Archives par mot-clé : migration

Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

Lingua (non) grata.

 Les langues à l’épreuve des politiques migratoires

Colloque international de clôture de l’ANR LIMINAL, 14-15 septembre 2021

Ce colloque sera l’occasion d’engager plusieurs actions en faveur de l’Afghanistan

Coordination scientifique :
 Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet  / Conception graphique : Laura Genz 

 

Grand Auditorium de l’ Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris- Entrée libre sur inscription  : ici   

– Passe sanitaire ou PCR exigé

Retransmission en direct : https://www.youtube.com/c/Inalco_officiel

 

Contacts: msaglio@inalco.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr 

Programme : Livret colloque Liminal 2021-def13-210910

Argumentaire

Que font aux langues les espaces sociaux de la migration ? De quelles façons mettent-elles à l’épreuve les politiques migratoires ? Que deviennent les sujets et les langues sur le qui-vive face à la langue de souveraineté du pays d’arrivée ? Quelles sont les politiques de traduction, le rôle des « traduisants », bénévoles ou salariés impliqués dans l’acte de traduire sans en avoir ni le statut ni la légitimité ? L’expérience migratoire invente-t-elle des bricolages linguistiques spécifiques – un parler de la migration composé d’acronymes, de mots inventés, détournés ou codés, de schibboleths, utilisés par les exilés mais aussi, parfois, par les solidaires et les administrations de l’asile ? Et si c’est le cas, comment qualifier ce « migralecte », le collecter et l’analyser, restituer sa charge subjective, ses violences – coloniales, racialisées, policières –, et ses puissances – de dérision, de résistance, de subversion ?

Ces questions ont mobilisé les chercheurs du programme multidisciplinaire LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Agence nationale de la recherche / Inalco) pendant quatre intenses années. Aux frontières franco-italiennes et franco-britanniques, dans les campements et structures d’Ile de France, dans des centres d’accueil parfois isolés, à Calais, Paris ou Vintimmille, les membres de l’équipe ont repéré ces mots utilisés à l’oral, observé leurs usages et élaboré une méthodologie d’analyse avec les locuteurs exilés et réfugiés. Ce programme résolument et nécessairement collaboratif a appréhendé la place des langues pour ce qu’elle est : une question politique, celle du sens, entre subalternisation et gestion des indésirables. Partir de la langue c’est en effet aborder « la vie souterraine » des exilés selon l’expression d’Erving Goffman, celle qui n’est pas connue des « dominants » de l’asile ; prendre pleine mesure de sa centralité, c’est également interroger sa minoration dans les études des migrations ; évaluer les manques de traduction, c’est enfin s’engager dans la formation de médiateurs pairs, c’est-à-dire dans une professionnalisation des traduisants, tel que le propose le DU Hospitalité, médiations, migrations (Inalco) depuis deux ans maintenant.

Pour présenter les résultats de LIMINAL et réfléchir aux enjeux du cosmolinguisme constitutif des situations de migration, le colloque s’articulera autour de plusieurs ateliers, nommés par quelques-uns des plus de 400 mots du migralecte constitué  : welcomeborder,  violence – en anglais et en français, mais utilisés ou compris dans bien d’autres langues ; tarjuman en farsi, tarjoman en pachto, dalmechar en ourdou – l’interprète au sens large ; shiou’iyin littéralement le « communiste » en arabe soudanais, terme désignant bénévoles et militants ; agent, en anglais, ourdou et persan, muharrib en arabe  ou  samssari en tigrinya – le passeur,  opposé au sens plus neutre du fonctionnaire de police ou de l’agent de sécurité en français;  muhajir, l’exilé, le réfugié en arabe mais aussi en dari et pachto  ; Yunan – la Grèce, antique terme qui viendrait de Ionie ; yôdegôri en farsi « souvenir de », et enfin boza, migralecte aux sens multiples… Ces table-rondes, avec des communications courtes et des coordonateurs-intervenants, regrouperont différents acteurs de la solidarité et de la recherche, du documentaire et de l’art, dans la droite ligne des ateliers réflexifs du Briançonnais (14-16 mai 2021). Entre lingua franca et persona non grata, la Lingua (non) grata, intitulé du colloque comme de l’ouvrage collectif* à paraitre fin 2021, entend contribuer à « déprovincialiser » – au sens de Dipesh Chakrabarty –, la xenobureaucratie et ainsi à penser les conditions politiques d’une hospibabélité.

*Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration, sous la dir. de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine Loumpet, Presses de l’Inalco, à paraître fin 2021.

Programme

version pdf : Livret colloque Liminal 2021

14 septembre 2021

Continuer la lecture de Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

Présentation du projet collaboratif ANR LIMINAL, 15 mai 2021 Briançon

Présentation du programme collaboratif de recherche Liminal avec Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Alexandra Galitzine-Loumpet et Clémence Roux-Lafay
Médiatrices : Evangeline Masson-Diez et Laure Stadelmann

Briançon, 15 mai 2021 dans le cadre des Journées d’ateliers réflexifs  Territoires &  savoirs partagés co-construites par des acteurs de l’hospitalité du Briançonnais et différents acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales.

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo ou https://vimeo.com/556515858

Captations et montages vidéos : Marianne Chaud et Isabelle Mahenc (Un thé sous la neige)

Autres captations des journées du Briançonnais ici  

 

 

Ateliers reflexifs et collaboratifs. Territoires & savoirs partages. videos

Vidéos des travaux des Ateliers réflexifs et collaboratifs du Briançonnais : Territoires & savoirs partagés tenus les 14-16 mai 2021 à Briançon. Programme. 

 Captation, tournage et montage réalisés par Marianne Chaud et Isabelle Mahenc, réalisatrices (Un thé sous la neige) ainsi qu’une série de capsules vidéos autour de mots. 

Vidéos en accès libre

    

 

 

Territoires & savoirs partages, Briançon 14-16 mai 2021

LIMINAL s’associe à des acteurs de la solidarité et de la recherche pour Les journées du Briançonnais  :  

Territoires & savoirs partagés

Ateliers réflexifs entre acteurs de la solidarité et de la recherche 

14-16 mai 2021, Briançon

Journées d’ateliers co-construites par des acteurs de l’hospitalité du Briançonnais ( Tous Migrants, MJC du Briançonnais – centre social, Association Quatorze – Maison Bessoulie,  Médecins du Monde, Refuges solidaires, Solidarité Névache, Un thé dans la neige…) et différents acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales (ANR LIMINAL /Inalco, CESSMA (Inalco-Université de Paris-IRD), Ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires » – Valence, Institut Convergences Migrations, Geriico-Université de Lille, EHESS, Migrinter – Université de Poitiers, Pacte – Sciences Po – Université de Grenoble, Non-lieux de l’exil) avec la participation du Channel – Scène nationale de Calais et de la coopérative de tourisme solidaire Les oiseaux de passage.

  • Ateliers réservés aux inscrits, sauf table-ronde Tourisme & Migrations. Une captation vidéo de l’ensemble des réflexions sera effectuée par Marianne Chaud et Isabelle Mahenc, réalisatrices.

Collectivement coordonnées par : Anne-Laure Amilhat Szary I Stéphanie Besson I Marianne Chaud I Olivier Clochard I Emilie Da Lage I Cristina Del Biaggio I Margot Duval I Alexandra Galitzine-Loumpet I Philippe Hanus I Isabelle Mahenc I Luc Marchello I Prosper Wanner – sur une initiative d’A. Galitzine-Loumpet & L. Marchello. 

Ouverture par François Héran, (Chaire Migrations et Sociétés, Collège de France et Institut Convergences Migrations )- Mesurer, débattre, agir.

Clôture par Michel Agier (EHESS-ICM- IRD) – Frontières et cosmopolitique dans le ‘monde d’après’ 

Avec la participation de  :  Francesco Ainardi I Michel Agier I Leslie Albracht I Agnès Antoine I Céline Auvray I Sarah Bachellerie I Boubacar Baldé I Bandjan I Agnès Bonneval I Brigitte Borel I Coline Castelnau I Françine Daerden I Benoit Ducos I Pâquerette Forest I Hamad Gamal   I Noémie Gourmelen I François Héran I Ariane Junca I Cécile Leroux I Jean-Paul Leroux I Chowra Makaremi I Sylvia Massara I Evangeline Masson-Diez I Alain Mouchet I Emily Mugel I Lena Pasqualini I Janina Pescinski I Jean-Gabriel Ravary I  Harold Robert I Davide Rostan I Clémence Roux-Lafay I Michel Rousseau I Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky I Alfred Spira I Laure Stadelmann I Elsa Tyszler I Daphné Velay I Emmanuelle Vincent I Christiane Vollaire et  de quelques autres.   

