Archives par mot-clé : langages

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en  migration

Colloque mi-parcours ANR Liminal, 10-11 septembre 2019

Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris – Amphithéâtre  7 + Auditorium, Entrée libre sans inscription

Depuis novembre 2017, les chercheur.e.s de Liminal, programme financé par l’Agence nationale de la recherche, étudient les interactions et les médiations langagières dans les temporalités de l’urgence, dans les centres et campements d’Ile de France, du Calaisis et de la frontière franco-britannique, à Briançon et à la frontière franco-italienne. Ces lieux sont autant d’espaces où la communication et la diffusion d’informations est à la fois vitale et entravée.  Aux contraintes physiques et psychiques qui s’exercent sur les sujets exilés s’ajoutent fréquemment des violences dans les langues et dans la traduction,  qu’elle soit insuffisante, inadaptée ou autour d’intraduisibles. Les langues dans l’urgence sont aussi, en conséquence, une urgence dans les langues.

A mi-parcours des travaux du programme Liminal, un premier état des lieux sur les langues dans l’urgence peut être envisagé dans ses différents aspects : juridiques et pratiques (accès à l’information, guides et niveaux de langues, outils de diffusion) ; structurels  (profils et fonctions des locuteurs engagés dans l’accueil et l’hébergement, représentations de la langue) ; de médiation (niveaux de traduction et de langues, médiateurs-pairs…) ; subjectifs (de position, d’engagement, de formes d’interaction) ; langagiers enfin, avec la création de nouveaux vocabulaires et de lexiques véhiculaires dans le vif de l’expérience. Glissements d’une langue à l’autre, emprunts et stratégies linguistiques par des populations multilingues, appropriation d’acronymes, détournements de sens, transformations des référents, caractérisent ces inventions élaborées pour et contre l’urgence, par utilité et résistance. Ces « bricolages » sont aussi ceux de salariés et aidants du premier accueil ; ils créent une zone de possibilités et d’incertitudes dans laquelle la communication non-verbale joue également un rôle important.

Cet espace des langues et des pratiques langagières, octroyé ou conquis, met à l’épreuve les représentations de la nation et de l’hospitalité, les constructions croisées de la figure « des migrants » et de l’étranger, de leurs langues et cultures. Il questionne les fonctions des acteurs locuteurs et la diversité de leurs statuts (interprètes, médiateurs, « traduisants » informels), leurs relations avec les acteurs non locuteurs (acteurs étatiques, associatifs, bénévoles, militants, chercheurs etc.). Plus généralement, cette crise des langues dans l’accueil interroge les modalités de gestion de la « crise » migratoire, entre obligations légales et évaluation des besoins. 

De fait, à travers les langues, ce qui se dessine est la place faite au sujet exilé, à la fois comme individu et comme élément d’un dispositif d’accueil lui-même en crise. C’est précisément sur ces enjeux que ce colloque entend revenir dans une perspective résolument multidisciplinaire réunissant dans chaque panel chercheurs et acteurs, réflexions et pratiques.

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

msaglio@inalco.fr; alexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Programme 

Continuer la lecture de L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

Ce que peuvent la sociologie et la psychanalyse en temps de haine – 16 avril 2019

Ce que peuvent la sociologie et la psychanalyse en temps de haine

 

16 avril 2019, 17-20h, salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

en partenariat avec le programme Non-lieux de l’exil,  l’Institut de Psychologie de l’Université de São Paulo,  et du  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.

Avec : Miriam DEBIEUX  (psychanalyste, USP São Paulo),  Caterina KOLTAI (sociologue, psychanalyste, PUC São Paulo) , Ana C. GEBRIM (psychanalyste, sociologue, USP São Paulo, INALCO Paris)

Discutants : Thamy Ayouch (U. Paris-Diderot),  Elise Pestre (CRPMS, U. Paris Diderot / LIMINAL) et Eugenia Vilela (U. Porto, NLE)

Coordinatrices : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO, CESSMA, LIMINAL, NLE), Eugénia Vilela (Université de Porto, NLE), et Miriam Debieux (Université São Paulo)

Présentation des intervenant.e.s :  ici

image du bandeau : ©M-C Saglio-Yatzimirsky, campement le Millénaire La Villette, 4 mai 2018

Dalmechar – L’intermédiaire / Bénédicte Diot

Terme utilisé par les ressortissants du sous-continent indien lorsqu’ils parlent de leur procédure de demande de papiers entre eux ou avec des interlocuteurs administratifs ou en contexte judiciaire, dalmechar est un terme courant pour désigner un intermédiaire.

