Archives par mot-clé : récit

“Case” – récit / Shahzaman Haque

Mera case kon likhega ? Mera case bahut petchida hai –  « Qui va écrire mon récit ? Mon récit est très compliqué ». Cette phrase exprime l’inquiétude des migrants pakistanais lorsqu’ils comprennent qu’ils doivent produire un récit, écrit d’abord dans leur langue, puis en français.

Les exilés originaires d’Asie du sud, particulièrement ceux venant du Pakistan et de l’Afghanistan, mais aussi du Bangladesh, du Népal et de l’Inde emploient le terme anglais « case » /kεs/ qui signifie pour eux « récit ». Le récit est un élément crucial lors d’une demande d’asile. Il comporte des informations sur la nécessité de protection face à un parcours personnel, au sens de la Convention de Genève de 1951 qui stipule que le terme réfugié s’applique à toute personne qui « craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions publiques ». Il  est également normé, avec des attendus explicites ou implicites. Plusieurs associations mais aussi des “aidants” interviennent et avec l’aide d’un interprète, un récit est rédigé et traduit. On peut aussi signaler le « marché » parallèle des récits, où ceux ci, stéréotypés, sont revendus à différents tarifs. Le demandeur d’asile doit apprendre par cœur les informations racontées dans le récit.

Aucun dossier sans récit ne pouvant être accepté par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), le terme « case » prend une conséquence une connotation spécifique dans le langage des migrants. Il renvoie également au statut du requérant. Le « case » est en quelque sorte une clef de voûte sur laquelle repose tous leurs espoirs d’obtention de la protection du pays d’accueil.

En anglais, le terme « case » signifie ‘incident’, ‘situation’, ‘problème’. Dans le sous-continent indien, il est utilisé également dans le sens de « faire le procès de », il fait donc un lien avec le tribunal. Le glissement du sens premier « faire le procès de » au « récit » par des exilés pourrait venir de cet usage spécifique :  en dernier recours, les exilés peuvent avoir recours en France à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Il est possible de trouver le mot « case history » en anglais, qui désigne la trajectoire pathologique d’un patient suivi par un psychologue. Ainsi, la phrase Mere jo case ka story hai qui signifie « c’est l’histoire de mon récit », prononcée par des demandeurs d’asile pakistanais dans des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) comme introduction à leur récit. 

Dans l’usage familier, on désigne par « case » quelqu’un qui est « lourd » ou  « idiot ». Il existe un équivalent en français ‘cas’ : « ce type est un cas », un cas social, particulièrement stupide, problématique, incongru et inadéquat. Expression très courante en ourdou et en hindi « bahut bara case hai », elle n’a pas été entendue dans les centres d’hébergement plus qu’ailleurs, mais cette proximité est à souligner.  

Shahazaman Haque (Inalco / Liminal)

https://liminal.hypotheses.org/771

Colloque “Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre” 28-29 mai 2018

Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre.

Les sciences humaines et sociales face aux récits de violence

28-29 mai 2018, Amphi Turing (bât. Sophie Germain) Université Paris Diderot (entrée libre, sans inscription).

Programme : 

28 mai 2018

 9h00 – Ouverture du colloque :  Sibel Agrali, directrice du Centre de soins Primo Levi

9h10- Introduction : Laetitia Bucaille (PU histoire, CESSMA-Inalco) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (PU anthropologie, psychologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL)

 9h30 –Panel 1- Le récit de violence, une mise à l’épreuve du locuteur et de son auditoire

Modératrice : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky  / Discutante : Nisrine Al Zahre (linguiste, EHESS, LIMINAL)

– Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL) – S’exposer à entendre. Conditions de réception et représentations des sujets en migration 

– Bertrand Piret (psychiatre, psychanalyste, membre fondateur de Parole sans frontière, Strasbourg) – Spécificités de l’écoute psychanalytique de la violence  

10h45 – Pause Café

– Arnold Castelain (psychologue clinicien, SOS Solidarités) – Psychotrauma, jeté de poudre aux yeux et temporalité psychique

 – Daria Rostirolla (psychologue, anthropologue, Centre F. Minkowska) – L’intervention clinique face au récit de violence : approche narrative et construction de soi

12h 30 – Déjeuner

14h – Panel 2- Le récit et ses cadres : médium de sortie de la violence

Modératrice: Raffaela Cucciniello (psychologue clinicienne, anthropologue, CMP la Chapelle) / Discutante : Elise Pestre (MdC Psychologie clinique, psychanalyste, CRPMS Université Paris Diderot, LIMINAL, CET)

Christine Davoudian (médecin, psychothérapeute, Médecins du Monde) – Au sortir de l’enfer : réapprendre à parler

 – Omar Guerrero (psychologue, psychanalyste, Centre Primo Levi) –  La valeur thérapeutique du récit 

 15h15- Pause Café

 – Alessandro Triulzi ( PU histoire, Université de Naples l’Orientale) – Les mots pour le dire : un ‘cercle narratif’ avec des arrivants somaliens à Rome 

–  Colette Le Petitcorps (sociologue, Université de Lisbonne) – Violences psychologiques au travail et isolement social, L’énoncé difficile des récits de bonnes à l’Ile Maurice

17h- 18h- Projection-débat – Kwibuka de Michelle Muller, 36 mn, 2017
Le film retrace la genèse de l’atelier de mémoire créé en 2014 lors de la 20e commémoration du génocide des Tutsi. Après une année de thérapie et un voyage de mémoire, le groupe des grandes mamans a mis en œuvre en 2012 la première cérémonie Kwibuka à la Maison de quartier, qui depuis se déroule chaque année.

Projection suivie d’un débat avec la réalisatrice

 29 mai 2018

Continuer la lecture de Colloque “Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre” 28-29 mai 2018