 Argumentaire 

Dans les montagnes du Briançonnais comme dans d’autres espaces frontaliers, les mobilités contemporaines recomposent les mouvements incessants qui ont traversé la montagne depuis des siècles (commerçants, contrebandiers, colporteurs, transhumants, résistants, armées, main d’œuvre …). Les politiques concomitantes de facilitation ou d’entrave aux  passages, les imaginaires et aménagements de l’accueil touristique ou du refuge hospitalier interrogent les positionnements d’acteurs multiples, le déploiement de stratégies de solidarité, d’évitement ou d’exclusion. Au sein de cette complexité des cultures de montagne, des lieux partagés existent ; des projets de tiers-lieux émergent ; des formes de partage se renouvellent dans la tension d’usages et d’intérêts divergents. Cette situation invite à appréhender les territoires par les co-présences ; les savoirs par les modalités de co-construction ; les recherches par les modes de restitution et de circulation des analyses. Car le chercheur, comme d’autres, est ici accueilli.    

Ces  Ateliers du Briançonnais sur les territoires et savoirs partagés, première étape de réflexions qui se veulent régulières, ont pour objectif d’ouvrir un temps de réflexion multi-acteurs au sein d’une longue temporalité d’urgences et de « crises », de confronter les attentes des uns et des autres, de proposer de nouvelles pratiques de partage, de repenser, en somme, les modalités d’une « invention collective des structures collectives d’invention” (Bourdieu 2002).

Programme

Continuer la lecture de Territoires & savoirs partages, Briançon 14-16 mai 2021

Inscriptions DIU Hospitalité, médiations, migrations 2020-2021 / 25 mai – 27 juin 2020

 

 DIU Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M), INALCO- Université de Paris

Le Diplôme inter-universitaire IU H2M professionnalise des médiateurs spécialisés dans les migrations contemporaines.

 
En plus d’un éclairage sur le contexte anthropologique, historique, juridique, administratif qui permet d’appréhender la question de l’asile et les dispositifs d’accueil, cette formation inclusive et collaborative (présence de terrain, stage) propose une réflexion sur les enjeux et les pratiques de médiation et d’interprétariat en contexte migratoire.
 

+ En bref

Public visé : demandeurs d’asile et réfugiés intéressés par la médiation professionnelle, médiateurs et animateurs d’ONG accueillant des personnes en situation de migration, assistantes sociales des collectivités locales, travailleurs sociaux , etc.
Dates : Du 14 septembre 2020 au 25 juin 2021

Durée160 h + 70h de stage (le DIU est compatible avec un emploi car les cours auront lieu en fin de journée à partir de 17h.

Tarif : 

  • Inscription individuelle : 450 €
    Inscription entreprise, OPCO, Plan de formation Pôle Emploi 1000 €
  • Toutes situations étudiées au cas par cas.  Chaque année plusieurs inscriptions sont offertes.

Inscription des candidatures : 

  • Ouverture le 25 mai 2020/ clôture le 27 juin 2020  : candidatures.inalco.fr
  • 29 juin-17 juillet 2020 : entretiens éventuels (par visioconférence) et retour sur les dossiers admis                     

Pré requis : 

 Diplôme de licence ou autre diplôme universitaire, maîtrise du français (niveau B2 acquis obligatoire – certificat ou DELF apprécié) , maîtrise d’une langue de la migration

Responsables : Saskia Cousin (Université de Paris) &  M.C. Saglio-Yatzimirsky avec Amir Moghani (Inalco)                 
Contact : msaglio@inalco.fr

Pour tout renseignement voir : http://www.inalco.fr/formation-continue/du-diu 

Pour un retour sur la promotion 2019-2020, voir : https://blog.label-emmaus.co/2020/03/26/quand-eleves-et-professeurs-du-diu-h2m-maintiennent-lhospitalite/

 

 

Mots frontières, mots des frontières. 13 mai 2020

Dernière séance du séminaire DIU H2M & LIMINAL, coordonné par M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

Mots frontières, mots des frontières

Séminaire confiné en vidéo-conférence, 13 mai 2020 à partir de 17h-20h,  avec :

