Archives de catégorie : Séminaire 2018-2019

Can the exile speak ?  Parler, traduire, restituer / Séminaire doctoral LIMINAL, 11 juin 2019

Prochaine  séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL / Inalco

Can the Exile speak ? Parler, traduire, restituer 

mardi 11 juin 2019, 17-20h, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

Entendre, est ce laisser parler ? Qui parle pour qui, avec qui, dans quels espaces politiques laissés, assignés ou conquis ? Quels sont les statuts des récits et des engagements des exilé.e.s  ? Jusqu’à quel point – et en quelles langues – ces paroles sont elles audibles,  notamment lorsqu’elles sont relayées ou portées par des tiers ?  A qui s’adressent-elles ? Interroger la place de la parole, de l’engagement, de la traduction n’engage pas seulement à penser la place de l’exilé.e mais aussi bien les pratiques et les politiques de restitution, au carrefour de la recherche scientifique, du témoignage et du militantisme.

Séance en collaboration avec le programme Non-lieux de l’exil

Pré-programme, d’autres intervenants ont été invités.

  • Michèle LECLERC-OLIVE (sociologue, CNRS-IRIS)
  • Claire LEVY-VROELANT (sociologue) autour de L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018)
  • Babak INANLOU (étudiant en exil, artiste)
  • Nicolas JAOUL (anthropologue, CNRS – IRIS) réalisateur du film “Beriz (Paris) – le temps des campements “ – présentation d’extraits du work in progress
  • Thamy AYOUCH   (psychanalyste, U.Paris Diderot)

Coordinatrices / Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Image du bandeau  issue de “Bériz. Le temps des campements”  documentaire de Nicolas Jaoul (c)

Présentation des intervenant.e.s : 

Thamy Ayouch est psychanalyste, Professeur des Universités (Paris Diderot), et a été « Professor Visitante Estrangeiro » (Universidade de São Paulo). Il travaille sur les interactions et dialogues de la psychanalyse avec l’anthropologie philosophique, la théorie politique, les études féministes, de genre, queer, postcoloniales et décoloniales.  Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais, portugais et espagnol, dont, notamment :      Merleau-Ponty et la psychanalyse. La consonnance imparfaite, Le Bord de l’eau, Paris, 2012 ; Psicanálise e homossexualidades: teoria, clínica, biopolítica  CRV, Curitiba, 2015 ;    Géneros, « cuerpos y placeres ». Perversiones psicoanalíticas con Michel Foucault , Letra Viva, Buenos Aires, 2015 et   Psychanalyse, hybridité, hybridations : devenirs mineurs. Genre, colonialité et subjectivation, Louvain, Leuven University Press, 2018.

Babak Inanlou est étudiant en exil en France depuis décembre 2015 et artiste. Il a publié plusieurs textes et poèmes et réalisé plusieurs courts documentaires .

Nicolas Jaoul est anthropologue politique, membre de l’IRIS, spécialisé sur la contestation des castes en Inde par les Dalits. Ayant reçu une formation en cinéma anthropologique, il a réalisé un film sur le mouvement des Dalit Panthers: “Sangharsh, le temps de la lutte” (Sister Production, 2018, 105 mn.). En 2015, il s’est engagé comme soutien sur les camps d’exilés de La Chapelle et a  filmé de l’intérieur cette mobilisation, qui constitue le sujet du film “Beriz, le temps des campements”, actuellement en cours de montage.

Michèle Leclerc-Olive est membre (CR1 honoraire CNRS) du laboratoire IRIS (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Enjeux Sociaux) de l’EHESS. Elle anime l’Atelier de Recherche et  de Traduction en Sciences Sociales dans le cadre duquel elle a traduit avec Cécile Soudan les principaux textes sur le temps de George Herbert Mead – La philosophie du temps en perspective(s), Éditions de l’EHESS (2012). Elle a consacré plusieurs publications à la traduction et au plurilinguisme. Elle travaille également sur l’expérience biographique, et plus précisément sur les événements biographiques et leurs mises en récit. Plusieurs publications jalonnent ce parcours, depuis Le dire de l’événement (biographique) paru en 1997, jusqu’aux articles plus récents, comme Des événements en souffrance, de Mead à Benjamin (2007), Enquêtes biographiques, entre bifurcations et événements (2011), Anthropologie du biographique et identité narrative(2017), Eventos Biográficos: Laboratórios de Literatura ? (2017). Ces textes proposent des réflexions sur les enjeux épistémologiques propres aux recherches sur « le » biographique. Ses enquêtes centrées sur les expériences migratoires révèlent les limites des épistémologies « sédentaires » (typification, espace-temps newtonien, narrativité, aléatoire probabilisable, etc.) pour saisir ces expériences biographiques souvent « inouïes », ces expériences-limites qui parfois passent par la fiction pour trouver à se dire, fut-ce par fragments. Plusieurs articles témoignent de ces derniers travaux : Expériences migratoires et épistémologies sédentaires (2013), Un étudiant sahélien en URSS. Temporalités fragmentées et récits d’expérience (2013], Au-delà des sédentarités (2015), Étudiants sahéliens formés dans un pays de l’ex-bloc socialiste. Devenirs biographiques et tumultes de l’histoire (2015) ou encore Transmettre l’expérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur (Subjectivités face à l’exil, Journal des anthropologues 2018).

