Archives par mot-clé : médiation

Covid-19 Urgence langues & médiations

 Avril – juin 2020

Pour toutes les associations, ONG, collectifs ou services publics (hôpitaux, services sociaux, etc.) ou les particuliers travaillant auprès de personnes en migration ou de publics vulnérables.

Sur une base volontaire en ces temps marqués par l’urgence de traduire, des médiateurs professionnels, étudiants du Diplôme Inter universitaire Hospitalité – médiations – migrations (H2M) InalcoParis Descartes (Université de Paris), lié au programme LIMINAL proposent :

* des traductions dans les langues qu’ils maîtrisent : pashto, dari, farsi, ourdou, arabe soudanais, arabe algérien, arabe syrien, arabe palestinien, hébreu, massalit, four, tigrinya, amharique, bambara, malinké, fon, mina, yoruba, malinké, koyaka, mahouka, baoulé.

* des réflexions interculturelles documentées par les pratiques de médiation sur les terrains de la migration.

Vous pouvez nous contacter à cet email : urgencelanguesH2M@gmail.com

Merci de mettre la traduction souhaitée dans les formats suivants :

  • .doc dans l’alphabet de la langue
  • .doc dans l’alphabet transcrit en alphabet latin
  • MP3

Ou d’écrire votre question en médiation interculturelle en précisant les besoins :

  • D’éléments écrits sur une question interculturelle
  • D’une heure de médiation par téléphone

(pas de médiation en milieu hospitalier par téléphone)

Pour une présentation des étudiants et du DIU : https://blog.label-emmaus.co/2020/03/26/quand-eleves-et-professeurs-du-diu-h2m-maintiennent-lhospitalite/ 

Présentation du cursus : Inalco & Université de Paris

 

 

Politiques de l’engagement, Journée d’études, 11 mars 2020

Politiques de l’engagement

 

Journée d’étude co-organisée avec le laboratoire GERIICO (Université de Lille) et le programme Non-lieux de l’exil sous la coordination d’Emilie Da Lage (Geriico,) .

Espace recherche de la bibliothèque du campus Pont de Bois. Université de Lille. Métro Pont de Bois.

10H- 12H30 : S’engager à l’université, S’engager pour une Université Ouverte.

La matinée permettra d’explorer la façon dont l’université peut être un lieu d’engagement. Engagement dans des formations et des dispositifs qui permettent aux étudiants en exil d’y trouver place, engagement des étudiant.e.s exilé.e.s et de leurs allié.e.s pour la reconnaissance d’un statut de l’étudiant en exil, pour des conditions d’études décentes, engagement des étudiant.e.s en exil dans les luttes sociales en cours.

  •  Riaz Ahmad, étudiant Université de Lille, Programme Pilot
  • Saskia Cousin, Anthropologue, Cessma,  U. Paris, co-coordinatrice du DIU Hospitalité, médiations, migrations U. de Paris-Inalco)
  • Marine Dori, membre de Mitrajectoires
  • Alexandra Galitzine-Loumpet, Anthropologue Cessma-Inalco,, Non Lieux de l’Exil. Co-coordinatrice ANR LIMINAL
  • Judith Hayem, Anthropologue, Université de Lille,  Membre du Collectif des étudiants de Galois et leurs amis,  Référente étudiants et chercheurs en exil de la Faculté des sciences économiques et sociales
  • Emmanuelle Jourdan-Chartier, Vice-Présidente Université citoyenne,  coordinatrice du programme Pilot.
  • Aman Mohamed Saïd, étudiant dans le DIU Hospitalité, médiations, migrations

Pause déjeuner

13H30-15H00 : De la relation, faire dialoguer savoirs militants, savoirs académiques, cultiver les relations.

  • Béatrice Micheau,   GERIICO- Atlas of Transitions : La place impossible ?
  • Stéphanie Pryen,  CLERSE U.Lille.: Quand vivre avec et / ou auprès appelle de nouvelles écritures.  De On ne peut pas être ami avec un Rom au film-poème Un recorrido voyage dans la crise vénézuélienne.

Pause

15H30-17H00 : Politique de l’engagement des publics et des audiences: nouvelles narrations, jeux vidéo et réalité virtuelle.

