Archives par mot-clé : exil

Cinéma et migration: filmer les exilés à Paris / 20 mars 2019

en relation avec son séminaire doctoral, L’ANR LIMINAL signale la soirée :

Cinéma et migration

Des campements solidaires au centre humanitaire, filmer les exilés à Paris

Organisé par l’Université Buissonnière en partenariat avec Curry Vavart  au Shakirail ,72 rue Riquet 75018 Paris

Le 20 mars à partir de 18h30

Projection « work in progress »   de En transit, documentaire de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, traduit par l’équipe ANR LIMINAL (Iskra Productions) – Dans le centre de premier accueil ouvert en novembre 2016 par la Mairie de Paris, des hommes sont en transit. Dans ce centre , quelques jours durant, ils se reposent de la rue où ils ont échoué en arrivant en France, apprennent par la préfecture le sort qui leur est réservé puis sont envoyés par cars dans d’autres centres en France. Les parcours croisés de plusieurs réfugiés et la répétition des actes de tri révèlent une froide sentence administrative face à une diversité de situations.

Projection « work in progress » de « Bèriz (Paris). Le Temps des Campements » (Iskra Productions et  EHESS), Film de Nicolas Jaoul – Ce film  revient sur la mobilisation des exilés dans le quartier de La Chapelle durant les mois de  juin et juillet 2015. Soutenus par des voisins et des  militants, les exilés, plusieurs fois expulsés et « évacués », ont tenu à maintenir leur présence afin de faire valoir leurs droits de demandeurs d’asile.

Dans ce film, le réalisateur s’est posé la question suivante: comment les exilé.e.s ont-ils vécu cette mobilisation sur les trottoirs lors de leur arrivée à Paris ?

 

 

 

“Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

 

GHARIB – L’exilé

Dans les campements provisoires des exilés à Paris, à Calais, Grande Synthe, dans les centres d’accueil, on entend souvent le terme gharib, employé  à la fois en référence au fait d’être exilé et pour désigner la condition de l’exil.  Ce sens n’est pas le plus évident car le premier usage de « gharib » dans les zones ourdouphones / hindiphones  désigne le pauvre dans sa dimension matérielle. « Gharib » au sens d’exilé est employé par les migrants afghans persanophones (et dariphones, variante afghane du persan) ainsi que par les arabophones de divers pays. Il est un terme parmi d’autres, comme par exemple le terme muhajjir  de l’arabe « voyageur »,  employé par les exilés eux-mêmes afin de se définir et de définir leur condition d’exilés. Toutefois, gharib est un terme dont la polysémie exprime les évolutions sémantiques en fonction du parcours et de la situation d’exil. Trois utilisations de ce terme en langues persane, ourdoue et arabe, entendues dans les conversations avec des exilés dans les centres d’hébergement renseignent sur ses divers sens.

Man dar in chahr gharib am,  que l’on peut traduire par « Je ne connais personne dans cette ville » : c’est un exilé afghan qui s’exprime en dari , dans le Centre d’Hébergement d’Urgence pour Migrants  Jean Quarré à Paris. Gharib signifie ici  « seul, esseulé «

Nahnu rajulun gharibun  c’est-à-dire « Nous sommes des étrangers » dit un  exilé soudanais en arabe dans un centre d’hébergement parisien.

Ham ider gharib ha, jab bahar jate ha to log sida dekhte ha ki ham bahar se aya aur police hamko rukhte ha. Isliye hamesha gharib mehsous karte ha  autrement dit « nous sommes des étrangers, lorsque nous sortons, les gens voient tout de suite qu’on est venus d’ailleurs et la police nous arrête. C’est pourquoi nous nous sentons toujours étrangers/exilés » précise, en ourdou, un  exilé afghan de Peshawar (Pakistan) dans un centre d’hébergement.

Harf-hô-ye ‘ajib o gharib mizanad  ou « Il/elle raconte des choses assez étranges » raconte un  exilé afghan sur son voisin de chambre dans un centre. Ici, Gharib (souvent précédé de ‘ajib) signifie étrange.