Claire Levy-Vroelant est professeure de sociologie à l’Université de Paris 8 Saint-Denis (depuis 2004) et membre du centre de recherche sur l’habitat (LAVUE, UMR 7218 du CNRS). Depuis 2018 elle est chercheure associée à l’INED dans l’UR12, Identités et territoires des populations et Fellow de l’ICM Institut Convergences Migrations. Elle est membre du comité éditorial de plusieurs revues académiques internationales, et administratrice de Paris-Habitat, Seine Saint-Denis Habitat et Fors-recherches sociales. Ses recherchent se situent entre la sociologie du logement et la sociohistoire des migrations, avec une attention particulière aux formes d’hospitalité et à la mémoire collective. Sa formation d’historienne lui permet une approche sur le temps long des phénomènes, comme pour son ouvrage Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, (avec Alain Faure) Créaphis, 2007 et encore pour la recherche sur  Les bains-douches de Paris. Une enquête sur les lieux et leurs usages (Documents de travail, publication en ligne, INED, 2019). Dans le prolongement de l’ouvrage L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018), un travail de collecte classement et versement des archives de l’association des victimes de l’incendie (AVIPO, 2005-2019) à La contemporaine est en cours (projet AMOCA-ICM, 2019-2020).

POLITIQUES DU REFUGE / SÉMINAIRE DE RECHERCHE 23-25 MAI 2019, LE CHANNEL – CALAIS

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal, NLE
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

INTERAGIR, CONSTRUIRE LES LIEUX DE SOINS / SEMINAIRE LIMINAL 10 MAI 2019

La prochaine séance du séminaire LIMINAL aura lieu exceptionnellement le vendredi 10 mai 2019, en collaboration avec le COMEDEMédecins sans frontières et le programme Non-lieux de l’exil :

Exil : Interagir, construire les lieux de soins

 

17h30-20h30, centre  d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés  Médecins sans frontières, 101 bis rue Jean Lolive, à Pantin (métro Eglise de Pantin, ligne 5). Attention, entrée libre mais nombre de places limité à 50. 

Cette séance  s’articulera autour des expériences des intervenant-e-s qui ont à divers titres participé à créer des lieux de soins pour les personnes exilées. Nous y mettrons particulièrement au travail quelques questions. Comment se construisent, s’imaginent, se rêvent les lieux de soins pour les exilés? Comment ces institutions laissent-elles la place aux (inter)subjectivités concernées par l’exil? Comment y travaille-t-on les enjeux de reconnaissance, que celle-ci concerne les professionnels (soignant-e-s, coordianteur-trice-s, interprètes), salariés comme bénévoles, ou les personnes accueillies ?

Avec Jean-Claude  METRAUX  (pédopsychiatre, U. Lausanne),  Mélanie KERLOC’H (psychologue clinicienne MSF),  Shahnaz OJAGHI (interprète, sociologue)

Coordination : Laure Wolmark (COMEDE)

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ANR LIMINAL)

Image du bandeau : dessin Laura Genz, Courtoisie

Présentation des intervenant.e.s :

Jean-Claude Métraux est psychiatre d’enfants et d’adolescents. Chargé de cours à l’université de Lausanne (cours « Santé et migration) depuis plus de vingt ans. Co-fondateur, puis directeur (1993-2001) de l’association Appartenances à Lausanne (association travaillant avec des personnes migrantes, sur les plans tant psychothérapeutique que social et éducatif), il travaille dans le cadre de projets de santé communautaires au Nicaragua (1987-1990) et en Bosnie-Herzégovine (2001-2003). Auteur de Deuils collectifs et créations sociale (La Dispute, Paris, 2004) et de La migration comme métaphore (La Dispute, Paris, 2011 / 2017).