  • Aman Mohamed Said (H2M) – Mots frontières, des frontières en tigrinya
  •  Hayatte Lakraâ (LIMINAL) – « Mots frontières » et « Frontières des mots » : questionner, traduire, interpréter les récits de vie des exilés au Home Office « 
  • Présentation de Traduire l’exil, dossier de la revue Plein Droit, mars 2018 (dont « Traduire l’exil, l’enjeu central des langues » de/avec A. Galitzine-Loumpet & M.C. Saglio Yatzimirsky  et  « Bricolages langagiers » de A. Bathaie, B. Parvaz Ahmad, R. Sidiquhallah avec Azita Bathaie et Bénédicte Diot Parvaz Ahmad 
  • Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Alexandra Galitzine Loumpet, Azita Bathaie : Le « Vocabulaire de la migration », base de données de l’ANR LIMINA

Image du bandeau : Accès aux droits des mineurs, panneau en tigrinya, rue des Verrotières, Calais juin 2017 (cliché AGL)

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Mots frontières, mots des frontières. 13 mai 2020

Langues et dialectes arabes au prisme de l’expérience de la migration : représenter, traduire, (re)nommer – 29 avril 2020

Séminaire DIU H2M & LIMINAL, coordonné par M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

Langues et dialectes arabes au prisme de l’expérience de la migration : représenter, traduire, (re)nommer 

   Séminaire confiné en vidéo-conférence, 29 avril 2020 à partir de 17h avec : 

  • Abdulrazak ALJUMAA 
  • Safae ANNANE
  • Amir AZAIZA 
  • Nesrine JARTILA  

Modération : Hayatte Lakraâ (LIMINAL) assistée par Cherif Yacoubi (LIMINAL) 

Image du bandeau : Fadi Yazigi, artiste de Syrie 

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Langues et dialectes arabes au prisme de l’expérience de la migration : représenter, traduire, (re)nommer – 29 avril 2020

Médiation des expériences migratoires d’Afrique de l’Ouest et centrale – 22 avril 2020

Séminaire DIU H2M & LIMINAL, coordonné par M.C. Saglio Yatzimirsky & A. Galitzine-Loumpet

Médiation des expériences migratoires d’Afrique de l’Ouest et centrale

                          Séminaire confiné en vidéo-conférence, 22 avril 2020 à partir de 17h 

Avec : 

  • Danic BOUNDA, à propos des déplacements à partir – et vus – du Gabon
  • Brice CHANHOUN  — du Benin
  • Vassindou CISSE — de la Côte d’Ivoire
  • Alhassane SOW — de la Guinée Conakry

Image du bandeau : Extrait d’une installation de Jean David Nkot, exposition « Aujourd’hui » Yaoundé fév. 2020. cl. AGL

Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet & Saskia Cousin

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Médiation des expériences migratoires d’Afrique de l’Ouest et centrale – 22 avril 2020

Parution : Traduire l’exil, Plein Droit 124, Mars 2020

Vient de paraitre le n°124 de la revue Plein Droit dont le dossier Traduire l’exil comporte  les contributions de plusieurs membres de l’ANR LIMINAL (coordination A. Galitzine-Loumpet & M.C. Saglio Yatzimirsky)

SOMMAIRE

 Édito : Les discriminations raciales systémiques enfin condamnées 1

Dossier (en partenariat avec le programme Liminal de l’Inalco) Traduire l’exil

  • Traduire l’exil : l’enjeu central des langues |
    Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky 3
  • Témoignages de M. A. et Moayed Assaf 9
  • Watizat ? Informer en contexte d’urgence | Pauline Doyen 11
  • Demander l’asile dans sa langue | Naoual Mahroug et Yasmine Bouagga 15
  • Bricolages langagiers | Azita Bathaie, Bénédicte Parvaz Ahmad, Rohullah Sidiqullah 19
  • L’interprétariat à la Cour nationale du droit d’asile 23
  • « Tout se joue à l’audience » | extraits 29
  • À Vintimille, des médiateurs entre contrôle et solidarité | Daniela Trucco 31
  • Traduire la « culture » dans les procès pour traite ? Mathilde Darley 35

Hors-thème

  • Mayotte, l’éloignement des femmes enceintes | Nina Sahraoui 39 Menace sur l’aide médicale d’État | Caroline Izambert 43
  • Mémoire des luttes : L’engagement politique des immigrés après-guerre | Jérémy Guedj 48
  • Le focus juridique : La protection fonctionnelle au service des tarjuman |Serge Slama 53

Politiques de l’engagement, Journée d’études, 11 mars 2020

Politiques de l’engagement

 

Journée d’étude co-organisée avec le laboratoire GERIICO (Université de Lille) et le programme Non-lieux de l’exil sous la coordination d’Emilie Da Lage (Geriico,) .