Modération : Christiane Vollaire. Philosophe, Non Lieux de l’Exil

  • Fabienne Duszinsky, U. Lille, Florent Morin Pixel Hunt, Enterre moi mon amour.
  • Luca Aquarelli GERIICO U. Lille: Carne y Arena, Virtualisation, et éthique de la représentation.

image du bandeau : L’homme qui marche contre le vent. Clémentine pour le collectif Lucioles.

 

Dire, qualifier, transmettre… Les mots de l’exil des persanophones et des dariphones, 12 février 2020

Prochaine séance du séminaire doctoral / DIU – attention cette séance est réservée aux étudiants du diplôme interuniversitaire Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M, Inalco – Université de Paris), du séminaire doctoral Inalco, et aux membres de LIMINAL. 

Dire, qualifier, transmettre… Les mots de l’exil des persanophones et des dariphones

12 février 2020 , 17-20h, salle L.04, Inalco Recherche 2 rue de Lille 75007 Paris

avec les étudiants du DIU H2M :
  • Abdul-Azam AZIZI
  • Mahtab GHORBANI
  • Nafisa MUNSIF
  • Sabria SHERZAD

Coordination : Azita BATHAÏE  (anthropologue, LIMINAL)

Nafisa Munsif a obtenu une Licence en Pharmacie à l’Université de Kaboul et un Master en Relations Internationales à l’Université Kâteb à Kaboul. Elle a une longue expérience dans les différentes ONG en Afghanistan. Elle a également travaillé dans les commissions électorales (Afghanistan Election Commission et Afghanistan Independant Human Right Commission). Elle est actuellement étudiante en H2M à l’INALCO.

Sabria Sherzad a travaillé comme interprète Dari-Hindi dans un hôpital de 2010-2011. Elle a obtenu son diplôme de sage-femme en 2014 à Kunduz en Afghanistan puis a travaillé à l’Hôpital privé Rahman Baba à Kunduz  en tant que sage-femme. Depuis son arrivée en France elle est étudiante L1 de persan et également étudiante en H2M à l’INALCO.

Abdul Azam Azizi a obtenu une Licence de Droit et de Sciences Politiques à l’Université de Kaboul. Il a également enseigné l’histoire et le persan au collège privé Danesh à Kaboul. Il est actuellement étudiant en relations internationales et prépare le diplôme H2M à l’ INALCO et à Paris Descartes. Il est le responsable exécutif de l’association culturelle Azadi.

ateliers liminal 2020 : vocabulaire(s) des migrations – programme

Le séminaire du programme ANR LIMINAL, se transforme cette année en ateliers consacrés aux Vocabulaires, parlers, politiques des migrations . 

 dates : 29 janvier, 12 février, 11 mars, 1er avril, 13 mai, 29 mai 2020   (coord. M.C. Saglio Yatzimirsky et A. Galitzine Loumpet)

lieu : Maison de la recherche, Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salle L04.

Il s’agira de réfléchir aux définitions possibles d’un vocabulaire de la migration qui soit avant tout un vocabulaire des sujets en migration et en exil : mots ressources de l’asile, mots frontières entre l’administration et ses utilisateurs, les demandeurs d’asile, les avocats,  les travailleurs sociaux, les personnels des associations ou les militants; termes malentendus. Ce vocabulaire qui s’invente dans les campements et les centres, sur les routes ou contre les politiques d’asile, qui s’ancre dans chaque spécificité langagière et socio-culturelle et glisse d’une langue aux autres,  n’atteste pas seulement d’une puissance d’agir des sujets qui serait d’abord puissance de nommer, politique du langage plutôt que langues du politique; il éclaire les bricolages et inventivités, les appropriations, les espaces de rencontre et de résistances. Il interroge de la même façon, les fonctions et les positionnements, des interprètes et traducteurs en premier lieu, mais aussi des autres acteurs, chercheurs y compris.

Enfin, la question est également celle d’un renouvellement conceptuel : s’il fallait trouver un terme remplaçant celui de “migrant”, en quelque sorte corrompu par l’usage médiatique et politique, quel serait-il  ? Existerait- il un équivalent dans les langues concernées qui puisse être introduit en français, porteur d’une charge sémantique renouvelée et en quelque sorte déplacée ?  Gharib, l’exilé, l’étranger ou, plus largement employé encore et compris dans plusieurs langues, Muhajir, le régfugié, terme souvent employé à Calais ? 

