky  et  « Bricolages langagiers » de A. Bathaie, B. Parvaz Ahmad, R. Sidiquhallah avec Azita Bathaie et Bénédicte Diot Parvaz Ahmad 
  • Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Alexandra Galitzine Loumpet, Azita Bathaie : Le « Vocabulaire de la migration », base de données de l’ANR LIMINA

Image du bandeau : Accès aux droits des mineurs, panneau en tigrinya, rue des Verrotières, Calais juin 2017 (cliché AGL)

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Mots frontières, mots des frontières. 13 mai 2020

« Waraq » – Papiers / Naoual Mahroug

 

      A, érythréen se présente régulièrement à une permanence juridique proposée par un collectif[1], pour exposer ses difficultés face à la procédure d’asile et aussi pour parler de sa situation d’attente. Locuteur du tigrinya, il se rend quelquefois à la permanence accompagné d’un compatriote qui assure des traductions du tigrinya à l’arabe soudanais. Cet ami échange ainsi avec la bénévole arabophone faisant fonction d’interprète au sein de la permanence. A. dit qu’il ne maîtrise pas très bien la langue arabe pour justifier la présence de son ami. Ce jour, le jeune érythréen est venu seul à la permanence ; il s’exprime alors en arabe et dit « je peux déchirer ce papier (waraq), c’est le faux, ça n’existe pas, comme ça c’est fini ! ». Il emploie le terme waraq en désignant le papier en question. En tigrinya, papier au sens de document administratif peut se dire filo. Une autre bénévole qui dispose de connaissances juridiques et écoute la traduction de la bénévole arabophone, l’en empêche et explique en français que « l’administration a tout et retrouvera tout ça » (janvier 2018).

Waraq est employé par des exilés de différentes régions du monde, locuteurs d’arabe soudanais, de dari, de pashto. La racine wrq de ce terme est aussi entendable chez des locuteurs du somali, de l’amharique. En arabe, ce terme waraq vient du verbe waraqa signifiant tapisser. Sa polysémie renvoie ainsi à la fois au domaine botanique (la feuille automnale), aux documents (administratifs) mais aussi aux papiers à tapisser. Tout aussi intéressant à noter, waraq bardi signifie les feuilles de papyrus.

Tel qu’il est employé par les demandeurs d’asile, waraq désigne ces documents administratifs de la procédure de demande d’asile. Ces documents sont produits par des institutions administratives ou juridiques comme la préfecture, le tribunal administratif, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ou encore l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Rédigés en français, ils proviennent d’institutions que le requérant semble connaître. Dans les permanences et autres lieux dans lesquels se rendent les demandeurs d’asile pour interroger des points précis de la procédure, les waraq semblent être au cœur des échanges avec les bénévoles, et circulent d’une main à l’autre. Parmi ces waraq, certains sont nommés par les demandeurs d’asile. C’est le cas pour le récépissé qui est nommé et désigné comme tel par les demandeurs d’asile, reprenant ainsi le terme français[2]. Aussi, le nom de l’institution qui produit le document administratif peut être mobilisé par les demandeurs d’asile et fait référence pour nommer le waraq. À titre d’exemple, les documents produits par l’OFPRA sont désignés ofbra par les locuteurs d’arabe soudanais. Pour d’autres papiers, tels que l’attestation de demande d’asile, c’est la mention « Procédure Dublin »[3] ou « Procédure normale »[4] inscrite sur le document qui est reprise, sous la forme dubline ou normale par de nombreux exilés. Ainsi, les demandeurs d’asile nomment ou renomment certains waraq par des termes qui symbolisent des étapes de la procédure de demande d’asile. Bien que normés et codifiés[5], ces documents administratifs sont investis par les demandeurs d’asile qui leur attribuent des formes de subjectivités.

Dans les discours et dans les mains, les waraq sont très présents dans le quotidien des demandeurs d’asile. Au cours des permanences juridiques, nombre de demandeurs d’asile tendent des papiers aux bénévoles avant prendre la parole. Ainsi, le papier est ce qui est transmis d’emblée, ce qui est objet d’échange. Le terme waraq est dans ces circonstances peu entendu bien qu’il soit très présent par sa matérialité. Les gestes suffisent dans ce premier temps, pour solliciter l’attention du bénévole.

Quelques fois, c’est d’abord le terme « papier » qui est employé en français par le bénévole qui demande à voir des documents administratifs puis traduit par waraq par le bénévole ou demandeur d’asile qui assure la fonction d’interprète. Le mot « papier » n’est que peu utilisé par les demandeurs d’asile qui pour certains le comprennent mais n’en font pas usage, préférant utiliser waraq.

Dans d’autres contextes, les demandeurs d’asile font usage de ce terme, au cours des conversations menées au sein des permanences. Waraq est ainsi employé pour évoquer les difficultés, ou  les questionnements que pose un document administratif. Ainsi, le demandeur d’asile cherche et attend des éléments de réponses explicatives à ce waraq. Il souhaite des conseils notamment pour comprendre les waraq relatifs au dubline. Détruire certains de ses papiers pour peut-être sortir du labyrinthe administratif dans lequel A. se trouve piégé, questionne ainsi la charge symbolique de ces waraq.

Naoual Mahroug

[1] J’ai rencontré A. dans le cadre d’un terrain ethnographique menée au sein d’une permanence juridique parisienne dédiée aux demandeurs d’asile.

[2] Voir le billet « Récépissé » de Bénédicte Diot, Blog Azil https://liminal.hypotheses.org/716

[3] En référence à la procédure Dublin qui est un règlement européen visant à déterminer l’État dit responsable de l’instruction de la demande d’asile.

[4] En opposition à la « Procédure accélérée » qui suppose de courts délais d’instruction de la demande d’asile.

[5] Dardy, 1997.