Espace recherche de la bibliothèque du campus Pont de Bois. Université de Lille. Métro Pont de Bois.

10H- 12H30 : S’engager à l’université, S’engager pour une Université Ouverte.

La matinée permettra d’explorer la façon dont l’université peut être un lieu d’engagement. Engagement dans des formations et des dispositifs qui permettent aux étudiants en exil d’y trouver place, engagement des étudiant.e.s exilé.e.s et de leurs allié.e.s pour la reconnaissance d’un statut de l’étudiant en exil, pour des conditions d’études décentes, engagement des étudiant.e.s en exil dans les luttes sociales en cours.

  •  Riaz Ahmad, étudiant Université de Lille, Programme Pilot
  • Saskia Cousin, Anthropologue, Cessma,  U. Paris, co-coordinatrice du DIU Hospitalité, médiations, migrations U. de Paris-Inalco)
  • Marine Dori, membre de Mitrajectoires
  • Alexandra Galitzine-Loumpet, Anthropologue Cessma-Inalco,, Non Lieux de l’Exil. Co-coordinatrice ANR LIMINAL
  • Judith Hayem, Anthropologue, Université de Lille,  Membre du Collectif des étudiants de Galois et leurs amis,  Référente étudiants et chercheurs en exil de la Faculté des sciences économiques et sociales
  • Emmanuelle Jourdan-Chartier, Vice-Présidente Université citoyenne,  coordinatrice du programme Pilot.
  • Aman Mohamed Saïd, étudiant dans le DIU Hospitalité, médiations, migrations

Pause déjeuner

13H30-15H00 : De la relation, faire dialoguer savoirs militants, savoirs académiques, cultiver les relations.

  • Béatrice Micheau,   GERIICO- Atlas of Transitions : La place impossible ?
  • Stéphanie Pryen,  CLERSE U.Lille.: Quand vivre avec et / ou auprès appelle de nouvelles écritures.  De On ne peut pas être ami avec un Rom au film-poème Un recorrido voyage dans la crise vénézuélienne.

Pause

15H30-17H00 : Politique de l’engagement des publics et des audiences: nouvelles narrations, jeux vidéo et réalité virtuelle.

Modération : Christiane Vollaire. Philosophe, Non Lieux de l’Exil

  • Fabienne Duszinsky, U. Lille, Florent Morin Pixel Hunt, Enterre moi mon amour.
  • Luca Aquarelli GERIICO U. Lille: Carne y Arena, Virtualisation, et éthique de la représentation.

image du bandeau : L’homme qui marche contre le vent. Clémentine pour le collectif Lucioles.

 

L’expérience du déplacement – et ses mots en arabe soudanais, 11 mars 2020

Prochaine séance du séminaire doctoral / DIU Hospitalité, Médiations, Migrations (Inalco, U. de Paris) : le mercredi 11 mars 2020, 17-20h,

Cette séance aura exceptionnellement lieu salle 315 Inalco 65 rue des grands moulins  75013 Paris. Séance ouverte à tous

L’expérience du déplacement – et ses mots en arabe soudanais

avec les étudiants du DIU H2M :
  • Mhmoud ADIMO
  • Yasir YOUSSIF
  • Ali MOHAMED 
  • Zeinab MOHAMMED

et avec les présences exceptionnelles de Mohamed MOUSSA HARUN, étudiant Inalco et écrivain, Suhaib GASMELBARI, réalisateur du film Talking with trees (2019) et d’autres invités.

Présentation des intervenant.e.s du DIU.

Yasir YOUSSIF, a  suivi une formation en 2018 avec Bastina Voyage, une association de tourisme solidaire en collaboration avec l’Université Paris Descartes dans le cadre du programme Migrantour. Il a exercé le métier de guide au MACVAl dans le  cadre de l’exposition Persona Grata en 2019. Il est depuis 2018 conférencier pour le programme Migrantour. Il est actuellement étudiant au  H2M, à l’INALCO et parle l’arabe et le Massalit.

Mahmoud ADIMO est titulaire d’une licence en économie de l’Université Omdorman Ahlia  à Khartoum au  Soudan. Il a travaillé avec le World Food Program en 2013 dans les camps au Darfour.  Il a de nombreuses expériences avec des associations en région parisienne. Il a travaillé comme interprète en 2017 et 2018 avec Emmaüs Solidarité dans le centre de premier accueil de la Porte de la Chapelle puis comme médiateur au sein de l’équipe des maraudes migrants de FTDA  de 2018 à 2020. Il a suivi une formation en « Droit des étrangers » et en « Analyse de pratiques formatives » à FTDA en 2018 et en 2019. Il est actuellement  étudiant  H2M a l’INALCO. Il parle bargo, zagawa, arabe et  anglais.  

Ali MOHAMED a fait des études jusqu’au baccalauréat au Soudan, puis une licence de droit au Caire. Il a travaillé comme bénévole dans le camp de déplacés de Kalma en 2004, où il a acquis une expérience dans le domaine social (humanitaire, assistance aux personnes handicapées et âgées), puis bénévole à l’association PSTIC, partenaire de l’UNHCR en Egypte puis comme intervenant social jusqu’en 2014.  En France, il a été bénévole pour Coalia pour l’interprétariat  anglais / arabe et un peu français /arabe pendant sa  procédure de demande d’asile. Il travaille  maintenant pour Emmaüs Solidarité. Il a également obtenu un  diplôme DAEU en Juin 2019 à l’université Paris Nanterre et suit actuellement la formation DIU H2M Hospitalité, médiations, migrations – Université Paris Descartes/ Inalco. En plus de l’arabe et de l’anglais, il parle four.

Zeinab MOHAMMED a obtenu son bac en biologie au Soudan. En France, elle est interprète arabophone et anglophone dans un centre d’hébergement d’urgence. Elle est également traductrice pour  l’association WATIZAT et médiatrice bénévole à La Cimade. Elle y développe son projet professionnel  qui est de mettre en relation des personnes accueillies avec les bénévoles de La Cimade, et de mobiliser les partenaires pour la mise en place d’actions dans et hors du centre. Elle est assistante planificatrice d’organisation des différentes animations et projets. Zeinab est également étudiante dans le DIU Hospitalité, médiations, migrations.

 

Dire, qualifier, transmettre… Les mots de l’exil des persanophones et des dariphones, 12 février 2020

Prochaine séance du séminaire doctoral / DIU – attention cette séance est réservée aux étudiants du diplôme interuniversitaire Hospitalité, Médiations, Migrations (H2M, Inalco – Université de Paris), du séminaire doctoral Inalco, et aux membres de LIMINAL. 

Dire, qualifier, transmettre… Les mots de l’exil des persanophones et des dariphones

12 février 2020 , 17-20h, salle L.04, Inalco Recherche 2 rue de Lille 75007 Paris

avec les étudiants du DIU H2M :
  • Abdul-Azam AZIZI
  • Mahtab GHORBANI
  • Nafisa MUNSIF
  • Sabria SHERZAD

Coordination : Azita BATHAÏE  (anthropologue, LIMINAL)

Nafisa Munsif a obtenu une Licence en Pharmacie à l’Université de Kaboul et un Master en Relations Internationales à l’Université Kâteb à Kaboul. Elle a une longue expérience dans les différentes ONG en Afghanistan. Elle a également travaillé dans les commissions électorales (Afghanistan Election Commission et Afghanistan Independant Human Right Commission). Elle est actuellement étudiante en H2M à l’INALCO.

Sabria Sherzad a travaillé comme interprète Dari-Hindi dans un hôpital de 2010-2011. Elle a obtenu son diplôme de sage-femme en 2014 à Kunduz en Afghanistan puis a travaillé à l’Hôpital privé Rahman Baba à Kunduz  en tant que sage-femme. Depuis son arrivée en France elle est étudiante L1 de persan et également étudiante en H2M à l’INALCO.

Abdul Azam Azizi a obtenu une Licence de Droit et de Sciences Politiques à l’Université de Kaboul. Il a également enseigné l’histoire et le persan au collège privé Danesh à Kaboul. Il est actuellement étudiant en relations internationales et prépare le diplôme H2M à l’ INALCO et à Paris Descartes. Il est le responsable exécutif de l’association culturelle Azadi.

Routes, campements, dispositifs de contrôle et d’entrave. Le régime frontalier en Europe / 18 octobre 2019, Calais

L’ANR LIMINAL/ Inalco s’associe à l’Observatoire des Territoires Frontaliers (ObsTerFro) soutenu par l’Institut Convergences Migrations, et au Laboratoire d’Anthropologie visuelle de l’Université de Gênes pour un séminaire public : 

 

Routes, campements, dispositifs de contrôle et d’entrave. Le régime frontalier en Europe 

le vendredi 18 octobre 2019 à 18h, au Centre Européen de Séjour de Calais, Rue du Maréchal de Lattre de Tassigny.

Entrée libre et ouverte à tous

 

Programme 

  • Présentation du projet « Observatoire des Territoires Frontaliers ». Luca Giliberti (Université de Gênes, URMIS, ObsTerFro-ICM)

Interventions : 

  • En route vers Calais. Regards ethnographiques à partir de l’Italie et de la Grèce. Luca Queirolo Palmas (Université de Gênes) et Federico Rahola (Université de Gênes)
  • Pratiques policières et mobilisations à la frontière franco-italienne. Points de vue croisés recherche-action dans le briançonnais et les Alpes-Maritimes. Agnès Antoine (Tous Migrants), Agnès Lerolle (CAFI, ObsTerFro-ICM) et Daniela Trucco (ERMES, ObsTerFro-ICM,  ANR Liminal)
  • Franchir la frontière à Calais. L’expérience des contrôles et des campements. Yasmine Bouagga (CNRS, Triangle, ENS Lyon, ANR Liminal)

Modératrice : Swanie Potot (CNRS, URMIS, ObsTerFro-ICM)

Discutante : Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma Inalco, ANR Liminal, ObsTerFro-ICM)

L’ Observatoire de Territoires Frontalies est un projet basé sur des actions de dialogue, mise en réseau et comparaison entre chercheurs et acteurs de terrain travaillant sur divers lieux-frontières en Europe, en particulier Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes et Calaisis. Le projet, réalisé à l’initiative de l’Observatoire des Migrations dans les Alpes-Maritimes, est financé par l’Institut Convergences Migrations. ObsTerFro prévoit quatre journées d’étude itinérantes – en relation aux territoires étudiées, pensées en synergie entre chercheurs et acteurs de terrain – avec des visites de terrain, des séminaires de discussion interne, des séminaires publics.

 

 

 Plus d’informations : 
https://obsmigration.hypotheses.org/969 

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en  migration

Colloque mi-parcours ANR Liminal, 10-11 septembre 2019

Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris – Amphithéâtre  7 + Auditorium, Entrée libre sans inscription

Depuis novembre 2017, les chercheur.e.s de Liminal, programme financé par l’Agence nationale de la recherche, étudient les interactions et les médiations langagières dans les temporalités de l’urgence, dans les centres et campements d’Ile de France, du Calaisis et de la frontière franco-britannique, à Briançon et à la frontière franco-italienne. Ces lieux sont autant d’espaces où la communication et la diffusion d’informations est à la fois vitale et entravée.  Aux contraintes physiques et psychiques qui s’exercent sur les sujets exilés s’ajoutent fréquemment des violences dans les langues et dans la traduction,  qu’elle soit insuffisante, inadaptée ou autour d’intraduisibles. Les langues dans l’urgence sont aussi, en conséquence, une urgence dans les langues.

A mi-parcours des travaux du programme Liminal, un premier état des lieux sur les langues dans l’urgence peut être envisagé dans ses différents aspects : juridiques et pratiques (accès à l’information, guides et niveaux de langues, outils de diffusion) ; structurels  (profils et fonctions des locuteurs engagés dans l’accueil et l’hébergement, représentations de la langue) ; de médiation (niveaux de traduction et de langues, médiateurs-pairs…) ; subjectifs (de position, d’engagement, de formes d’interaction) ; langagiers enfin, avec la création de nouveaux vocabulaires et de lexiques véhiculaires dans le vif de l’expérience. Glissements d’une langue à l’autre, emprunts et stratégies linguistiques par des populations multilingues, appropriation d’acronymes, détournements de sens, transformations des référents, caractérisent ces inventions élaborées pour et contre l’urgence, par utilité et résistance. Ces « bricolages » sont aussi ceux de salariés et aidants du premier accueil ; ils créent une zone de possibilités et d’incertitudes dans laquelle la communication non-verbale joue également un rôle important.

