Archives par mot-clé : Traduction

Procédure de demande d’asile et interprétariat / Barreau de Paris & LIMINAL, 6 nov. 2019

Procédure de demande d’asile et interprétariat

Formation au droit d’asile

Liminal s’associe à la formation continue du barreau de Paris pour une séance le Mercredi 6 novembre 2019 de 18h à 21h, Maison du Barreau, 2 rue de Harlay 75001 Paris, Auditorium Louis-Edmond Pettiti. Entrée libre.

Modérateur : Marianne Lagrue, Membre du conseil de l’Ordre

Intervenants :

 Azita Bathaie

Anthropologue. Spécialiste des migrations afghanes (en Iran, en Grèce et à Paris). Pour LIMINAL elle participe activement à la constitution de la base lexicale ainsi qu’à l’analyse des inscriptions en dari. Elle intervient également sur la méthodologie d’une anthropologie des terrains de la migration.

Bénédicte Diot Parvaz-Ahmad

soutiendra prochainement une thèse sur thèse sur l’élaboration d’un glossaire multilingue du droit pénal en hindi, urdu, pendjabi et français. Interprète expert près la Cour d’Appel de Paris depuis 2009 puis traductrice expert depuis 2012. Membre de LIMINAL

Pauline Doyen

Auteure pour LIMINAL d’un état des lieux des guides multilingues à destination des demandeurs d’asile (juin 2018), coordinatrice association WATIZAT (édite mensuellement, le guide  de la demandeuse  et du demandeur d’asile). Membre de LIMINAL

Rohulah Sidiqullah

Etudie le système d’intégration des refugiés afghans, a travaillé dans le système d’intégration en Norvège comme traducteur, comme enseignant de langue maternelle, en Afghanistan avec les organisations internationales comme UNDP, IRC (International Rescue Committee) et Afghanistan Peace and Reintegration Programme. Membre de LIMINAL.

programme

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en  migration

Colloque mi-parcours ANR Liminal, 10-11 septembre 2019

Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris – Amphithéâtre  7 + Auditorium, Entrée libre sans inscription

Depuis novembre 2017, les chercheur.e.s de Liminal, programme financé par l’Agence nationale de la recherche, étudient les interactions et les médiations langagières dans les temporalités de l’urgence, dans les centres et campements d’Ile de France, du Calaisis et de la frontière franco-britannique, à Briançon et à la frontière franco-italienne. Ces lieux sont autant d’espaces où la communication et la diffusion d’informations est à la fois vitale et entravée.  Aux contraintes physiques et psychiques qui s’exercent sur les sujets exilés s’ajoutent fréquemment des violences dans les langues et dans la traduction,  qu’elle soit insuffisante, inadaptée ou autour d’intraduisibles. Les langues dans l’urgence sont aussi, en conséquence, une urgence dans les langues.

A mi-parcours des travaux du programme Liminal, un premier état des lieux sur les langues dans l’urgence peut être envisagé dans ses différents aspects : juridiques et pratiques (accès à l’information, guides et niveaux de langues, outils de diffusion) ; structurels  (profils et fonctions des locuteurs engagés dans l’accueil et l’hébergement, représentations de la langue) ; de médiation (niveaux de traduction et de langues, médiateurs-pairs…) ; subjectifs (de position, d’engagement, de formes d’interaction) ; langagiers enfin, avec la création de nouveaux vocabulaires et de lexiques véhiculaires dans le vif de l’expérience. Glissements d’une langue à l’autre, emprunts et stratégies linguistiques par des populations multilingues, appropriation d’acronymes, détournements de sens, transformations des référents, caractérisent ces inventions élaborées pour et contre l’urgence, par utilité et résistance. Ces « bricolages » sont aussi ceux de salariés et aidants du premier accueil ; ils créent une zone de possibilités et d’incertitudes dans laquelle la communication non-verbale joue également un rôle important.