(1) Dans le cabinet d’un juge d’instruction :

Justiciable – « Quand j’étais en garde à vue, le dalmechar a mal traduit, je n’ai pas voulu dire cela. Les policiers ont appelé un dalmechar qui ne parlait pas ma langue.»

(2) Appel à un traducteur assermenté :

  • Demandeur – Allô ? Vous faites bien la dalmechari ? J’ai des documents à traduire pour un mariage / pour la Commission1.
  • Traducteur – Monsieur, je ne fais que de la traduction.

(3) Deux compatriotes discutant entre eux :

  • A – J’ai besoin d’une attestation de sécurité sociale.
  • B – Va voir Untel, il est dalmechar. Il pourra t’obtenir le papier.

(4) Au tribunal, un justiciable et un interprète :

  • Justiciable – Combien je vais prendre, d’après vous ?
  • Traducteur – Je ne sais pas, monsieur. C’est votre avocat qui peut vous le dire.
  • Justiciable – Mais vous êtes dalmechar, vous devez bien avoir une idée.

    Tout part du mot allemand « Dolmatscher », qui signifie « interprète ». Autrefois, ce mot désignait également le traducteur (à l’écrit) mais son sens a fini par se restreindre au cours du XIXe siècle au domaine de l’oral. Pour les migrants venus du sous-continent indien, le sens est bien plus large. Prononcé « ḍālmecar2 », il désigne certes une personne capable de traduire d’une langue vers une autre, mais aussi celui qui sait préparer un récit pour une demande d’asile, remplir un dossier, qui peut faire obtenir des papiers. Dérivé de ce terme, « ḍālmecarī» désigne le travail accompli par le dalmechar, de la traduction à tout type d’aide pour obtenir des papiers.

Dans les exemples (1) et (2), on aurait très bien pu avoir le terme « tarjumā » (pour les Pakistanais, « anuvād » pour les locuteurs indiens) ou les mots anglais « translate », « translation », qui signifient simplement traduction. C’est donc que l’usage de « dalmechar » contient bien une valeur ajoutée.

Conceptuellement parlant, le traducteur-dalmechar est souvent doté dans l’esprit des migrants des qualités et du savoir d’un « vakīl » (avocat) comme l’illustre l’exemple (4), alors qu’il n’en est rien, au point que l’interprète-traducteur spécialisé dans les procédures d’asile ou de justice sera souvent désigné, par extension et de manière impropre, par le terme « vakīl ». L’exemple (3) montre toute l’ambiguïté de l’emploi de dalmechar que l’on peut solliciter tout aussi bien parce qu’il pourra traduire un acte, écrire un courrier qui permettra d’obtenir l’attestation souhaitée, ou peut-être même la (faire) fabriquer.

Un troisième terme qui revient très fréquemment associé aux deux précédents est celui de « ejant »( API eʤəɳʈ), littéralement « agent »). Le mot désigne en tout premier lieu un passeur. Au Penjab indien comme pakistanais, depuis des décennies, il existe des bureaux de recrutement par lesquels des agents envoient des travailleurs et des travailleuses notamment dans les pays du Golfe. Ces agents se chargent de leur trouver des contrats et les sponsors sur place indispensables à l’obtention du visa de travail. De plus, au Penjab tant indien que pakistanais, de nombreuses agences de voyage se spécialisent plus ou moins légalement dans l’envoi de leurs compatriotes à l’étranger. Par extension, toute personne qui participera à l’organisation du passage à l’étranger pourra être qualifiée d’« ejant ».

On voit donc à travers ces trois termes se dessiner un concept d’intermédiaire entre plusieurs pays qui connaît à la fois les régulations et la façon de les contourner. Ceci permet de comprendre les attentes parfois démesurées de certains clients ayant recours au traducteur interprète.