Mélanie Kerloc’h est psychologue clinicienne,  spécialisée en clinique infanto-juvénile et en psychologie transculturelle. Elle travaille depuis plusieurs années pour Médecins sans Frontières, dans des contextes de violences (Palestine), après des catastrophes naturelles (Népal), auprès des réfugiés en Grèce, en Ouganda. Elle a contribué à la création du centre de Pantin pour mineurs non accompagnés, non pris en charge par L’ASE.

Shahnaz Ojaghi. Diplômée en sciences sociales de l’université de Téhéran, et après avoir travaillé notamment au sein de l’ambassade de France en Iran, Shahnaz Ojaghi rejoint Paris en 2013 et intègre le master de l’EHESS mention « Genre, Politique et Sexualités ».Son mémoire de Master porte sur les femmes iraniennes immigrées en France durant la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013). En parallèle de son activité professionnelle d’interprète (persan et kurde) pour Médecins Sans Frontières depuis plus de 3 ans, Shahnaz a entamé en 2017 une thèse en sociologie, sous la direction de Michel Peraldi, centrée sur l’étude socio-économique des migrants afghans durant leur long trajet entre le Moyen-Orient et l’Europe.

Laure Wolmark est psychologue clinicienne et coordinatrice des activités de santé mentale du Comede – Comité pour la santé des exilé.e.s. Elle a publié  notamment, « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017), « La danse comme foyer d’asile. Circulations, corps, institutions » avec Zornitza Zlatanova (Nouvelle revue de psycho-sociologie, 2017), et, dans le hors-série « Subjectivités face à l’exil, positions, réflexivités et imaginaires des acteurs » (Journal des Anthropologues, déc. 2018) :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» Elle est membre de Non-lieux de l’exil. 

Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs. SÉMINAIRE DOCTORAL LIMINAL / 17 AVRIL  2019

La prochaine séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL aura lieu le mercredi 17 avril 2019 (17-20h,  salle 424, Inalco 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris). Entrée libre sans inscription.

Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs

 

Avec Yahya AL-ABDULLAH (Ehess) ,  Özge BINER (Ehess-IRIS)  et Rohullah SIDIQULLAH (Inalco, Sciences Po / Liminal)

Discutante : Azita BATHAIE, anthropologue (Liminal)

Coordination : Nisrine Al Zahre  (Ehess, Liminal)

Résumés : 

Entering the Field Without Questions – Yahya Al-Abdullah

The question of positionality is central to the ethnographic research. One popular approach is finding the balance between observation and participation or between distance and proximity (Bensa 1995) and (Naepels, 1998). However, this could be limiting based on the nature of the fieldwork (Kusenbach, 2003). What we are witnessing nowadays is a growth of the militant or double commitment ethnographic research (Le Courant, 2013). This kind of work requires flexibility and adaptability rather than following the roles and standards of the classical methodology. In this intervention, I will shed the light on my filed work experience with a displaced Syrian ethnic minority known as the Syrian Doms, a precarious group that lived in the margins while in Syria and are re-positioned on the margins or within the spectrum of « undeserving migrants » in Istanbul and in Paris. I will attempt to make a comparison between what I call the « failing attempt » to conduct fieldwork in Istanbul and the challenges in wearing different casquettes while conducting the ethnographic work, such as the researcher, the volunteer, the activists and above all the exiled Syrian. Finally, I will visit the question of ethics in and morals in a researching a vulnerable migrant group (Armbruster Laerke, 2008, Becker, 1967) and the emotional burden that accompanies that.

L’éthique, l’engagement et la recherche en terrain sensibleÖzge Biner

Cette présentation vise à mettre en évidence les complexités de mener une recherche avec des réfugiés, qui attendent soit de retourner dans leur pays d’origine, soit d’être installés dans un pays tiers. Mon expérience est basée sur un travail ethnographique de terrain mené avec des réfugiés vivant sous un statut légal temporaire dans différentes zones frontalières en Turquie.  Effectuer la recherche dans un contexte où l’insécurité juridique, la peur et la suspicion sont les principaux éléments qui déterminent la façon dont les individus construisent leurs relations sociales est un processus difficile, avec des préoccupations de sécurité et confidentialité. Dans un tel contexte, le recueil des témoignages n’est pas simplement le résultat d’une déclaration d’intérêt de la part du chercheur lui-même. C’est plutôt une longue négociation. Au cours de ce processus, le chercheur doit être très prudent dans la manière dont il se positionne. Il/elle doit savoir quand il/elle doit insister, quand il/elle doit aller de l’avant et quand il/elle doit prendre du recul. Son regard, sa relation et son engagement avec les interlocuteurs ne sont pas linéaires, mais dépendent constamment des conditions hexogènes. Cette présentation vise à aborder les questions méthodologiques et éthiques liées à ce processus de « négociation ». Elle propose de mettre en évidence les problèmes auxquels sont confrontées les recherches sur les mécanismes d’adaptation des réfugiés dans un contexte temporaire permanent, au niveau à la fois local et transnational.

Research on Afghan Refugees in France: Challenges and Opportunities – Rohullah Sidiqullah

Many research projects are now focusing on the situation of Afghan refugees in Exile for various reasons. Research amongst the Diaspora poses specific ethical challenges. I will talk about the challenges and difficulties I have faced as a researcher while conducting my field work among a diverse and complex group of refugees. I will talk about my experience having certain advantages and disadvantages while conducting this research. Language plays an important role in doing research in such a demanding field. It is equally important to have enough cultural and background knowledge about your subject of study. When dealing with immigrants coming from ethnic conflicts, especially intra-state ones, it is important to take into account the impact of the conflict’s motivation, and to remember that when national identity is at stake, and when positive peace is hard to achieve, memory takes precedence over the present and is usually used to fuel a belligerent environment (Laurenn, Guyot, 2011: 139). How a researcher positons himself in this kind of context, what strategies and methodologies are required or used. These are very crucial elements in this type of work. How we approach an Afghan refugee, how we develop our relationship that leads to a good dialogues and interviews?

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs. SÉMINAIRE DOCTORAL LIMINAL / 17 AVRIL  2019

Ce que peuvent la sociologie et la psychanalyse en temps de haine – 16 avril 2019

Ce que peuvent la sociologie et la psychanalyse en temps de haine

 

16 avril 2019, 17-20h, salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

en partenariat avec le programme Non-lieux de l’exil,  l’Institut de Psychologie de l’Université de São Paulo,  et du  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.

Avec : Miriam DEBIEUX  (psychanalyste, USP São Paulo),  Caterina KOLTAI (sociologue, psychanalyste, PUC São Paulo) , Ana C. GEBRIM (psychanalyste, sociologue, USP São Paulo, INALCO Paris)

Discutants : Thamy Ayouch (U. Paris-Diderot),  Elise Pestre (CRPMS, U. Paris Diderot / LIMINAL) et Eugenia Vilela (U. Porto, NLE)

Coordinatrices : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO, CESSMA, LIMINAL, NLE), Eugénia Vilela (Université de Porto, NLE), et Miriam Debieux (Université São Paulo)

Présentation des intervenant.e.s :  ici

image du bandeau : ©M-C Saglio-Yatzimirsky, campement le Millénaire La Villette, 4 mai 2018

Traductions/médiations – livrets d’accueil pour les demandeurs d’asile / séminaire doctoral LIMINAL, 16 janvier 2019

Séminaire doctoral, séance 2 : mercredi 16 janvier 2019,

Traductions/médiations – la juste traduction des livrets d’accueil pour les demandeurs d’asile

Lieu : salle 4.23,  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 17h-20h. Entrée libre 

Avec Pauline Doyen, auteur d’un état des lieux des guides disponibles, Marin Marx-Gandebeuf, coordonnateur du Guide  de la demandeuse et du demandeur d’asile à Paris.

Discutants : Roula Nabulsi (enseignante/traductrice-interprète),  Babak Inanlou (étudiant, U. de Lille),  Karamaldeen Hassan Haron (médiateur, Secours Catholique, Calais), ainsi que d’autres traductrices / traducteurs et médiateurs.  

Modération : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky / Amir Moghani (LIMINAL, Inalco)

Problèmes de traduction (termes inadéquats, malentendus, niveaux de langue), mécanismes de vérification, initiatives associatives et citoyennes,  problèmes d’usage, corpus lexico-terminologique, statuts des « traduisants », tactiques et stratégies des interactions seront abordés durant cette séance. 

Illustration du bandeau : Hélia / Couverture du guide de la demandeuse et du demandeur d’asile de Paris : https://guideasile.wordpress.com/ 

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire/ Ateliers 24 Nov., Calais

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire. 

Samedi 24 novembre, 10h-17h30, Accueil de jour 47 rue de Moscou, Calais

1ère séance du séminaire 2018-2019, Ateliers  en partenariat avec le Secours Catholique Calais et la Plateforme Service Migrant.  