Cet espace des langues et des pratiques langagières, octroyé ou conquis, met à l’épreuve les représentations de la nation et de l’hospitalité, les constructions croisées de la figure « des migrants » et de l’étranger, de leurs langues et cultures. Il questionne les fonctions des acteurs locuteurs et la diversité de leurs statuts (interprètes, médiateurs, « traduisants » informels), leurs relations avec les acteurs non locuteurs (acteurs étatiques, associatifs, bénévoles, militants, chercheurs etc.). Plus généralement, cette crise des langues dans l’accueil interroge les modalités de gestion de la « crise » migratoire, entre obligations légales et évaluation des besoins. 

De fait, à travers les langues, ce qui se dessine est la place faite au sujet exilé, à la fois comme individu et comme élément d’un dispositif d’accueil lui-même en crise. C’est précisément sur ces enjeux que ce colloque entend revenir dans une perspective résolument multidisciplinaire réunissant dans chaque panel chercheurs et acteurs, réflexions et pratiques.

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

msaglio@inalco.fr; alexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Programme 

Continuer la lecture de L’urgence dans les langues : interactions, médiations et inventions langagières en migration : Colloque anr Liminal, 10-11 septembre 2019

Interprétation / Médiation en contexte migratoire. Retour sur table-ronde

Retour, en photographie, sur la table-ronde du 15 février 2019, table ronde :

Interprétation/Médiation en contexte migratoire

animée par Delombera Negga (PLIDAM, Inalco) avec les membres de l’ANR LIMINAL (de gauche à droite) : Rohullah Sidiqullah (LIMINAL),  Shahzaman Haque (PLIDAM, Inalco), Anne Pauwels (SOAS), Héba Medhat-Lecocq (PLIDAM, Inalco), Nisrine Al Zahre (EHESS),

dans le cadre du colloque Former des traducteurs et des interprètes : des prérequis au marché du travail, Inalco 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, 16h50-17h50

“Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

 

GHARIB – L’exilé

Dans les campements provisoires des exilés à Paris, à Calais, Grande Synthe, dans les centres d’accueil, on entend souvent le terme gharib, employé  à la fois en référence au fait d’être exilé et pour désigner la condition de l’exil.  Ce sens n’est pas le plus évident car le premier usage de « gharib » dans les zones ourdouphones / hindiphones  désigne le pauvre dans sa dimension matérielle. « Gharib » au sens d’exilé est employé par les migrants afghans persanophones (et dariphones, variante afghane du persan) ainsi que par les arabophones de divers pays. Il est un terme parmi d’autres, comme par exemple le terme muhajjir  de l’arabe « voyageur »,  employé par les exilés eux-mêmes afin de se définir et de définir leur condition d’exilés. Toutefois, gharib est un terme dont la polysémie exprime les évolutions sémantiques en fonction du parcours et de la situation d’exil. Trois utilisations de ce terme en langues persane, ourdoue et arabe, entendues dans les conversations avec des exilés dans les centres d’hébergement renseignent sur ses divers sens.

Man dar in chahr gharib am,  que l’on peut traduire par « Je ne connais personne dans cette ville » : c’est un exilé afghan qui s’exprime en dari , dans le Centre d’Hébergement d’Urgence pour Migrants  Jean Quarré à Paris. Gharib signifie ici  « seul, esseulé «

Nahnu rajulun gharibun  c’est-à-dire « Nous sommes des étrangers » dit un  exilé soudanais en arabe dans un centre d’hébergement parisien.

Ham ider gharib ha, jab bahar jate ha to log sida dekhte ha ki ham bahar se aya aur police hamko rukhte ha. Isliye hamesha gharib mehsous karte ha  autrement dit « nous sommes des étrangers, lorsque nous sortons, les gens voient tout de suite qu’on est venus d’ailleurs et la police nous arrête. C’est pourquoi nous nous sentons toujours étrangers/exilés » précise, en ourdou, un  exilé afghan de Peshawar (Pakistan) dans un centre d’hébergement.

Harf-hô-ye ‘ajib o gharib mizanad  ou « Il/elle raconte des choses assez étranges » raconte un  exilé afghan sur son voisin de chambre dans un centre. Ici, Gharib (souvent précédé de ‘ajib) signifie étrange.