Les premières discussions auront lieu en ateliers fermés, réunissant étudiants médiateurs du Diplôme inter-universitaire Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M) Inalco – Université de Paris,  doctorants de l’Inalco et membres de l’équipe multidisciplinaire de LIMINAL. Le produit de ces réflexions communes sera par la suite partagé avec un plus large public : acteurs, chercheurs, aidants …. Chaque séance publique fera l’objet d’une annonce particulière.

H2M : Ouverture du Diplôme inter-universitaire Hospitalité, Médiations, Migrations / Anr Liminal – Inalco – Université Paris Descartes

L’ANR LIMINAL, l’INALCO et l’Université Paris Descartes ont le plaisir d’annoncer l’ouverture à la rentrée de l’année académique 2019-2020 du Diplôme inter-universitaire

Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M)

Public visé : Médiateurs et animateurs d’ONG accueillant des personnes en situation de migration, assistantes sociales des collectivités locales, travailleurs sociaux et réfugiés.

Dates : Du 16 septembre 2019 au 26 juin 2020
Durée : 120 h + 70h de stage

L’hospitalité désigne la relation qui permet de transformer un étranger potentiellement hostile, en ami, en « hôte ». En plus d’un éclairage sur le contexte historique, juridique, administratif qui permet d’appréhender les dispositifs d’accueil, cette formation inclusive et collaborative (présence de terrain, stage) propose une réflexion sur les enjeux et les pratiques de médiation et d’interprétariat en contexte migratoire.
Candidatures : ouverture le 27 mai 2019 / clôture le 30 juin 2019
Inscription via le lien suivant : https://candidatures.inalco.fr

Informations : ici

Pré requis : Dépôt de dossier, baccalauréat ou équivalent, maîtrise du français, maîtrise d’une langue de la migration (B1 minimum)

Tarif :

  • Inscription individuelle : 750 €
  • Inscription entreprise, OPCO, Plan de formation Pôle Emploi *: 1000 €
  • Gratuité pour certaines places, selon conditions.

* Pour plus d’infos sur les financements possibles, merci de cliquez ici.

POLITIQUES DU REFUGE / SÉMINAIRE DE RECHERCHE 23-25 MAI 2019, LE CHANNEL – CALAIS

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal, NLE
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

INTERAGIR, CONSTRUIRE LES LIEUX DE SOINS / SEMINAIRE LIMINAL 10 MAI 2019

La prochaine séance du séminaire LIMINAL aura lieu exceptionnellement le vendredi 10 mai 2019, en collaboration avec le COMEDEMédecins sans frontières et le programme Non-lieux de l’exil :

Exil : Interagir, construire les lieux de soins

 

17h30-20h30, centre  d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés  Médecins sans frontières, 101 bis rue Jean Lolive, à Pantin (métro Eglise de Pantin, ligne 5). Attention, entrée libre mais nombre de places limité à 50. 

Cette séance  s’articulera autour des expériences des intervenant-e-s qui ont à divers titres participé à créer des lieux de soins pour les personnes exilées. Nous y mettrons particulièrement au travail quelques questions. Comment se construisent, s’imaginent, se rêvent les lieux de soins pour les exilés? Comment ces institutions laissent-elles la place aux (inter)subjectivités concernées par l’exil? Comment y travaille-t-on les enjeux de reconnaissance, que celle-ci concerne les professionnels (soignant-e-s, coordianteur-trice-s, interprètes), salariés comme bénévoles, ou les personnes accueillies ?

Avec Jean-Claude  METRAUX  (pédopsychiatre, U. Lausanne),  Mélanie KERLOC’H (psychologue clinicienne MSF),  Shahnaz OJAGHI (interprète, sociologue)

Coordination : Laure Wolmark (COMEDE)

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ANR LIMINAL)

Image du bandeau : dessin Laura Genz, Courtoisie

Présentation des intervenant.e.s :

Jean-Claude Métraux est psychiatre d’enfants et d’adolescents. Chargé de cours à l’université de Lausanne (cours « Santé et migration) depuis plus de vingt ans. Co-fondateur, puis directeur (1993-2001) de l’association Appartenances à Lausanne (association travaillant avec des personnes migrantes, sur les plans tant psychothérapeutique que social et éducatif), il travaille dans le cadre de projets de santé communautaires au Nicaragua (1987-1990) et en Bosnie-Herzégovine (2001-2003). Auteur de Deuils collectifs et créations sociale (La Dispute, Paris, 2004) et de La migration comme métaphore (La Dispute, Paris, 2011 / 2017).