Bénédicte Diot (Inalco, programme LIMINAL)

—-

1 « Commission » désigne la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Le mot fait référence à l’ancienne désignation Commission des Recours aux Réfugiés, pourtant abandonnée depuis la réforme de 2009 mais toujours en usage dans la communauté des demandeurs d’asile.

Selon la retranscription adoptée par les indianistes, plutôt [ɖɑ:lmeʧər] selon l’API.

AZIL : Langues, migration, exil. Ouverture du blog

Ouvert le 1er mai 2018  sur le site du quotidien Le Monde, le blog AZIL migrera prochainement sur un autre support. 

Azil ou encore Brefektur c’est un peu comme l’« haristaukrassie » de Barthes (Le plaisir du texte, 1973) : un langage qui ébrèche le signifiant pour en repenser l’analyse. Brefektur est une prononciation de « Préfecture » issue de l’arabe, Prafektshar à partir de l’urdu. Aucun des mots n’a d’équivalent dans les langues concernées : ce sont des mots frontières, les mots de l’asile –Azil – en France et en Europe.

Au plus près des mots échangés par les exilés, entre eux, avec les associations, avec l’Etat, c’est une nouvelle langue qui s’invente et reconstruit le vaste labyrinthe de l’accueil et de l’asile.  Car il ne s’agit pas seulement d’échanger des informations autour de la demande d’asile,  de trouver un lieu pour passer la nuit :  l’emploi de termes choisis pour l’occasion par les « migrants » disent l’origine et la désappartenance, la condition de tous et la situation de chacun, les difficultés et les stratégies, la violence et les rencontres du parcours, disent enfin,  le signifié de l’exil tel qu’il est projeté dans le discours.

Le projet de ce blog est né de la confrontation avec des langages complexes, ceux de l’administration, des associations et ceux des exilés venus de différentes parties du monde : tous les acteurs que nous côtoyons au sein du programme de recherche LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Programme ANR porté par l’INALCO-Langues’O). Ce programme né officiellement le 1er novembre 2017 pour 3 ans, part de la langue des migrants pour interroger les médiations et interactions en situation d’accueil dans des lieux d’urgence. LIMINAL comprend ainsi une vingtaine de chercheurs, anthropologues, sociologues, linguistes, sociolinguistes, psychologues, spécialistes de la migration, qui travaillent sur le terrain en  plusieurs  langues (pashto, dari, urdu, arabes dialectaux, amharique, anglais, français, etc.) pour comprendre les ressources, limites, étranges feux d’artifice nés de ces échanges, les représentations que véhiculent ces mots – c’est-à-dire ce qu’ils disent de nos institutions, de l’accueil et de nous.

Pourquoi donc, alors que le signifié est souvent celui de la misère et de la violence, qui illustre la situation des « migrants » rencontrés dans les camps, campements et centres d’accueil en France, cette expérience d’un nouveau langage est-elle également  une production signifiante essentielle à la compréhension de ce qui se joue ? Sans doute parce que « l’extravagance du signifiant » (Barthes) dans les constructions de néologismes, anglicismes et barbarismes est au fondement d’un dialogue qui est un perpétuel exercice de traduction d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un sujet à l’autre. Le dévoiement de « la valeur signifiée » du terme premier permet un formidable dévoilement de la charge politique (finger dena, donner les doigts, pour prendre les empreintes en urdu, allant jusqu’à désigner les Dublinés) ou poétique (umbrella  utilisé par des Pashtounes pour désigner la Bulle du Centre de Premier Accueil) autant qu’il exhume les rencontres permises par des parcours multiples, des interprétations complexes et personnelles, des stratégies de discours entre incompréhension, colère, détresse, mais aussi ironie et dérision.

Le blog Azil décline ainsi, grâce à l’expertise des chercheurs de terrain, les mots de l’asile, mots entendus, recueillis, traduits, pour restituer la complexité des enjeux entre toutes les parties : mots des demandeurs d’asiles et exilés, mais aussi mots des acteurs associatifs, administratifs, politiques, en croquant à chaque fois une situation et en s’interrogeant sur la créativité de la langue et son impact dans ces lieux pluriels et singuliers que sont les camps, campements et centres d’accueil, d’hébergement ou de rétention.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet

Cliquer sur l’image pour accéder à azil.blog.lemonde.fr

M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet