Archives par mot-clé : langues

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en  migration

Colloque mi-parcours ANR Liminal, 10-11 septembre 2019

Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris – Amphithéâtre  7 + Auditorium, Entrée libre sans inscription

Depuis novembre 2017, les chercheur.e.s de Liminal, programme financé par l’Agence nationale de la recherche, étudient les interactions et les médiations langagières dans les temporalités de l’urgence, dans les centres et campements d’Ile de France, du Calaisis et de la frontière franco-britannique, à Briançon et à la frontière franco-italienne. Ces lieux sont autant d’espaces où la communication et la diffusion d’informations est à la fois vitale et entravée.  Aux contraintes physiques et psychiques qui s’exercent sur les sujets exilés s’ajoutent fréquemment des violences dans les langues et dans la traduction,  qu’elle soit insuffisante, inadaptée ou autour d’intraduisibles. Les langues dans l’urgence sont aussi, en conséquence, une urgence dans les langues.

A mi-parcours des travaux du programme Liminal, un premier état des lieux sur les langues dans l’urgence peut être envisagé dans ses différents aspects : juridiques et pratiques (accès à l’information, guides et niveaux de langues, outils de diffusion) ; structurels  (profils et fonctions des locuteurs engagés dans l’accueil et l’hébergement, représentations de la langue) ; de médiation (niveaux de traduction et de langues, médiateurs-pairs…) ; subjectifs (de position, d’engagement, de formes d’interaction) ; langagiers enfin, avec la création de nouveaux vocabulaires et de lexiques véhiculaires dans le vif de l’expérience. Glissements d’une langue à l’autre, emprunts et stratégies linguistiques par des populations multilingues, appropriation d’acronymes, détournements de sens, transformations des référents, caractérisent ces inventions élaborées pour et contre l’urgence, par utilité et résistance. Ces « bricolages » sont aussi ceux de salariés et aidants du premier accueil ; ils créent une zone de possibilités et d’incertitudes dans laquelle la communication non-verbale joue également un rôle important.

Cet espace des langues et des pratiques langagières, octroyé ou conquis, met à l’épreuve les représentations de la nation et de l’hospitalité, les constructions croisées de la figure « des migrants » et de l’étranger, de leurs langues et cultures. Il questionne les fonctions des acteurs locuteurs et la diversité de leurs statuts (interprètes, médiateurs, « traduisants » informels), leurs relations avec les acteurs non locuteurs (acteurs étatiques, associatifs, bénévoles, militants, chercheurs etc.). Plus généralement, cette crise des langues dans l’accueil interroge les modalités de gestion de la « crise » migratoire, entre obligations légales et évaluation des besoins. 

De fait, à travers les langues, ce qui se dessine est la place faite au sujet exilé, à la fois comme individu et comme élément d’un dispositif d’accueil lui-même en crise. C’est précisément sur ces enjeux que ce colloque entend revenir dans une perspective résolument multidisciplinaire réunissant dans chaque panel chercheurs et acteurs, réflexions et pratiques.

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

msaglio@inalco.fr; alexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Programme 

Continuer la lecture de L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

“Case” – récit / Shahzaman Haque

Mera case kon likhega ? Mera case bahut petchida hai –  « Qui va écrire mon récit ? Mon récit est très compliqué ». Cette phrase exprime l’inquiétude des migrants pakistanais lorsqu’ils comprennent qu’ils doivent produire un récit, écrit d’abord dans leur langue, puis en français.

Les exilés originaires d’Asie du sud, particulièrement ceux venant du Pakistan et de l’Afghanistan, mais aussi du Bangladesh, du Népal et de l’Inde emploient le terme anglais « case » /kεs/ qui signifie pour eux « récit ». Le récit est un élément crucial lors d’une demande d’asile. Il comporte des informations sur la nécessité de protection face à un parcours personnel, au sens de la Convention de Genève de 1951 qui stipule que le terme réfugié s’applique à toute personne qui « craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions publiques ». Il  est également normé, avec des attendus explicites ou implicites. Plusieurs associations mais aussi des “aidants” interviennent et avec l’aide d’un interprète, un récit est rédigé et traduit. On peut aussi signaler le « marché » parallèle des récits, où ceux ci, stéréotypés, sont revendus à différents tarifs. Le demandeur d’asile doit apprendre par cœur les informations racontées dans le récit.

Aucun dossier sans récit ne pouvant être accepté par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), le terme « case » prend une conséquence une connotation spécifique dans le langage des migrants. Il renvoie également au statut du requérant. Le « case » est en quelque sorte une clef de voûte sur laquelle repose tous leurs espoirs d’obtention de la protection du pays d’accueil.

En anglais, le terme « case » signifie ‘incident’, ‘situation’, ‘problème’. Dans le sous-continent indien, il est utilisé également dans le sens de « faire le procès de », il fait donc un lien avec le tribunal. Le glissement du sens premier « faire le procès de » au « récit » par des exilés pourrait venir de cet usage spécifique :  en dernier recours, les exilés peuvent avoir recours en France à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Il est possible de trouver le mot « case history » en anglais, qui désigne la trajectoire pathologique d’un patient suivi par un psychologue. Ainsi, la phrase Mere jo case ka story hai qui signifie « c’est l’histoire de mon récit », prononcée par des demandeurs d’asile pakistanais dans des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) comme introduction à leur récit. 

Dans l’usage familier, on désigne par « case » quelqu’un qui est « lourd » ou  « idiot ». Il existe un équivalent en français ‘cas’ : « ce type est un cas », un cas social, particulièrement stupide, problématique, incongru et inadéquat. Expression très courante en ourdou et en hindi « bahut bara case hai », elle n’a pas été entendue dans les centres d’hébergement plus qu’ailleurs, mais cette proximité est à souligner.  

Shahazaman Haque (Inalco / Liminal)

https://liminal.hypotheses.org/771

H2M : Ouverture du Diplôme inter-universitaire Hospitalité, Médiations, Migrations / Anr Liminal – Inalco – Université Paris Descartes

L’ANR LIMINAL, l’INALCO et l’Université Paris Descartes ont le plaisir d’annoncer l’ouverture à la rentrée de l’année académique 2019-2020 du Diplôme inter-universitaire

Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M)

Public visé : Médiateurs et animateurs d’ONG accueillant des personnes en situation de migration, assistantes sociales des collectivités locales, travailleurs sociaux et réfugiés.

Dates : Du 16 septembre 2019 au 26 juin 2020
Durée : 120 h + 70h de stage

L’hospitalité désigne la relation qui permet de transformer un étranger potentiellement hostile, en ami, en « hôte ». En plus d’un éclairage sur le contexte historique, juridique, administratif qui permet d’appréhender les dispositifs d’accueil, cette formation inclusive et collaborative (présence de terrain, stage) propose une réflexion sur les enjeux et les pratiques de médiation et d’interprétariat en contexte migratoire.
Candidatures : ouverture le 27 mai 2019 / clôture le 30 juin 2019
Inscription via le lien suivant : https://candidatures.inalco.fr

Informations : ici

Pré requis : Dépôt de dossier, baccalauréat ou équivalent, maîtrise du français, maîtrise d’une langue de la migration (B1 minimum)

Tarif :

  • Inscription individuelle : 750 €
  • Inscription entreprise, OPCO, Plan de formation Pôle Emploi *: 1000 €
  • Gratuité pour certaines places, selon conditions.

* Pour plus d’infos sur les financements possibles, merci de cliquez ici.

Can the exile speak ?  Parler, traduire, restituer / Séminaire doctoral LIMINAL, 11 juin 2019

Prochaine  séance du séminaire doctoral de l’ANR LIMINAL / Inalco

Can the Exile speak ? Parler, traduire, restituer 

mardi 11 juin 2019, 17-20h, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

Entendre, est ce laisser parler ? Qui parle pour qui, avec qui, dans quels espaces politiques laissés, assignés ou conquis ? Quels sont les statuts des récits et des engagements des exilé.e.s  ? Jusqu’à quel point – et en quelles langues – ces paroles sont elles audibles,  notamment lorsqu’elles sont relayées ou portées par des tiers ?  A qui s’adressent-elles ? Interroger la place de la parole, de l’engagement, de la traduction n’engage pas seulement à penser la place de l’exilé.e mais aussi bien les pratiques et les politiques de restitution, au carrefour de la recherche scientifique, du témoignage et du militantisme.

Séance en collaboration avec le programme Non-lieux de l’exil

Pré-programme, d’autres intervenants ont été invités.

  • Michèle LECLERC-OLIVE (sociologue, CNRS-IRIS)
  • Claire LEVY-VROELANT (sociologue) autour de L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018)
  • Babak INANLOU (étudiant en exil, artiste)
  • Nicolas JAOUL (anthropologue, CNRS – IRIS) réalisateur du film “Beriz (Paris) – le temps des campements “ – présentation d’extraits du work in progress
  • Thamy AYOUCH   (psychanalyste, U.Paris Diderot)

Coordinatrices / Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Image du bandeau  issue de “Bériz. Le temps des campements”  documentaire de Nicolas Jaoul (c)

Présentation des intervenant.e.s : 

Thamy Ayouch est psychanalyste, Professeur des Universités (Paris Diderot), et a été « Professor Visitante Estrangeiro » (Universidade de São Paulo). Il travaille sur les interactions et dialogues de la psychanalyse avec l’anthropologie philosophique, la théorie politique, les études féministes, de genre, queer, postcoloniales et décoloniales.  Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais, portugais et espagnol, dont, notamment :      Merleau-Ponty et la psychanalyse. La consonnance imparfaite, Le Bord de l’eau, Paris, 2012 ; Psicanálise e homossexualidades: teoria, clínica, biopolítica  CRV, Curitiba, 2015 ;    Géneros, « cuerpos y placeres ». Perversiones psicoanalíticas con Michel Foucault , Letra Viva, Buenos Aires, 2015 et   Psychanalyse, hybridité, hybridations : devenirs mineurs. Genre, colonialité et subjectivation, Louvain, Leuven University Press, 2018.

Babak Inanlou est étudiant en exil en France depuis décembre 2015 et artiste. Il a publié plusieurs textes et poèmes et réalisé plusieurs courts documentaires .

Nicolas Jaoul est anthropologue politique, membre de l’IRIS, spécialisé sur la contestation des castes en Inde par les Dalits. Ayant reçu une formation en cinéma anthropologique, il a réalisé un film sur le mouvement des Dalit Panthers: “Sangharsh, le temps de la lutte” (Sister Production, 2018, 105 mn.). En 2015, il s’est engagé comme soutien sur les camps d’exilés de La Chapelle et a  filmé de l’intérieur cette mobilisation, qui constitue le sujet du film “Beriz, le temps des campements”, actuellement en cours de montage.

Michèle Leclerc-Olive est membre (CR1 honoraire CNRS) du laboratoire IRIS (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Enjeux Sociaux) de l’EHESS. Elle anime l’Atelier de Recherche et  de Traduction en Sciences Sociales dans le cadre duquel elle a traduit avec Cécile Soudan les principaux textes sur le temps de George Herbert Mead – La philosophie du temps en perspective(s), Éditions de l’EHESS (2012). Elle a consacré plusieurs publications à la traduction et au plurilinguisme. Elle travaille également sur l’expérience biographique, et plus précisément sur les événements biographiques et leurs mises en récit. Plusieurs publications jalonnent ce parcours, depuis Le dire de l’événement (biographique) paru en 1997, jusqu’aux articles plus récents, comme Des événements en souffrance, de Mead à Benjamin (2007), Enquêtes biographiques, entre bifurcations et événements (2011), Anthropologie du biographique et identité narrative(2017), Eventos Biográficos: Laboratórios de Literatura ? (2017). Ces textes proposent des réflexions sur les enjeux épistémologiques propres aux recherches sur « le » biographique. Ses enquêtes centrées sur les expériences migratoires révèlent les limites des épistémologies « sédentaires » (typification, espace-temps newtonien, narrativité, aléatoire probabilisable, etc.) pour saisir ces expériences biographiques souvent « inouïes », ces expériences-limites qui parfois passent par la fiction pour trouver à se dire, fut-ce par fragments. Plusieurs articles témoignent de ces derniers travaux : Expériences migratoires et épistémologies sédentaires (2013), Un étudiant sahélien en URSS. Temporalités fragmentées et récits d’expérience (2013], Au-delà des sédentarités (2015), Étudiants sahéliens formés dans un pays de l’ex-bloc socialiste. Devenirs biographiques et tumultes de l’histoire (2015) ou encore Transmettre l’expérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur (Subjectivités face à l’exil, Journal des anthropologues 2018).

Claire Levy-Vroelant est professeure de sociologie à l’Université de Paris 8 Saint-Denis (depuis 2004) et membre du centre de recherche sur l’habitat (LAVUE, UMR 7218 du CNRS). Depuis 2018 elle est chercheure associée à l’INED dans l’UR12, Identités et territoires des populations et Fellow de l’ICM Institut Convergences Migrations. Elle est membre du comité éditorial de plusieurs revues académiques internationales, et administratrice de Paris-Habitat, Seine Saint-Denis Habitat et Fors-recherches sociales. Ses recherchent se situent entre la sociologie du logement et la sociohistoire des migrations, avec une attention particulière aux formes d’hospitalité et à la mémoire collective. Sa formation d’historienne lui permet une approche sur le temps long des phénomènes, comme pour son ouvrage Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, (avec Alain Faure) Créaphis, 2007 et encore pour la recherche sur  Les bains-douches de Paris. Une enquête sur les lieux et leurs usages (Documents de travail, publication en ligne, INED, 2019). Dans le prolongement de l’ouvrage L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018), un travail de collecte classement et versement des archives de l’association des victimes de l’incendie (AVIPO, 2005-2019) à La contemporaine est en cours (projet AMOCA-ICM, 2019-2020).

« Waraq » – Papiers / Naoual Mahroug

 

      A, érythréen se présente régulièrement à une permanence juridique proposée par un collectif[1], pour exposer ses difficultés face à la procédure d’asile et aussi pour parler de sa situation d’attente. Locuteur du tigrinya, il se rend quelquefois à la permanence accompagné d’un compatriote qui assure des traductions du tigrinya à l’arabe soudanais. Cet ami échange ainsi avec la bénévole arabophone faisant fonction d’interprète au sein de la permanence. A. dit qu’il ne maîtrise pas très bien la langue arabe pour justifier la présence de son ami. Ce jour, le jeune érythréen est venu seul à la permanence ; il s’exprime alors en arabe et dit « je peux déchirer ce papier (waraq), c’est le faux, ça n’existe pas, comme ça c’est fini ! ». Il emploie le terme waraq en désignant le papier en question. En tigrinya, papier au sens de document administratif peut se dire filo. Une autre bénévole qui dispose de connaissances juridiques et écoute la traduction de la bénévole arabophone, l’en empêche et explique en français que « l’administration a tout et retrouvera tout ça » (janvier 2018).

Waraq est employé par des exilés de différentes régions du monde, locuteurs d’arabe soudanais, de dari, de pashto. La racine wrq de ce terme est aussi entendable chez des locuteurs du somali, de l’amharique. En arabe, ce terme waraq vient du verbe waraqa signifiant tapisser. Sa polysémie renvoie ainsi à la fois au domaine botanique (la feuille automnale), aux documents (administratifs) mais aussi aux papiers à tapisser. Tout aussi intéressant à noter, waraq bardi signifie les feuilles de papyrus.

Tel qu’il est employé par les demandeurs d’asile, waraq désigne ces documents administratifs de la procédure de demande d’asile. Ces documents sont produits par des institutions administratives ou juridiques comme la préfecture, le tribunal administratif, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ou encore l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Rédigés en français, ils proviennent d’institutions que le requérant semble connaître. Dans les permanences et autres lieux dans lesquels se rendent les demandeurs d’asile pour interroger des points précis de la procédure, les waraq semblent être au cœur des échanges avec les bénévoles, et circulent d’une main à l’autre. Parmi ces waraq, certains sont nommés par les demandeurs d’asile. C’est le cas pour le récépissé qui est nommé et désigné comme tel par les demandeurs d’asile, reprenant ainsi le terme français[2]. Aussi, le nom de l’institution qui produit le document administratif peut être mobilisé par les demandeurs d’asile et fait référence pour nommer le waraq. À titre d’exemple, les documents produits par l’OFPRA sont désignés ofbra par les locuteurs d’arabe soudanais. Pour d’autres papiers, tels que l’attestation de demande d’asile, c’est la mention « Procédure Dublin »[3] ou « Procédure normale »[4] inscrite sur le document qui est reprise, sous la forme dubline ou normale par de nombreux exilés. Ainsi, les demandeurs d’asile nomment ou renomment certains waraq par des termes qui symbolisent des étapes de la procédure de demande d’asile. Bien que normés et codifiés[5], ces documents administratifs sont investis par les demandeurs d’asile qui leur attribuent des formes de subjectivités.

Dans les discours et dans les mains, les waraq sont très présents dans le quotidien des demandeurs d’asile. Au cours des permanences juridiques, nombre de demandeurs d’asile tendent des papiers aux bénévoles avant prendre la parole. Ainsi, le papier est ce qui est transmis d’emblée, ce qui est objet d’échange. Le terme waraq est dans ces circonstances peu entendu bien qu’il soit très présent par sa matérialité. Les gestes suffisent dans ce premier temps, pour solliciter l’attention du bénévole.

Quelques fois, c’est d’abord le terme « papier » qui est employé en français par le bénévole qui demande à voir des documents administratifs puis traduit par waraq par le bénévole ou demandeur d’asile qui assure la fonction d’interprète. Le mot « papier » n’est que peu utilisé par les demandeurs d’asile qui pour certains le comprennent mais n’en font pas usage, préférant utiliser waraq.

Dans d’autres contextes, les demandeurs d’asile font usage de ce terme, au cours des conversations menées au sein des permanences. Waraq est ainsi employé pour évoquer les difficultés, ou  les questionnements que pose un document administratif. Ainsi, le demandeur d’asile cherche et attend des éléments de réponses explicatives à ce waraq. Il souhaite des conseils notamment pour comprendre les waraq relatifs au dubline. Détruire certains de ses papiers pour peut-être sortir du labyrinthe administratif dans lequel A. se trouve piégé, questionne ainsi la charge symbolique de ces waraq.

Naoual Mahroug

[1] J’ai rencontré A. dans le cadre d’un terrain ethnographique menée au sein d’une permanence juridique parisienne dédiée aux demandeurs d’asile.

[2] Voir le billet « Récépissé » de Bénédicte Diot, Blog Azil https://liminal.hypotheses.org/716

[3] En référence à la procédure Dublin qui est un règlement européen visant à déterminer l’État dit responsable de l’instruction de la demande d’asile.

[4] En opposition à la « Procédure accélérée » qui suppose de courts délais d’instruction de la demande d’asile.

[5] Dardy, 1997.

POLITIQUES DU REFUGE / SÉMINAIRE DE RECHERCHE 23-25 MAI 2019, LE CHANNEL – CALAIS

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal, NLE
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

INTERAGIR, CONSTRUIRE LES LIEUX DE SOINS / SEMINAIRE LIMINAL 10 MAI 2019

La prochaine séance du séminaire LIMINAL aura lieu exceptionnellement le vendredi 10 mai 2019, en collaboration avec le COMEDEMédecins sans frontières et le programme Non-lieux de l’exil :

Exil : Interagir, construire les lieux de soins

 

17h30-20h30, centre  d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés  Médecins sans frontières, 101 bis rue Jean Lolive, à Pantin (métro Eglise de Pantin, ligne 5). Attention, entrée libre mais nombre de places limité à 50. 

Cette séance  s’articulera autour des expériences des intervenant-e-s qui ont à divers titres participé à créer des lieux de soins pour les personnes exilées. Nous y mettrons particulièrement au travail quelques questions. Comment se construisent, s’imaginent, se rêvent les lieux de soins pour les exilés? Comment ces institutions laissent-elles la place aux (inter)subjectivités concernées par l’exil? Comment y travaille-t-on les enjeux de reconnaissance, que celle-ci concerne les professionnels (soignant-e-s, coordianteur-trice-s, interprètes), salariés comme bénévoles, ou les personnes accueillies ?

Avec Jean-Claude  METRAUX  (pédopsychiatre, U. Lausanne),  Mélanie KERLOC’H (psychologue clinicienne MSF),  Shahnaz OJAGHI (interprète, sociologue)

Coordination : Laure Wolmark (COMEDE)

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ANR LIMINAL)

Image du bandeau : dessin Laura Genz, Courtoisie

Présentation des intervenant.e.s :

Jean-Claude Métraux est psychiatre d’enfants et d’adolescents. Chargé de cours à l’université de Lausanne (cours « Santé et migration) depuis plus de vingt ans. Co-fondateur, puis directeur (1993-2001) de l’association Appartenances à Lausanne (association travaillant avec des personnes migrantes, sur les plans tant psychothérapeutique que social et éducatif), il travaille dans le cadre de projets de santé communautaires au Nicaragua (1987-1990) et en Bosnie-Herzégovine (2001-2003). Auteur de Deuils collectifs et créations sociale (La Dispute, Paris, 2004) et de La migration comme métaphore (La Dispute, Paris, 2011 / 2017).

Mélanie Kerloc’h est psychologue clinicienne,  spécialisée en clinique infanto-juvénile et en psychologie transculturelle. Elle travaille depuis plusieurs années pour Médecins sans Frontières, dans des contextes de violences (Palestine), après des catastrophes naturelles (Népal), auprès des réfugiés en Grèce, en Ouganda. Elle a contribué à la création du centre de Pantin pour mineurs non accompagnés, non pris en charge par L’ASE.

Shahnaz Ojaghi. Diplômée en sciences sociales de l’université de Téhéran, et après avoir travaillé notamment au sein de l’ambassade de France en Iran, Shahnaz Ojaghi rejoint Paris en 2013 et intègre le master de l’EHESS mention « Genre, Politique et Sexualités ».Son mémoire de Master porte sur les femmes iraniennes immigrées en France durant la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013). En parallèle de son activité professionnelle d’interprète (persan et kurde) pour Médecins Sans Frontières depuis plus de 3 ans, Shahnaz a entamé en 2017 une thèse en sociologie, sous la direction de Michel Peraldi, centrée sur l’étude socio-économique des migrants afghans durant leur long trajet entre le Moyen-Orient et l’Europe.

Laure Wolmark est psychologue clinicienne et coordinatrice des activités de santé mentale du Comede – Comité pour la santé des exilé.e.s. Elle a publié  notamment, « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017), « La danse comme foyer d’asile. Circulations, corps, institutions » avec Zornitza Zlatanova (Nouvelle revue de psycho-sociologie, 2017), et, dans le hors-série “Subjectivités face à l’exil, positions, réflexivités et imaginaires des acteurs” (Journal des Anthropologues, déc. 2018) :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» Elle est membre de Non-lieux de l’exil. 

« RECEPISSE » / Bénédicte Diot

A et B se rencontrent et discutent de la stratégie la plus rapide pour commencer les démarches d’obtention d’un titre de séjour :

A- « Où vaut-il mieux aller pour le récépissé ?

B- Il vaut mieux aller à Argenteuil1, c’est plus facile qu’à Cergy1 où on attend trop longtemps.

A – A Bobigny2, ce n’est même pas la peine, c’est six mois avant le rendez-vous pour lerécépissé. »

            Dans les centres d’accueil mais aussi les camps et campements, récépissé est un terme récurrent dans le vocabulaire des migrants et demandeurs d’asile, qui choisissent de garder le terme français plus que de le traduire. Tous, quelle que soit la langue parlée, garde ainsi ce terme intraduisible à l’étymologie latine « recipere » qui signifie recevoir.  Ce mot est sans doute l’un des tous premiers mots français à intégrer le vocabulaire du demandeur d’asile après « préfecture ». Il désigne le document provisoire de séjour remis à l’intéressé admis dans la procédure, attestant le dépôt d’une demande d’asile. D’une validité d’un mois, portant la mention « en vue des démarches auprès de l’OFPRA », ce premier récépissé sera suivi d’un second portant mention de l’enregistrement de la demande d’asile par l’OFPRA valable 6 mois, renouvelable plusieurs fois. Le récépissé a une valeur symbolique forte, car il représente le premier document officiel français remis au migrant attestant de sa demande d’asile et le protégeant pendant cette période : pour certains, obtenir le « récepissé »  représente une première victoire, tandis que les administrations et associations ne cessent de leur demander pour  authentifier leur statut. 

On l’interroge ici lorsqu’il est employé par les ressortissants du sous-continent indien, en particulier chez les Pakistanais et les Indiens locuteurs d’ourdou, de hindi et/ou de penjabi.

Bien qu’il existe un mot en hindi, ourdou et penjabi : « rasid» [rəsi:d] ou « tchalaan » [ʧəlɑ:n],  qui signifient reçu mais peuvent s’appliquer à d’autres contextes, il ne sera jamais utilisé par les demandeurs qui lui préféreront toujours le mot français, facile à prononcer et identifié à la seule demande d’asile. En effet, « rasid » peut désigner tout type de reçu dans une administration comme dans une relation commerciale. « tchalaan » , quant à lui, s’applique davantage dans un contexte transactionnel et désigne parfois une amende. «  tchalaan  » possède en outre un sens judiciarisé et peut signifier « poursuite », le «  tchalaan kuninda » [ʧəlɑ:n kunindɑ:] étant, en ourdou, celui qui poursuit (le procureur) et, au besoin, punit par des «  tchalaan  ».

Bénédicte Diot (Inalco, programme LIMINAL) 

 

1 Il s’agit ici des sous-préfecture et préfecture du Val d’Oise où l’on peut retirer un dossier de demande d’asile.

2 Préfecture de Seine-Saint-Denis. Le volume important des demandes a poussé le service des demandes d’asile à proposer des rendez-vous de plus en plus distants pour enregistrer les dossiers. Lors de la remise au demandeur du formulaire de demande d’asile, celui-ci se voit remettre une « attestation de dépôt de demande d’asile », autrefois appelée « autorisation provisoire de séjour » (APS), et avant encore « récépissé de dépôt de demande d’asile ».

Interprétation / Médiation en contexte migratoire. Retour sur table-ronde

Retour, en photographie, sur la table-ronde du 15 février 2019, table ronde :

Interprétation/Médiation en contexte migratoire

animée par Delombera Negga (PLIDAM, Inalco) avec les membres de l’ANR LIMINAL (de gauche à droite) : Rohullah Sidiqullah (LIMINAL),  Shahzaman Haque (PLIDAM, Inalco), Anne Pauwels (SOAS), Héba Medhat-Lecocq (PLIDAM, Inalco), Nisrine Al Zahre (EHESS),

dans le cadre du colloque Former des traducteurs et des interprètes : des prérequis au marché du travail, Inalco 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, 16h50-17h50

Cinéma et migration: filmer les exilés à Paris / 20 mars 2019

en relation avec son séminaire doctoral, L’ANR LIMINAL signale la soirée :

Cinéma et migration

Des campements solidaires au centre humanitaire, filmer les exilés à Paris

Organisé par l’Université Buissonnière en partenariat avec Curry Vavart  au Shakirail ,72 rue Riquet 75018 Paris

Le 20 mars à partir de 18h30

Projection « work in progress »   de En transit, documentaire de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, traduit par l’équipe ANR LIMINAL (Iskra Productions) – Dans le centre de premier accueil ouvert en novembre 2016 par la Mairie de Paris, des hommes sont en transit. Dans ce centre , quelques jours durant, ils se reposent de la rue où ils ont échoué en arrivant en France, apprennent par la préfecture le sort qui leur est réservé puis sont envoyés par cars dans d’autres centres en France. Les parcours croisés de plusieurs réfugiés et la répétition des actes de tri révèlent une froide sentence administrative face à une diversité de situations.

Projection « work in progress » de « Bèriz (Paris). Le Temps des Campements » (Iskra Productions et  EHESS), Film de Nicolas Jaoul – Ce film  revient sur la mobilisation des exilés dans le quartier de La Chapelle durant les mois de  juin et juillet 2015. Soutenus par des voisins et des  militants, les exilés, plusieurs fois expulsés et « évacués », ont tenu à maintenir leur présence afin de faire valoir leurs droits de demandeurs d’asile.

Dans ce film, le réalisateur s’est posé la question suivante: comment les exilé.e.s ont-ils vécu cette mobilisation sur les trottoirs lors de leur arrivée à Paris ?

 

 

 

“Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

 

GHARIB – L’exilé

Dans les campements provisoires des exilés à Paris, à Calais, Grande Synthe, dans les centres d’accueil, on entend souvent le terme gharib, employé  à la fois en référence au fait d’être exilé et pour désigner la condition de l’exil.  Ce sens n’est pas le plus évident car le premier usage de « gharib » dans les zones ourdouphones / hindiphones  désigne le pauvre dans sa dimension matérielle. « Gharib » au sens d’exilé est employé par les migrants afghans persanophones (et dariphones, variante afghane du persan) ainsi que par les arabophones de divers pays. Il est un terme parmi d’autres, comme par exemple le terme muhajjir  de l’arabe « voyageur »,  employé par les exilés eux-mêmes afin de se définir et de définir leur condition d’exilés. Toutefois, gharib est un terme dont la polysémie exprime les évolutions sémantiques en fonction du parcours et de la situation d’exil. Trois utilisations de ce terme en langues persane, ourdoue et arabe, entendues dans les conversations avec des exilés dans les centres d’hébergement renseignent sur ses divers sens.

Man dar in chahr gharib am,  que l’on peut traduire par « Je ne connais personne dans cette ville » : c’est un exilé afghan qui s’exprime en dari , dans le Centre d’Hébergement d’Urgence pour Migrants  Jean Quarré à Paris. Gharib signifie ici  « seul, esseulé «

Nahnu rajulun gharibun  c’est-à-dire « Nous sommes des étrangers » dit un  exilé soudanais en arabe dans un centre d’hébergement parisien.

Ham ider gharib ha, jab bahar jate ha to log sida dekhte ha ki ham bahar se aya aur police hamko rukhte ha. Isliye hamesha gharib mehsous karte ha  autrement dit « nous sommes des étrangers, lorsque nous sortons, les gens voient tout de suite qu’on est venus d’ailleurs et la police nous arrête. C’est pourquoi nous nous sentons toujours étrangers/exilés » précise, en ourdou, un  exilé afghan de Peshawar (Pakistan) dans un centre d’hébergement.

Harf-hô-ye ‘ajib o gharib mizanad  ou « Il/elle raconte des choses assez étranges » raconte un  exilé afghan sur son voisin de chambre dans un centre. Ici, Gharib (souvent précédé de ‘ajib) signifie étrange.

Ainsi, dans un terme désignant l’exil, on retrouve les thématiques de la solitude et de l’étrangeté, deux conditions présentes dans les discours et les parcours de vie des individus rencontrés sur les routes de la migration. Gharib désigne en effet le fait d’être en exil, avec un sens d’étrangeté, voire d’outsider, le fait d’être loin de chez soi et de se sentir extérieur au pays d’accueil.

Selon le dictionnaire Larousse Arabe/Français-Français/Arabegarib غريب de la racine arabe gh-r-b signifie abracadabrant, barbare, bizarre, curieux, étrange ou encore insolite, original. La polysémie du terme révèle l’aspect protéiforme de cette notion qui renvoie à la fois à celle d’étrangeté, de peu ordinaire, voire extravagant, inouï. L’exilé est alors par son altérité radicale, mais aussi sa condition caractérisée par le déracinement, un individu d’exception, en soi excentrique puisqu’excentré. L’exil provoque un sentiment inquiétant, qui dérange et inquiète. Ainsi le lexique et la polysémie de gharib expriment l’anomalie que représente la situation de l’exil. Le fait de quitter sa terre natale, de vivre au milieu d’une société, de groupes d’individus qui ne sont pas siens par les liens du sang, de l’alliance ou d’un corpus de valeurs et de pratiques sociales communes, constitue comme une fausse note, une erreur, une privation. On retrouve la même pluralité de sens dans l’usage du mot en exil que dans la terminologie plus littérale, avec une association entre le fait de venir d’ailleurs, l’étrangeté et la solitude.

Ce répertoire de la langue parlée est à relier avec la poésie classique persane, dans laquelle l’exil est un thème central : l’exil est associé à une nostalgie, celle de l’amant qui se trouve loin de sa bien-aimée, et d’un point de vue métaphysique, celle de l’âme exilée dans le monde qui a perdu le lien avec le divin. Ainsi, ces constructions sont « transportées » dans les lieux de l’exil et en colorent l’expérience. Il est intéressant de noter que ces champs lexicaux croisés se retrouvent chez des locuteurs de l’ourdou, de l’arabe ou du persan / dari. Ces éléments montrent qu’un répertoire commun de sensations et de représentations de l’exil est partagé dans l’expérience de la migration. Alors que certains termes se métamorphosent en même temps que l’individu est transformé par l’expérience de l’exil, d’autres, comme gharib, accompagnent les individus au fil de la migration.

Gharb en arabe évoque aussi l’Occident, que l’on retrouve dans le terme Maghreb, le Machrek étant l’Orient. Exil est donc issu de la même racine qu’Occident, ce qui provoque un redoublement, un rappel sémantique contenu dans la plurivocité du terme, comme si l’on ravivait une blessure. L’exilé est en exil dans un lieu qui contient l’exil dans sa désignation même.

Le terme utilisé dans le contexte français par les exilés afghans, iraniens, pakistanais, soudanais ou arabes du Moyen-Orient ou du Maghreb renvoie de façon plus ou moins directe à cette nostalgie de la terre perdue et du sentiment d’étrangeté en terre inconnue et vécue comme inhospitalière. Le terme gharib rappellerait ainsi l’expérience commune qui unit les individus par l’expérience de l’exil, malgré la diversité de leurs provenances et de leurs subjectivités.

Laurence Lécuyer (Cessma Inalco, Liminal) et Amir Moghani (Cerlom, Inalco, Liminal)

 

 

Continuer la lecture de “Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire/ Ateliers 24 Nov., Calais

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire. 

Samedi 24 novembre, 10h-17h30, Accueil de jour 47 rue de Moscou, Calais

1ère séance du séminaire 2018-2019, Ateliers  en partenariat avec le Secours Catholique Calais et la Plateforme Service Migrant.  

Programme : 

Atelier 1: 10h – Situation dans les pays de la corne de l’Afrique  

Atelier 2 : 12h30 – Cuisine et repas partagé (inscription obligatoire)

Atelier 3 : 14h – Le seuil des langues : questions de traduction, de circulation de l’information, de malentendus, de façon de faire 

Cette journée sera animée par des chercheur.e.s, anthropologues, interprètes de l’INALCO avec la PSM et le Secours Catholique,  et est destinée à tous les acteurs  : exilé.es., associatifs, bénévoles. L’accès est libre et gratuit. 

Avec (pour Liminal) : Nisrine Al-Zhare, Yasmine Bouagga, Alexandra Galitzine-Loumpet, Hirut Kebede, Hayatte Lakraa, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Mhmoud Adimou. 

Séminaire ANR LIMINAL 2018-2019

 

L’ANR LIMINAL (Linguistic and intercultural mediations in a context of international migrations 2017-2020 (Coord. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine-Loumpet, INALCO)  traite des interactions et médiations langagières et culturelles entre acteurs en situation de « crise migratoire ». Pluridisciplinaire, l’équipe étudie les situations d’accueil d’urgence dans des structures publiques ou associatives, dans trois régions en France : Paris & Ile-de-France, Hauts de France, PACA.

Le séminaire doctoral LIMINAL s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs associatifs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL autour d’une problématique spécifique : le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète, etc. Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).

Séance 1 : samedi 24 novembre 2018Traduire, comprendre, partager : les langues dans la migration 1 :  

Avec Nisrine Al Zahre, Hirut Kebede, MC Saglio-Yatzimirsky, Alexandra Galitzine-Loumpet, Yasmine Bouagga, Mahmoud Adimo et les médiateurs du Secours Catholique de Calais   (en partenariat avec  la Plateforme de Service aux Migrants- Calais (lieu : Secours Catholique, 45 rue de Moscou, Calais, 10h-17h)

Séance 2 : mercredi 16 janvier 2019-  Traductions/médiations – la juste traduction des livrets d’accueil pour les demandeurs d’asile

Avec Pauline Doyen, Marin Marx Grandebeuf, des médiateurs, interprètes et traduisants (lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 17h-20h). Coordination : Amir Moghani, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Séance 3 : mercredi 13  février 2019- Réinterpréter,  Subjectivités face à l’exil 

En partenariat avec  le programme Non-lieux de l’exil (lieu : EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris, 17h-20h)  Autour de la parution du hors-série  Subjectivités de l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, hors-série Journal des Anthropologues. Avec Berhouz Keyhani, Hayatte Lakraa, et différents contributeurs. introduction  et coordination Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky . Discutants : Laurent Bazin (CNRS/ CESSMA/ AFA) et Eugenia Vilela (U. de Porto).En partenariat avec  l’ANR LIMINAL

Séance 4 :  vendredi 15 février 2019  –  Interprétation/médiation en contexte migratoire

Dans le cadre du colloque des 14-15 février « Former des traducteurs et des interprètes : des prérequis au marché du travail »  coord. Heba Lecocq et Delombera Negga LIMINAL-PLIDAM ( lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 14h-18h )

Séance 5 : mercredi 17 avril  2019- Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs, Avec Yahya AL-ABDALLAH (Ehess),  Özge BINER (Ehess-IRIS)  et Rohullah SIDIQULLAH (Inalco, Sciences Po / Liminal), Discutante : Azita BATHAIE, anthropologue (Liminal), Coordination Nisrine Al Zahre

Séance 6 :   samedi 25  mai 2019 –  Des refuges éphémères.

Dans le cadre du festival « la Saveur de l’Autre »,  en partenariat avec le programme européen  Atlas of transition   (lieu : Channel , Calais , 10h-17h)

Séance 7 : mercredi 12 juin  2019  – Traductions de l’exil– Can the exile speak ?

En partenariat avec avec  le programme  Non-lieux de l’exil ( lieu : EHESS,  salle 7, 105 bd Raspail 75006, 17h-20h)

Avec Nicolas Jaoul autour de son documentaire “Bériz-le temps des campements”, Michèle Leclerc-Olive, Claire Levy-Vroelant

Le nom des intervenants, les horaires et les lieux seront précisés 1 mois  avant chaque séance. Les étudiants de l‘INALCO qui suivent ce séminaire doctoral  (INALCO, ED n° 265) sont conviés à  toutes les séances parisiennes.