Mélanie Kerloc’h est psychologue clinicienne,  spécialisée en clinique infanto-juvénile et en psychologie transculturelle. Elle travaille depuis plusieurs années pour Médecins sans Frontières, dans des contextes de violences (Palestine), après des catastrophes naturelles (Népal), auprès des réfugiés en Grèce, en Ouganda. Elle a contribué à la création du centre de Pantin pour mineurs non accompagnés, non pris en charge par L’ASE.

Shahnaz Ojaghi. Diplômée en sciences sociales de l’université de Téhéran, et après avoir travaillé notamment au sein de l’ambassade de France en Iran, Shahnaz Ojaghi rejoint Paris en 2013 et intègre le master de l’EHESS mention « Genre, Politique et Sexualités ».Son mémoire de Master porte sur les femmes iraniennes immigrées en France durant la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013). En parallèle de son activité professionnelle d’interprète (persan et kurde) pour Médecins Sans Frontières depuis plus de 3 ans, Shahnaz a entamé en 2017 une thèse en sociologie, sous la direction de Michel Peraldi, centrée sur l’étude socio-économique des migrants afghans durant leur long trajet entre le Moyen-Orient et l’Europe.

Laure Wolmark est psychologue clinicienne et coordinatrice des activités de santé mentale du Comede – Comité pour la santé des exilé.e.s. Elle a publié  notamment, « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017), « La danse comme foyer d’asile. Circulations, corps, institutions » avec Zornitza Zlatanova (Nouvelle revue de psycho-sociologie, 2017), et, dans le hors-série “Subjectivités face à l’exil, positions, réflexivités et imaginaires des acteurs” (Journal des Anthropologues, déc. 2018) :  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» Elle est membre de Non-lieux de l’exil. 

Séminaire ANR LIMINAL 2018-2019

 

L’ANR LIMINAL (Linguistic and intercultural mediations in a context of international migrations 2017-2020 (Coord. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine-Loumpet, INALCO)  traite des interactions et médiations langagières et culturelles entre acteurs en situation de « crise migratoire ». Pluridisciplinaire, l’équipe étudie les situations d’accueil d’urgence dans des structures publiques ou associatives, dans trois régions en France : Paris & Ile-de-France, Hauts de France, PACA.

Le séminaire doctoral LIMINAL s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs associatifs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL autour d’une problématique spécifique : le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète, etc. Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).

Séance 1 : samedi 24 novembre 2018Traduire, comprendre, partager : les langues dans la migration 1 :  

Avec Nisrine Al Zahre, Hirut Kebede, MC Saglio-Yatzimirsky, Alexandra Galitzine-Loumpet, Yasmine Bouagga, Mahmoud Adimo et les médiateurs du Secours Catholique de Calais   (en partenariat avec  la Plateforme de Service aux Migrants- Calais (lieu : Secours Catholique, 45 rue de Moscou, Calais, 10h-17h)

Séance 2 : mercredi 16 janvier 2019-  Traductions/médiations – la juste traduction des livrets d’accueil pour les demandeurs d’asile

Avec Pauline Doyen, Marin Marx Grandebeuf, des médiateurs, interprètes et traduisants (lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 17h-20h). Coordination : Amir Moghani, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Séance 3 : mercredi 13  février 2019- Réinterpréter,  Subjectivités face à l’exil 

En partenariat avec  le programme Non-lieux de l’exil (lieu : EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris, 17h-20h)  Autour de la parution du hors-série  Subjectivités de l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, hors-série Journal des Anthropologues. Avec Berhouz Keyhani, Hayatte Lakraa, et différents contributeurs. introduction  et coordination Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky . Discutants : Laurent Bazin (CNRS/ CESSMA/ AFA) et Eugenia Vilela (U. de Porto).En partenariat avec  l’ANR LIMINAL

Séance 4 :  vendredi 15 février 2019  –  Interprétation/médiation en contexte migratoire

Dans le cadre du colloque des 14-15 février « Former des traducteurs et des interprètes : des prérequis au marché du travail »  coord. Heba Lecocq et Delombera Negga LIMINAL-PLIDAM ( lieu :  INALCO 65 rue des grands Moulins, 75013, 14h-18h )

Séance 5 : mercredi 17 avril  2019- Terrains socio-anthropologiques de la migration : langues, distances, miroirs, Avec Yahya AL-ABDALLAH (Ehess),  Özge BINER (Ehess-IRIS)  et Rohullah SIDIQULLAH (Inalco, Sciences Po / Liminal), Discutante : Azita BATHAIE, anthropologue (Liminal), Coordination Nisrine Al Zahre

Séance 6 :   samedi 25  mai 2019 –  Des refuges éphémères.

Dans le cadre du festival « la Saveur de l’Autre »,  en partenariat avec le programme européen  Atlas of transition   (lieu : Channel , Calais , 10h-17h)

Séance 7 : mercredi 12 juin  2019  – Traductions de l’exil– Can the exile speak ?

En partenariat avec avec  le programme  Non-lieux de l’exil ( lieu : EHESS,  salle 7, 105 bd Raspail 75006, 17h-20h)

Avec Nicolas Jaoul autour de son documentaire “Bériz-le temps des campements”, Michèle Leclerc-Olive, Claire Levy-Vroelant

Le nom des intervenants, les horaires et les lieux seront précisés 1 mois  avant chaque séance. Les étudiants de l‘INALCO qui suivent ce séminaire doctoral  (INALCO, ED n° 265) sont conviés à  toutes les séances parisiennes.

Langues et grammaires en (Ile-de-) France. Projet

A signaler, ce travail en plusieurs langues du projet Langues et grammaires en (Ile-de-) France, conjointement réalisé par le CNRS, l’INALCO, la MSH Paris Nord, et la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture et de la communication) : grammaire, lexique, phonologie, interactions de base. 

exemple avec le kurde sorani.

voir également en urdu, en tibétain, en peul

Nombreuses autres langues disponibles : ici 

TARHIL-TRANSFERT / Nisrine Al Zahre & Yasmine Bouagga

« Vous allez donner vos empreintes, et après vous allez être transférés », c’est ainsi que la procédure est résumée aux migrants par les agents de l’OFII[1], assistés d’un interprète en dari/pashtoune et d’un interprète en arabe. Après la séance d’information collective, un médiateur du centre, arabophone, commente le manque de renseignements fournis aux migrants, et  les choix de traduction de l’interprète : « je lui ai fait la remarque, on dit pas ‘tarhil’, c’est déportation, c’est expulsion. C’est violent ! »

Dans le centre de la Porte de la Chapelle (CPA), qui accueillait les personnes nouvellement arrivées voulant demander l’asile et organisait leur transfert vers des centres d’hébergement ailleurs en France,  le « transfert » était traduit, en arabe, parfois par une arabisation du mot (transfir), parfois par une périphrase (« vous allez prendre le bus »), ou encore par le terme tarhil.

Tarhîl en arabe vient de la racine (r.h.l) qui est lié au champ sémantique du départ. Rihla signifie « voyage, trajet ». Mais dans tarhîl, la construction grammaticale désigne un mouvement de force, il y a un agent externe qui a fait partir quelqu’un, ce serait comme, en français : « se faire partir (par quelqu’un) ». La forme impérative irhal était utilisée dans les manifestations des printemps arabes pour signifier aux gouvernants de « dégager ».  Le terme tarhîl est employé au sujet de déplacements forcés : expulsions, déportations. Un quartier informel de Nouakchott porte ce nom, il est peuplé de personnes transférées de force à la périphérie de la ville, en bordure du désert. Une variante de tarhîl, bâtie sur le même gabarit, tahjîr, désigne depuis soixante-dix ans l’exode forcé des Palestiniens arrachés de leurs terres après la fondation de l’Etat d’Israël.

 

Le choix de traduire « transfert » par tarhîl apporte alors une connotation négative au transfert proposé aux migrants vers des lieux d’hébergement. Cette connotation est d’autant plus dommageable que peu d’informations leur est donnée, accentuant l’inquiétude. Les médiateurs eux-mêmes ne savent souvent pas à l’avance quelle est la destination des bus quittant le centre de premier accueil. De plus, ils ne savent pas ce qui va advenir des migrants, selon leur situation administrative : les demandeurs d’asile « dublinés » sont souvent envoyés dans des centres différents de ceux en « procédure normale ». Difficile alors d’employer une terminologie qui rassure. « On ne connaît même pas les endroits vers lesquels on les transfère ! » déplore un autre médiateur arabophone du CPA. Il n’est pour autant pas plus simple d’employer des termes anxiogènes, alors que le transfert représentait l’opportunité unique d’accéder à un hébergement pour ces demandeurs d’asile. Ne pas se présenter au bus signifie devoir quitter le centre provisoire sans solution. « S’ils refusent le transfert, alors on les met en ‘fin de prise en charge’ », expliquent les médiateurs. Parfois, des personnes transférées vers un lieu d’hébergement et, ensuite, « dublinées » vers un autre pays, reviennent en France et se présentent à nouveau pour être mises à l’abri, prises dans un cycle de transferts incertains et sans maîtrise de leurs parcours.

Le transfert, en pratique, peut donc recouvrir une diversité de traitements : l’attribution d’une place d’hébergement, dans un lieu plus ou moins éloigné, ou le renvoi forcé vers un autre pays. Les interprètes professionnels, ou les médiateurs et bénévoles faisant office, sur le terrain, d’interprètes, sont confrontés aux mesures contradictoires de protection ou de répression dont les migrants peuvent faire l’objet, et les hésitations terminologiques révèlent la difficulté de traduire en situation d’incertitude. Le terme de tarhîl employé pour traduire les « transferts » est choquant par la dimension de violence qu’il contient,  mais il révèle aussi, mieux que son équivalent français relativement neutre et technique, les contraintes auxquelles les migrants sont soumis, et l’expérience de violence qu’ils peuvent ressentir.

Nisrine Al-Zahre (EHESS-CéSor, LIMINAL) & Yasmine Bouagga (CNRS –Triangle,  LIMINAL)

[1] Office Français de l’Immigration et de l’Intégration, agence étatique en charge de l’accueil des demandeurs d’asile.

Continuer la lecture de TARHIL-TRANSFERT / Nisrine Al Zahre & Yasmine Bouagga

Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 09 avril 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

 « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction  

avec :

  • Jocelyne CLEMENT (psychologue clinicienne),
  • Mariam DEMBELE (sciences politiques, interprète)
  • Hala TREFI GHANNAM   (interprète, traductrice)
  • Nil DENIZ (traductrice, interprète, médiatrice)

Séance coordonnée par Nisrine Al Zahre, docteur en linguistique formelle, EHESS et ENS)

 Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (3) : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 mars 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

avec :

  • Maureen CLAPPE (doctorante, Pacte Grenoble)
  • Mariam GUEREY (médiatrice, Secours Catholique Calais)
  • Moussa El-MAHADY (porte-parole et relais communautaire soudanais dans le camp de Calais)

Séance coordonnée par Yasmine Bouagga (Sociologue, CNRS)

Argumentaire :

De plus en plus, les associations qui travaillent auprès des migrants soulèvent la question de leur participation. L’enjeu n’est pas seulement de communiquer de l’information par des médiations linguistiques ou non-verbales, mais de leur permettre de faire entendre leur voix, pour faciliter les interactions avec les salariés ou bénévoles associatifs, pour résoudre des conflits entre les migrants, ou pour rendre possible un dialogue avec les autorités locales ou nationales. Qui représente qui et comment ? Comment s’organisent ces médiations et quelles sont leurs limites ? C’est ce que se propose d’explorer cette séance du séminaire Liminal.

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (3) : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ?

Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

La première séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 22 janvier 2018 de 14h à 17h (salle des plaques, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

 Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention 

séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA),

avec  :

  • Wenjing GUO (centre de la Rochefoucault, Association Aurore anthropologue) : 
  •  Bénédicte PARVAZ AHMAD (ANR LIMINAL, ERTIM/ INALCO) :  Rôles et difficultés des interprètes auprès des demandeurs d’asile
  • Anaïk PIAN (U. de Strasbourg,) : Interpréter l’asile. Des trajectoires aux pratiques, logiques institutionnelles et logiques d’acteurs. 