Ainsi, dans un terme désignant l’exil, on retrouve les thématiques de la solitude et de l’étrangeté, deux conditions présentes dans les discours et les parcours de vie des individus rencontrés sur les routes de la migration. Gharib désigne en effet le fait d’être en exil, avec un sens d’étrangeté, voire d’outsider, le fait d’être loin de chez soi et de se sentir extérieur au pays d’accueil.

Selon le dictionnaire Larousse Arabe/Français-Français/Arabegarib غريب de la racine arabe gh-r-b signifie abracadabrant, barbare, bizarre, curieux, étrange ou encore insolite, original. La polysémie du terme révèle l’aspect protéiforme de cette notion qui renvoie à la fois à celle d’étrangeté, de peu ordinaire, voire extravagant, inouï. L’exilé est alors par son altérité radicale, mais aussi sa condition caractérisée par le déracinement, un individu d’exception, en soi excentrique puisqu’excentré. L’exil provoque un sentiment inquiétant, qui dérange et inquiète. Ainsi le lexique et la polysémie de gharib expriment l’anomalie que représente la situation de l’exil. Le fait de quitter sa terre natale, de vivre au milieu d’une société, de groupes d’individus qui ne sont pas siens par les liens du sang, de l’alliance ou d’un corpus de valeurs et de pratiques sociales communes, constitue comme une fausse note, une erreur, une privation. On retrouve la même pluralité de sens dans l’usage du mot en exil que dans la terminologie plus littérale, avec une association entre le fait de venir d’ailleurs, l’étrangeté et la solitude.

Ce répertoire de la langue parlée est à relier avec la poésie classique persane, dans laquelle l’exil est un thème central : l’exil est associé à une nostalgie, celle de l’amant qui se trouve loin de sa bien-aimée, et d’un point de vue métaphysique, celle de l’âme exilée dans le monde qui a perdu le lien avec le divin. Ainsi, ces constructions sont « transportées » dans les lieux de l’exil et en colorent l’expérience. Il est intéressant de noter que ces champs lexicaux croisés se retrouvent chez des locuteurs de l’ourdou, de l’arabe ou du persan / dari. Ces éléments montrent qu’un répertoire commun de sensations et de représentations de l’exil est partagé dans l’expérience de la migration. Alors que certains termes se métamorphosent en même temps que l’individu est transformé par l’expérience de l’exil, d’autres, comme gharib, accompagnent les individus au fil de la migration.

Gharb en arabe évoque aussi l’Occident, que l’on retrouve dans le terme Maghreb, le Machrek étant l’Orient. Exil est donc issu de la même racine qu’Occident, ce qui provoque un redoublement, un rappel sémantique contenu dans la plurivocité du terme, comme si l’on ravivait une blessure. L’exilé est en exil dans un lieu qui contient l’exil dans sa désignation même.

Le terme utilisé dans le contexte français par les exilés afghans, iraniens, pakistanais, soudanais ou arabes du Moyen-Orient ou du Maghreb renvoie de façon plus ou moins directe à cette nostalgie de la terre perdue et du sentiment d’étrangeté en terre inconnue et vécue comme inhospitalière. Le terme gharib rappellerait ainsi l’expérience commune qui unit les individus par l’expérience de l’exil, malgré la diversité de leurs provenances et de leurs subjectivités.

Laurence Lécuyer (Cessma Inalco, Liminal) et Amir Moghani (Cerlom, Inalco, Liminal)

 

 

Continuer la lecture de “Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

Subjectivités face à l’exil / Séminaire doctoral LIMINAL (3), 13 février 2019

Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

3ème séance du séminaire doctoral

13 février 2019, 17-20h,  EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris,  Entrée libre

En partenariat avec le séminaire Non-lieux de l’exil/ IRIS-EHESS et l‘Association française des anthropologues (AFA)

Autour de la parution du hors-série du même nom, Journal des Anthropologues, déc. 2018

Avec : Behrouz KEYHANI (CURAPP-ESS), Evangeline MASSON DIEZ (DynamE), Laure WOLMARK (COMEDE). Introduction des coordinatrices du hors-série :  Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky. En présence d’autres contributeurs.

Discutants : Laurent Bazin (anthropologue CNRS, AFA) et Chowra Makaremi (anthropologue CNRS, IRIS)

4e de couverture :

Désignés comme une « crise » par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également « en crise » les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

Des exemplaires du hors-série seront disponibles à l’acquisition pendant la séance.

Présentation des intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Subjectivités face à l’exil / Séminaire doctoral LIMINAL (3), 13 février 2019

Parution. Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, JdA, déc. 2018

Nous avons le plaisir d’informer de la publication, en décembre 2018, du hors-série du Journal des Anthropologues.

Une séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL sera consacrée à sa présentation, le 13 février 2019, en collaboration avec le programme Non-lieux de l’exil.

SUBJECTIVITÉS FACE À LʼEXIL
Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

Coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, en collaboration avec l’ANR LIMINAL / Inalco

SOMMAIRE
Alexandra GALITZINE-LOUMPET
Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY
Face à l’exil au risque des subjectivités………………………………….7
Étienne TASSIN
Le philosophe et lʼexilé de Calais : Construire lʼagir-ensemble
Entretien réalisé par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky………….19
Michèle LECLERC-OLIVE
Transmettre lʼexpérience : une priorité ?
De la subjectivité du migrant à celle du chercheur……………………31
SIAMAK, Hayatte LAKRAÂ
Entre subjectivation et dé-subjectivation :
La « crise de la parole » face à lʼexpérience de lʼexilé.
Échange entre Siamak et Hayatte Lakraâ…………………………….59
Christiane VOLLAIRE
Qui donc pourrait se sentir à sa place ? ………………………………79
Alexandra GALITZINE-LOUMPET
Le livre de « La Jungle de Calais » :
Imaginaires et désubjectivations………………………………………99
Pauline DOYEN, Behrouz KEYHANI, Laurence LÉCUYER
(L’)Armes alimentaires.
Violences en temps de paix et distribution de repas
à Calais : espace-temps de la relation entre les acteurs
associatifs et étatiques et les exilés…………………………………..129
Evangéline MASSON DIEZ
Militants, bénévoles, citoyens solidaires… Comment
se nommer lorsque lʼon vient en aide aux migrants ?…………………159
Ana GEBRIM
Lʼinconscient colonial
dans la relation intersubjective avec lʼexilé………………………………181 Laure WOLMARK Les lieux de lʼexil. Subjectivités dans lʼespace thérapeutique…….201
Jacob DURIEUX
Le sujet du regard. Séries photographiques de Stalingrad (Paris).
Entretien réalisé par Alexandra Galitzine-Loumpet……………………….217

Continuer la lecture de Parution. Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, JdA, déc. 2018

AZIL : Langues, migration, exil. Ouverture du blog

Ouvert le 1er mai 2018  sur le site du quotidien Le Monde, le blog AZIL migrera prochainement sur un autre support. 

Azil ou encore Brefektur c’est un peu comme l’« haristaukrassie » de Barthes (Le plaisir du texte, 1973) : un langage qui ébrèche le signifiant pour en repenser l’analyse. Brefektur est une prononciation de « Préfecture » issue de l’arabe, Prafektshar à partir de l’urdu. Aucun des mots n’a d’équivalent dans les langues concernées : ce sont des mots frontières, les mots de l’asile –Azil – en France et en Europe.

Au plus près des mots échangés par les exilés, entre eux, avec les associations, avec l’Etat, c’est une nouvelle langue qui s’invente et reconstruit le vaste labyrinthe de l’accueil et de l’asile.  Car il ne s’agit pas seulement d’échanger des informations autour de la demande d’asile,  de trouver un lieu pour passer la nuit :  l’emploi de termes choisis pour l’occasion par les « migrants » disent l’origine et la désappartenance, la condition de tous et la situation de chacun, les difficultés et les stratégies, la violence et les rencontres du parcours, disent enfin,  le signifié de l’exil tel qu’il est projeté dans le discours.

Le projet de ce blog est né de la confrontation avec des langages complexes, ceux de l’administration, des associations et ceux des exilés venus de différentes parties du monde : tous les acteurs que nous côtoyons au sein du programme de recherche LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Programme ANR porté par l’INALCO-Langues’O). Ce programme né officiellement le 1er novembre 2017 pour 3 ans, part de la langue des migrants pour interroger les médiations et interactions en situation d’accueil dans des lieux d’urgence. LIMINAL comprend ainsi une vingtaine de chercheurs, anthropologues, sociologues, linguistes, sociolinguistes, psychologues, spécialistes de la migration, qui travaillent sur le terrain en  plusieurs  langues (pashto, dari, urdu, arabes dialectaux, amharique, anglais, français, etc.) pour comprendre les ressources, limites, étranges feux d’artifice nés de ces échanges, les représentations que véhiculent ces mots – c’est-à-dire ce qu’ils disent de nos institutions, de l’accueil et de nous.

Pourquoi donc, alors que le signifié est souvent celui de la misère et de la violence, qui illustre la situation des « migrants » rencontrés dans les camps, campements et centres d’accueil en France, cette expérience d’un nouveau langage est-elle également  une production signifiante essentielle à la compréhension de ce qui se joue ? Sans doute parce que « l’extravagance du signifiant » (Barthes) dans les constructions de néologismes, anglicismes et barbarismes est au fondement d’un dialogue qui est un perpétuel exercice de traduction d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un sujet à l’autre. Le dévoiement de « la valeur signifiée » du terme premier permet un formidable dévoilement de la charge politique (finger dena, donner les doigts, pour prendre les empreintes en urdu, allant jusqu’à désigner les Dublinés) ou poétique (umbrella  utilisé par des Pashtounes pour désigner la Bulle du Centre de Premier Accueil) autant qu’il exhume les rencontres permises par des parcours multiples, des interprétations complexes et personnelles, des stratégies de discours entre incompréhension, colère, détresse, mais aussi ironie et dérision.

Le blog Azil décline ainsi, grâce à l’expertise des chercheurs de terrain, les mots de l’asile, mots entendus, recueillis, traduits, pour restituer la complexité des enjeux entre toutes les parties : mots des demandeurs d’asiles et exilés, mais aussi mots des acteurs associatifs, administratifs, politiques, en croquant à chaque fois une situation et en s’interrogeant sur la créativité de la langue et son impact dans ces lieux pluriels et singuliers que sont les camps, campements et centres d’accueil, d’hébergement ou de rétention.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet

Cliquer sur l’image pour accéder à azil.blog.lemonde.fr

M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

 

SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

la seconde séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 février 2018 de 13h30 à 16h30.  Attention la salle à changé Les Salons, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

Migrations dans et de la Corne de lAfrique : langues et parcours

 Séance coordonnée par Delombera NEGGA (PLIDAM, Membre de LIMINAL)

Programme : 

13h30 – 14h15 : Les migrations de la Corne de lAfrique : le cas particulier de la migration féminine à destination du monde arabe

avec Bezunesh Tamru, (Pr Université Paris 8, UMR 7075-Ladyss). 

Dans cette présentation, il s’agira en premier d’introduire un tour d’horizon des migrations dans la Corne de l’Afrique. Les déplacements des jeunes femmes en particulier éthiopiennes et somaliennes vers Djibouti et le monde arabe seront par la suite exposés en insistant sur leurs modes de réinsertion lors « des retours » dans leurs pays d’origine. En troisième partie, nous discuterons, à partir d’une étude en cours, les cas des migrantes avec une expérience dans le monde arabe et ayant choisi une nouvelle destination européenne.

14h15 – 14h45 : L‘appropriation d‘un langage transfrontalier comme une nécessité de survie : le cas des migrants éthiopiens et érythréens

avec Samson Giorgis (réalisateur, interprète médiateur)

Continuer la lecture de SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

Séminaire doctoral ANR Liminal – Inalco Janvier/ Juin 2018

Le séminaire doctoral Inalco de l’ANR LIMINAL débutera en janvier 2018. Il se tiendra , sauf mention contraire, au pôle recherche de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salle des plaques.

Le séminaire doctoral s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes ou exilées dans un contexte d’urgence. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL (2017-2020) autour d’une problématique spécifique (le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète). Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).Le séminaire est libre et ouvert à toutes et tous.  

Voici les dates et l’avant-programme.  Chaque séance fera l’objet d’une annonce spécifique.

22 janvier 2018 /  14h-17h : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention (séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet CESSMA), avec Wenjing Guo (centre de la Rochefoucault, Association Aurore), Bénédicte Parvaz Ahmad (ANR LIMINAL, ERTIM), Anaïk Pian (U. de Strasbourg, ANR Babels)

19 février 2018 / 13h30-16h30Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (après-midi d’étude coordonnée par Delombera Negga PLIDAM) avec : Joseph Alemu (interprète, traducteur, médiateur), Bezunesh Tamru (U. Paris 8 Vincennes), Alessandro Triulzi (U. de Naples “L’Orientale”, Archivio delle memorie migrante)

19 mars 2018 / 13h30-16h30 : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ? Séance organisée par Yasmine Bouagga (CNRS- ENS Triangle) :  avec Moussa Abdallah Mahdi (ancien relais communautaire soudanais à Calais) et Myriam Rachih, médiatrice du Secours Catholique- Calais.

9 avril 2018/ 13h30-16h30“Tu n’es qu’un dictionnaire !” :  représentations de l’interprète et de la traduction  (séance coordonnée par Nisrine Al Zahre/ EHESS) avec  Jocelyne Clément (psychologue clinicienne), Hala Trefi Ghannam (interprète, traductrice), Mariam Dembele (sciences politiques, interprète) et Nil Denis (traductrice, interprète, médiatrice)

28-29 mai 2018 : Violence & récit : recueillir, traduire, transcrire, colloque international en partenariat avec l’axe “Spatialité, domination et violence” (CESSMA)  (Colloque coordonné par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Laetitia Bucaille et Elise Pestre) Programme ici 

22 juin 2018 / 14h-18h  : Migrations en Afghanistan : culture, décisions et politiques, en partenariat avec le Ceri Sciences-Po.: avec Schuster  (University of London),  Belgheis Alavi Jafari (Kaboul University)  et la projection du film Welcome in Paristan, de Mohamad Reza Safibdad (2017 – 75 min ) en présence du réalisateur.  Séance organisée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Liminal, Inalco) et Hélène Thiollet (Ceri, Sciences Po) – Sciences Po, Amphi Jean Moulin, 13 rue de L’Université 75007  Entrée libre avec inscription ici

ANR LIMINAL

Le programme LIMINAL porté par l’INALCO et financé par l’Agence Nationale de la Recherche traite des interactions et médiations langagières et culturelles entre acteurs en situation de crise migratoire et humanitaire, telle que celle-ci se développe en France depuis 2015 (création de camps et campements d’ampleur, développement de centres d’accueil). Il mobilise des chercheurs de différentes disciplines en SHS (linguistique et sociolinguistique, sémiotique, anthropologie, sociologie, études sur la migration, psychologie) pour mener conjointement en cinq langues (urdu, dari, farsi, amharique, arabe) des études de terrain sur les pratiques de médiation linguistique et interculturelle dans des camps et des lieux d’accueil et d’hébergement diversifiés, formels et informels, auprès d’une pluralité d’acteurs sociaux (institutionnels, associatifs, populations migrantes). Son objectif scientifique est d’étudier les enjeux théoriques et pratiques des stratégies d’interaction et de médiation, les malentendus ou insuffisances (usages inappropriés, mécompréhensions interculturelles, situations bloquées, émotions dysphoriques) et de proposer, à terme, des outils à destination de la recherche, des acteurs sociaux et des services publics (glossaires lexico-terminologiques multilingues, documentations textuelles et audiovisuelles, portail web, outils pédagogiques). Ce programme de recherche offrira l’opportunité de valoriser compétences linguistiques, dispositifs de solidarité, co-actions ; de circonscrire les difficultés ; d’apporter le concours d’une recherche plurilingue et pluridisciplinaire à des éléments de formation et de documentation destinés à un large public (recherche, associatif, ONG, travailleurs sociaux, bénévoles et exilés).