Langues et grammaires en (Ile-de-) France. Projet

A signaler, ce travail en plusieurs langues du projet Langues et grammaires en (Ile-de-) France, conjointement réalisé par le CNRS, l’INALCO, la MSH Paris Nord, et la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture et de la communication) : grammaire, lexique, phonologie, interactions de base. 

exemple avec le kurde sorani.

voir également en urdu, en tibétain, en peul

Nombreuses autres langues disponibles : ici 

JUNGLE -« DJANGALA »- DJEUNGUEL / A. Galitzine-Loumpet & A. Moghani

 La jungle, c’est là où vivent les animaux (…). Et même la police nous dit « Go to jungle ! ». Au fond de toi, quand tu entends ça, c’est blessant. (un exilé du Soudan)[i]

– Je ne dis pas jungle  mais « djeunguel ». A l’anglaise, c’est différent (un bénévole)

– Une nouvelle « Jungle de Calais » à Bruxelles ?  (France Inter)[ii]

« Jungle(s) » est le nom donné aux campements des Hauts de France, à partir de la fermeture du centre de la Croix rouge de Sangatte en décembre 2002. Son usage le plus récent est associé au bidonville de la zone industrielle des dunes de la ville de Calais entre avril 2015 et octobre 2016. Le bidonville, qui compta jusqu’à 10 000 habitants sera appelé « La Jungle » ou « New jungle », mais aussi « camp de la Jungle » et dans sa prononciation anglicisée « djeunguel » par les médias, les associations et bénévoles et des exilés –  les collectivités territoriales ou l’Etat préférant la dénomination de « lande ». L’association entre le grand campement et la petite ville pour signifier des conditions de vie indignes et une situation incontrôlée deviendra si puissante que l’expression « La Jungle de Calais » se popularise : la « Jungle de Calais » est aussi dans un parc de Bruxelles ou sur le canal de la Villette à Paris.

L’usage du terme « jungle » ne vient cependant pas des migrants afghans, à qui le terme a été attribué et qui disent « jangala », mais « des bénévoles qui l’ont adopté parce qu’il les faisait frémir »[iii]. Cette transformation signale un malentendu linguistique entre un terme vernaculaire de langues de l’Asie du sud et ses significations en Europe.

La jungle désigne initialement une forêt marécageuse de l’Inde couverte d’une végétation épaisse et exubérante, où vivent les grands fauves et, par analogie, un milieu hostile où les plus forts imposent leur volonté. Le mot provient du sanscrit « jaṅgala » (जङ्गल) reprit en pachto, dari, persan, ourdou, penjabi ou hindi, et définit à l’origine l’ensemble des espaces naturels sauvages, les déserts puis les forêts. Il entre dans la langue anglaise à partir de la fin du 18esiècle à la faveur de l’expansion britannique en Inde et se répand dans le monde colonial. Cette désignation du monde naturel se double progressivement d’un découpage du monde social :  jusque dans les années 1950 au moins, le terme mêle intrinsèquement hiérarchisations sociale et raciale – et de même les termes associés de bush ou brousse. C’est ce que décrit Le livre de la Jungle de Rudyard Kipling paru en 1893 et que popularise encore le dessin animé des studios Walt Disney (1967).

 « Jangal » ou « Jangala » a toutefois été employé à plusieurs reprises au cours du 20e siècle de manière plus politique. Dans le contexte iranien, le terme évoque la « révolte du Jangal »  (1916-1921), menée par Mirza Kuchak Khan contre les grands propriétaires et l’élite politique, accusés de compromission avec les Britanniques. Les « Jangali » furent férocement combattus et décrits comme des sauvages hirsutes se réfugiant dans les arbres. Ce symbole sera repris, soixante ans après, par de jeunes intellectuels dont le premier terrain d’action sera situé dans les mêmes forêts du Nord, et qui réussiront à renverser la monarchie en 1979. « Jangala » désignera également les camps de réfugiés afghans au Pakistan dans les années 1970[iv].  La « Jungle » est donc bien plus qu’un sous-bois pour les locuteurs des langues concernées, et bien autre chose qu’une simple forêt dans les langues européennes – le terme évoque une  condition.

S’il est utilisé par des migrants comme un vocabulaire de la migration, « jungle » est également perçu comme discriminant et déshumanisant, « là où vivent les animaux ». Ses usages actuels pour les campements des migrants répercutent cette ambiguïté : d’une part, la « Jungle » véhicule des représentations de violence et de chaos, comme en attestent de multiples articles de presse sur son démantèlement en octobre 2016 ou encore les images d’incendies et de rixes. D’autre part, la « jungle » peut être dotée d’une valeur positive.  Il s’agit alors, au contraire, de souligner la rencontre entre des migrants et des bénévoles de tous pays à partir de l’automne 2015, de mettre en lumière l’existence d’un espace potentiel de résistance (en référence au marronnage) ou encore les tentatives d’invention d’une société cosmopolite et hospitalière.

« Jungle » parait ainsi s’imposer à défaut d’autres termes adéquats pour nommer le camp-bidonville habité par les exilés à la frontière britannique et qu’ils souhaitent quitter au plus vite. Sa polysémie continue cependant de poser question. Sa prononciation anglicisée en français ne défait pas son ambivalence mais la détourne et la masque.

Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma Inalco, Liminal) & Amir Moghani (Cerlom Inalco, Liminal)

[i] Les corps interdits de Jérémie Reichenbach (court métrage, 2016)

[ii] https://www.franceinter.fr/emissions/grand-angle/grand-angle-31-aout-2017

[iii] Haydée Saberan 2012. Ceux qui passent, Carnetsnord / Editions Montparnasse, 190 p.

[iv] Michel Agier 2016. « Nouvelles réflexions sur le lieu des Sans-État. Calais, son camp, ses migrants », Multitudes, vol. 64, no. 3 : 53-61.