Présentation des intervenantes

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

Séminaire doctoral ANR Liminal – Inalco Janvier/ Juin 2018

Le séminaire doctoral Inalco de l’ANR LIMINAL débutera en janvier 2018. Il se tiendra , sauf mention contraire, au pôle recherche de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salle des plaques.

Le séminaire doctoral s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes ou exilées dans un contexte d’urgence. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL (2017-2020) autour d’une problématique spécifique (le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète). Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).Le séminaire est libre et ouvert à toutes et tous.  

Voici les dates et l’avant-programme.  Chaque séance fera l’objet d’une annonce spécifique.

22 janvier 2018 /  14h-17h : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention (séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet CESSMA), avec Wenjing Guo (centre de la Rochefoucault, Association Aurore), Bénédicte Parvaz Ahmad (ANR LIMINAL, ERTIM), Anaïk Pian (U. de Strasbourg, ANR Babels)

19 février 2018 / 13h30-16h30Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (après-midi d’étude coordonnée par Delombera Negga PLIDAM) avec : Joseph Alemu (interprète, traducteur, médiateur), Bezunesh Tamru (U. Paris 8 Vincennes), Alessandro Triulzi (U. de Naples “L’Orientale”, Archivio delle memorie migrante)

19 mars 2018 / 13h30-16h30 : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ? Séance organisée par Yasmine Bouagga (CNRS- ENS Triangle) :  avec Moussa Abdallah Mahdi (ancien relais communautaire soudanais à Calais) et Myriam Rachih, médiatrice du Secours Catholique- Calais.

9 avril 2018/ 13h30-16h30“Tu n’es qu’un dictionnaire !” :  représentations de l’interprète et de la traduction  (séance coordonnée par Nisrine Al Zahre/ EHESS) avec  Jocelyne Clément (psychologue clinicienne), Hala Trefi Ghannam (interprète, traductrice), Mariam Dembele (sciences politiques, interprète) et Nil Denis (traductrice, interprète, médiatrice)

28-29 mai 2018 : Violence & récit : recueillir, traduire, transcrire, colloque international en partenariat avec l’axe “Spatialité, domination et violence” (CESSMA)  (Colloque coordonné par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Laetitia Bucaille et Elise Pestre) Programme ici 

22 juin 2018 / 14h-18h  : Migrations en Afghanistan : culture, décisions et politiques, en partenariat avec le Ceri Sciences-Po.: avec Schuster  (University of London),  Belgheis Alavi Jafari (Kaboul University)  et la projection du film Welcome in Paristan, de Mohamad Reza Safibdad (2017 – 75 min ) en présence du réalisateur.  Séance organisée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Liminal, Inalco) et Hélène Thiollet (Ceri, Sciences Po) – Sciences Po, Amphi Jean Moulin, 13 rue de L’Université 75007  Entrée libre avec inscription ici

Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction. Colloque international 7-9 décembre 2017, INALCO

Trois membres du programme ANR LIMINAL interviennent dans le colloque international  “Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction” coorganisé par Organisé par le Groupe SOS Jeunesse, l’Inalco,  laTechnische Universität Dresden, en partenariat avec ISM Interprétariat, qui aura lieu du 7 au 9 décembre 2017 dans le grand auditorium de l’INALCO.

Amir Moghani (CERLOM) coordinateur de l’axe 2 de LIMINAL en est l’un des coordinateurs scientifiques. Il interviendra en ouverture du colloque, le 7 décembre 2017.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (CESSMA), coordinatrice scientifique de LIMINAL,  présentera le 8 décembre, à 11h15, une communication intitulée  Quelles traductions pour quelles cultures et pour quelles langues ? Les aménagements d’une consultation de psychotrauma.

Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA) co-coordinatrice de LIMINAL, interviendra le 9 décembre à 14h intitulée Langues en situation migratoire et enjeux de pouvoirs  et présentera succintement le programme LIMINAL.

Programme général ici : http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/programme_colloque_ethique_traduction.pdf

A signaler : Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles à l’adresse : colloque.jeunesse@groupe-sos.org
Gratuit pour les étudiants, participation de 40 euros pour les professionnels