Programme : 

Atelier 1: 10h – Situation dans les pays de la corne de l’Afrique  

Atelier 2 : 12h30 – Cuisine et repas partagé (inscription obligatoire)

Atelier 3 : 14h – Le seuil des langues : questions de traduction, de circulation de l’information, de malentendus, de façon de faire 

Cette journée sera animée par des chercheur.e.s, anthropologues, interprètes de l’INALCO avec la PSM et le Secours Catholique,  et est destinée à tous les acteurs  : exilé.es., associatifs, bénévoles. L’accès est libre et gratuit. 

Avec (pour Liminal) : Nisrine Al-Zhare, Yasmine Bouagga, Alexandra Galitzine-Loumpet, Hirut Kebede, Hayatte Lakraa, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Mhmoud Adimou. 

Séminaire ANR LIMINAL 2018-2019

 

L’ANR LIMINAL (Linguistic and intercultural mediations in a context of international migrations 2017-2020 (Coord. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine-Loumpet, INALCO)  traite des interactions et médiations langagières et culturelles entre acteurs en situation de « crise migratoire ». Pluridisciplinaire, l’équipe étudie les situations d’accueil d’urgence dans des structures publiques ou associatives, dans trois régions en France : Paris & Ile-de-France, Hauts de France, PACA.

Le séminaire doctoral LIMINAL s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs associatifs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL autour d’une problématique spécifique : le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète, etc. Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).

Séance 1 : samedi 24 novembre 2018Traduire, comprendre, partager : les langues dans la migration 1 :  

Avec Nisrine Al Zahre, Hirut Kebede, MC Saglio-Yatzimirsky, Alexandra Galitzine-Loumpet, Yasmine Bouagga, Mahmoud Adimo et les médiateurs du Secours Catholique de Calais   (en partenariat avec  la Plateforme de Service aux Migrants- Calais (lieu : Secours Catholique, 45 rue de Moscou, Calais, 10h-17h)

Séance 2 : mercredi 16 janvier 2019-  Traductions/médiations – la juste traduction des livrets d’accueil pour les demandeurs d’asile

Avec Pauline Doyen, Marin Marx Grandebeuf, des médiateurs, interprètes et traduisants (lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 17h-20h). Coordination : Amir Moghani, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Séance 3 : mercredi 13  février 2019- Réinterpréter,  Subjectivités face à l’exil 

En partenariat avec  le programme Non-lieux de l’exil (lieu : EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris, 17h-20h)  Autour de la parution du hors-série  Subjectivités de l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, hors-série Journal des Anthropologues. Avec Berhouz Keyhani, Hayatte Lakraa, et différents contributeurs. introduction  et coordination Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky . Discutants : Laurent Bazin (CNRS/ CESSMA/ AFA) et Eugenia Vilela (U. de Porto).En partenariat avec  l’ANR LIMINAL

Séance 4 :  vendredi 15 février 2019  –  Interprétation/médiation en contexte migratoire

Dans le cadre du colloque des 14-15 février « Former des traducteurs et des interprètes : des prérequis au marché du travail »  coord. Heba Lecocq et Delombera Negga LIMINAL-PLIDAM ( lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 14h-18h )

Séance 5 : mercredi 17 avril  2019- Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs, Avec Yahya AL-ABDALLAH (Ehess),  Özge BINER (Ehess-IRIS)  et Rohullah SIDIQULLAH (Inalco, Sciences Po / Liminal), Discutante : Azita BATHAIE, anthropologue (Liminal), Coordination Nisrine Al Zahre

Séance 6 :   samedi 25  mai 2019 –  Des refuges éphémères.

Dans le cadre du festival « la Saveur de l’Autre »,  en partenariat avec le programme européen  Atlas of transition   (lieu : Channel , Calais , 10h-17h)

Séance 7 : mercredi 12 juin  2019  – Traductions de l’exil– Can the exile speak ?

En partenariat avec avec  le programme  Non-lieux de l’exil ( lieu : EHESS,  salle 7, 105 bd Raspail 75006, 17h-20h)

Avec Nicolas Jaoul autour de son documentaire « Bériz-le temps des campements », Michèle Leclerc-Olive, Claire Levy-Vroelant

Le nom des intervenants, les horaires et les lieux seront précisés 1 mois  avant chaque séance. Les étudiants de l‘INALCO qui suivent ce séminaire doctoral  (INALCO, ED n° 265) sont conviés à  toutes les séances parisiennes.