Archives de catégorie : Ressources

Références bibliographiques & audiovisuelles, régulièrement mises à jour

H2M : Ouverture du Diplôme inter-universitaire Hospitalité, Médiations, Migrations / Anr Liminal – Inalco – Université Paris Descartes

L’ANR LIMINAL, l’INALCO et l’Université Paris Descartes ont le plaisir d’annoncer l’ouverture à la rentrée de l’année académique 2019-2020 du Diplôme inter-universitaire

Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M)

Public visé : Médiateurs et animateurs d’ONG accueillant des personnes en situation de migration, assistantes sociales des collectivités locales, travailleurs sociaux et réfugiés.

Dates : Du 16 septembre 2019 au 26 juin 2020
Durée : 120 h + 70h de stage

L’hospitalité désigne la relation qui permet de transformer un étranger potentiellement hostile, en ami, en « hôte ». En plus d’un éclairage sur le contexte historique, juridique, administratif qui permet d’appréhender les dispositifs d’accueil, cette formation inclusive et collaborative (présence de terrain, stage) propose une réflexion sur les enjeux et les pratiques de médiation et d’interprétariat en contexte migratoire.
Candidatures : ouverture le 27 mai 2019 / clôture le 30 juin 2019
Inscription via le lien suivant : https://candidatures.inalco.fr

Informations : ici

Pré requis : Dépôt de dossier, baccalauréat ou équivalent, maîtrise du français, maîtrise d’une langue de la migration (B1 minimum)

Tarif :

  • Inscription individuelle : 750 €
  • Inscription entreprise, OPCO, Plan de formation Pôle Emploi *: 1000 €
  • Gratuité pour certaines places, selon conditions.

* Pour plus d’infos sur les financements possibles, merci de cliquez ici.

« RECEPISSE » / Bénédicte Diot

A et B se rencontrent et discutent de la stratégie la plus rapide pour commencer les démarches d’obtention d’un titre de séjour :

A- « Où vaut-il mieux aller pour le récépissé ?

B- Il vaut mieux aller à Argenteuil1, c’est plus facile qu’à Cergy1 où on attend trop longtemps.

A – A Bobigny2, ce n’est même pas la peine, c’est six mois avant le rendez-vous pour lerécépissé. »

            Dans les centres d’accueil mais aussi les camps et campements, récépissé est un terme récurrent dans le vocabulaire des migrants et demandeurs d’asile, qui choisissent de garder le terme français plus que de le traduire. Tous, quelle que soit la langue parlée, garde ainsi ce terme intraduisible à l’étymologie latine « recipere » qui signifie recevoir.  Ce mot est sans doute l’un des tous premiers mots français à intégrer le vocabulaire du demandeur d’asile après « préfecture ». Il désigne le document provisoire de séjour remis à l’intéressé admis dans la procédure, attestant le dépôt d’une demande d’asile. D’une validité d’un mois, portant la mention « en vue des démarches auprès de l’OFPRA », ce premier récépissé sera suivi d’un second portant mention de l’enregistrement de la demande d’asile par l’OFPRA valable 6 mois, renouvelable plusieurs fois. Le récépissé a une valeur symbolique forte, car il représente le premier document officiel français remis au migrant attestant de sa demande d’asile et le protégeant pendant cette période : pour certains, obtenir le « récepissé »  représente une première victoire, tandis que les administrations et associations ne cessent de leur demander pour  authentifier leur statut. 

On l’interroge ici lorsqu’il est employé par les ressortissants du sous-continent indien, en particulier chez les Pakistanais et les Indiens locuteurs d’ourdou, de hindi et/ou de penjabi.

Bien qu’il existe un mot en hindi, ourdou et penjabi : « rasid» [rəsi:d] ou « tchalaan » [ʧəlɑ:n],  qui signifient reçu mais peuvent s’appliquer à d’autres contextes, il ne sera jamais utilisé par les demandeurs qui lui préféreront toujours le mot français, facile à prononcer et identifié à la seule demande d’asile. En effet, « rasid » peut désigner tout type de reçu dans une administration comme dans une relation commerciale. « tchalaan » , quant à lui, s’applique davantage dans un contexte transactionnel et désigne parfois une amende. «  tchalaan  » possède en outre un sens judiciarisé et peut signifier « poursuite », le «  tchalaan kuninda » [ʧəlɑ:n kunindɑ:] étant, en ourdou, celui qui poursuit (le procureur) et, au besoin, punit par des «  tchalaan  ».

Bénédicte Diot (Inalco, programme LIMINAL) 

 

1 Il s’agit ici des sous-préfecture et préfecture du Val d’Oise où l’on peut retirer un dossier de demande d’asile.

2 Préfecture de Seine-Saint-Denis. Le volume important des demandes a poussé le service des demandes d’asile à proposer des rendez-vous de plus en plus distants pour enregistrer les dossiers. Lors de la remise au demandeur du formulaire de demande d’asile, celui-ci se voit remettre une « attestation de dépôt de demande d’asile », autrefois appelée « autorisation provisoire de séjour » (APS), et avant encore « récépissé de dépôt de demande d’asile ».

Cinéma et migration: filmer les exilés à Paris / 20 mars 2019

en relation avec son séminaire doctoral, L’ANR LIMINAL signale la soirée :

Cinéma et migration

Des campements solidaires au centre humanitaire, filmer les exilés à Paris

Organisé par l’Université Buissonnière en partenariat avec Curry Vavart  au Shakirail ,72 rue Riquet 75018 Paris

Le 20 mars à partir de 18h30

Projection « work in progress »   de En transit, documentaire de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, traduit par l’équipe ANR LIMINAL (Iskra Productions) – Dans le centre de premier accueil ouvert en novembre 2016 par la Mairie de Paris, des hommes sont en transit. Dans ce centre , quelques jours durant, ils se reposent de la rue où ils ont échoué en arrivant en France, apprennent par la préfecture le sort qui leur est réservé puis sont envoyés par cars dans d’autres centres en France. Les parcours croisés de plusieurs réfugiés et la répétition des actes de tri révèlent une froide sentence administrative face à une diversité de situations.

Projection « work in progress » de « Bèriz (Paris). Le Temps des Campements » (Iskra Productions et  EHESS), Film de Nicolas Jaoul – Ce film  revient sur la mobilisation des exilés dans le quartier de La Chapelle durant les mois de  juin et juillet 2015. Soutenus par des voisins et des  militants, les exilés, plusieurs fois expulsés et « évacués », ont tenu à maintenir leur présence afin de faire valoir leurs droits de demandeurs d’asile.

Dans ce film, le réalisateur s’est posé la question suivante: comment les exilé.e.s ont-ils vécu cette mobilisation sur les trottoirs lors de leur arrivée à Paris ?

 

 

 

Parution. Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, JdA, déc. 2018

Nous avons le plaisir d’informer de la publication, en décembre 2018, du hors-série du Journal des Anthropologues.

Une séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL sera consacrée à sa présentation, le 13 février 2019, en collaboration avec le programme Non-lieux de l’exil.

SUBJECTIVITÉS FACE À LʼEXIL
Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

Coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, en collaboration avec l’ANR LIMINAL / Inalco

SOMMAIRE
Alexandra GALITZINE-LOUMPET
Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY
Face à l’exil au risque des subjectivités………………………………….7
Étienne TASSIN
Le philosophe et lʼexilé de Calais : Construire lʼagir-ensemble
Entretien réalisé par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky………….19
Michèle LECLERC-OLIVE
Transmettre lʼexpérience : une priorité ?
De la subjectivité du migrant à celle du chercheur……………………31
SIAMAK, Hayatte LAKRAÂ
Entre subjectivation et dé-subjectivation :
La « crise de la parole » face à lʼexpérience de lʼexilé.
Échange entre Siamak et Hayatte Lakraâ…………………………….59
Christiane VOLLAIRE
Qui donc pourrait se sentir à sa place ? ………………………………79
Alexandra GALITZINE-LOUMPET
Le livre de « La Jungle de Calais » :
Imaginaires et désubjectivations………………………………………99
Pauline DOYEN, Behrouz KEYHANI, Laurence LÉCUYER
(L’)Armes alimentaires.
Violences en temps de paix et distribution de repas
à Calais : espace-temps de la relation entre les acteurs
associatifs et étatiques et les exilés…………………………………..129
Evangéline MASSON DIEZ
Militants, bénévoles, citoyens solidaires… Comment
se nommer lorsque lʼon vient en aide aux migrants ?…………………159
Ana GEBRIM
Lʼinconscient colonial
dans la relation intersubjective avec lʼexilé………………………………181 Laure WOLMARK Les lieux de lʼexil. Subjectivités dans lʼespace thérapeutique…….201
Jacob DURIEUX
Le sujet du regard. Séries photographiques de Stalingrad (Paris).
Entretien réalisé par Alexandra Galitzine-Loumpet……………………….217

Continuer la lecture de Parution. Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, JdA, déc. 2018

Langues et grammaires en (Ile-de-) France. Projet

A signaler, ce travail en plusieurs langues du projet Langues et grammaires en (Ile-de-) France, conjointement réalisé par le CNRS, l’INALCO, la MSH Paris Nord, et la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture et de la communication) : grammaire, lexique, phonologie, interactions de base. 

exemple avec le kurde sorani.

voir également en urdu, en tibétain, en peul

Nombreuses autres langues disponibles : ici