Cet espace des langues et des pratiques langagières, octroyé ou conquis, met à l’épreuve les représentations de la nation et de l’hospitalité, les constructions croisées de la figure « des migrants » et de l’étranger, de leurs langues et cultures. Il questionne les fonctions des acteurs locuteurs et la diversité de leurs statuts (interprètes, médiateurs, « traduisants » informels), leurs relations avec les acteurs non locuteurs (acteurs étatiques, associatifs, bénévoles, militants, chercheurs etc.). Plus généralement, cette crise des langues dans l’accueil interroge les modalités de gestion de la « crise » migratoire, entre obligations légales et évaluation des besoins. 

De fait, à travers les langues, ce qui se dessine est la place faite au sujet exilé, à la fois comme individu et comme élément d’un dispositif d’accueil lui-même en crise. C’est précisément sur ces enjeux que ce colloque entend revenir dans une perspective résolument multidisciplinaire réunissant dans chaque panel chercheurs et acteurs, réflexions et pratiques.

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

msaglio@inalco.fr; alexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Programme 

Continuer la lecture de L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

« Case » – récit / Shahzaman Haque

Mera case kon likhega ? Mera case bahut petchida hai –  « Qui va écrire mon récit ? Mon récit est très compliqué ». Cette phrase exprime l’inquiétude des migrants pakistanais lorsqu’ils comprennent qu’ils doivent produire un récit, écrit d’abord dans leur langue, puis en français.

Les exilés originaires d’Asie du sud, particulièrement ceux venant du Pakistan et de l’Afghanistan, mais aussi du Bangladesh, du Népal et de l’Inde emploient le terme anglais « case » /kεs/ qui signifie pour eux « récit ». Le récit est un élément crucial lors d’une demande d’asile. Il comporte des informations sur la nécessité de protection face à un parcours personnel, au sens de la Convention de Genève de 1951 qui stipule que le terme réfugié s’applique à toute personne qui « craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions publiques ». Il  est également normé, avec des attendus explicites ou implicites. Plusieurs associations mais aussi des « aidants » interviennent et avec l’aide d’un interprète, un récit est rédigé et traduit. On peut aussi signaler le « marché » parallèle des récits, où ceux ci, stéréotypés, sont revendus à différents tarifs. Le demandeur d’asile doit apprendre par cœur les informations racontées dans le récit.

Aucun dossier sans récit ne pouvant être accepté par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), le terme « case » prend une conséquence une connotation spécifique dans le langage des migrants. Il renvoie également au statut du requérant. Le « case » est en quelque sorte une clef de voûte sur laquelle repose tous leurs espoirs d’obtention de la protection du pays d’accueil.

En anglais, le terme « case » signifie ‘incident’, ‘situation’, ‘problème’. Dans le sous-continent indien, il est utilisé également dans le sens de « faire le procès de », il fait donc un lien avec le tribunal. Le glissement du sens premier « faire le procès de » au « récit » par des exilés pourrait venir de cet usage spécifique :  en dernier recours, les exilés peuvent avoir recours en France à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Il est possible de trouver le mot « case history » en anglais, qui désigne la trajectoire pathologique d’un patient suivi par un psychologue. Ainsi, la phrase Mere jo case ka story hai qui signifie « c’est l’histoire de mon récit », prononcée par des demandeurs d’asile pakistanais dans des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) comme introduction à leur récit. 

Dans l’usage familier, on désigne par « case » quelqu’un qui est « lourd » ou  « idiot ». Il existe un équivalent en français ‘cas’ : « ce type est un cas », un cas social, particulièrement stupide, problématique, incongru et inadéquat. Expression très courante en ourdou et en hindi « bahut bara case hai », elle n’a pas été entendue dans les centres d’hébergement plus qu’ailleurs, mais cette proximité est à souligner.  

Shahazaman Haque (Inalco / Liminal)

https://liminal.hypotheses.org/771