Ainsi, dans un terme désignant l’exil, on retrouve les thématiques de la solitude et de l’étrangeté, deux conditions présentes dans les discours et les parcours de vie des individus rencontrés sur les routes de la migration. Gharib désigne en effet le fait d’être en exil, avec un sens d’étrangeté, voire d’outsider, le fait d’être loin de chez soi et de se sentir extérieur au pays d’accueil.

Selon le dictionnaire Larousse Arabe/Français-Français/Arabegarib غريب de la racine arabe gh-r-b signifie abracadabrant, barbare, bizarre, curieux, étrange ou encore insolite, original. La polysémie du terme révèle l’aspect protéiforme de cette notion qui renvoie à la fois à celle d’étrangeté, de peu ordinaire, voire extravagant, inouï. L’exilé est alors par son altérité radicale, mais aussi sa condition caractérisée par le déracinement, un individu d’exception, en soi excentrique puisqu’excentré. L’exil provoque un sentiment inquiétant, qui dérange et inquiète. Ainsi le lexique et la polysémie de gharib expriment l’anomalie que représente la situation de l’exil. Le fait de quitter sa terre natale, de vivre au milieu d’une société, de groupes d’individus qui ne sont pas siens par les liens du sang, de l’alliance ou d’un corpus de valeurs et de pratiques sociales communes, constitue comme une fausse note, une erreur, une privation. On retrouve la même pluralité de sens dans l’usage du mot en exil que dans la terminologie plus littérale, avec une association entre le fait de venir d’ailleurs, l’étrangeté et la solitude.

Ce répertoire de la langue parlée est à relier avec la poésie classique persane, dans laquelle l’exil est un thème central : l’exil est associé à une nostalgie, celle de l’amant qui se trouve loin de sa bien-aimée, et d’un point de vue métaphysique, celle de l’âme exilée dans le monde qui a perdu le lien avec le divin. Ainsi, ces constructions sont « transportées » dans les lieux de l’exil et en colorent l’expérience. Il est intéressant de noter que ces champs lexicaux croisés se retrouvent chez des locuteurs de l’ourdou, de l’arabe ou du persan / dari. Ces éléments montrent qu’un répertoire commun de sensations et de représentations de l’exil est partagé dans l’expérience de la migration. Alors que certains termes se métamorphosent en même temps que l’individu est transformé par l’expérience de l’exil, d’autres, comme gharib, accompagnent les individus au fil de la migration.

Gharb en arabe évoque aussi l’Occident, que l’on retrouve dans le terme Maghreb, le Machrek étant l’Orient. Exil est donc issu de la même racine qu’Occident, ce qui provoque un redoublement, un rappel sémantique contenu dans la plurivocité du terme, comme si l’on ravivait une blessure. L’exilé est en exil dans un lieu qui contient l’exil dans sa désignation même.

Le terme utilisé dans le contexte français par les exilés afghans, iraniens, pakistanais, soudanais ou arabes du Moyen-Orient ou du Maghreb renvoie de façon plus ou moins directe à cette nostalgie de la terre perdue et du sentiment d’étrangeté en terre inconnue et vécue comme inhospitalière. Le terme gharib rappellerait ainsi l’expérience commune qui unit les individus par l’expérience de l’exil, malgré la diversité de leurs provenances et de leurs subjectivités.

Laurence Lécuyer (Cessma Inalco, Liminal) et Amir Moghani (Cerlom, Inalco, Liminal)

 

 

Continuer la lecture de “Garhib” – l’EXILE / Laurence Lécuyer & Amir Moghani

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire/ Ateliers 24 Nov., Calais

Traduire, comprendre, partager : les langues dans le parcours migratoire. 

Samedi 24 novembre, 10h-17h30, Accueil de jour 47 rue de Moscou, Calais

1ère séance du séminaire 2018-2019, Ateliers  en partenariat avec le Secours Catholique Calais et la Plateforme Service Migrant.  

Programme : 

Atelier 1: 10h – Situation dans les pays de la corne de l’Afrique  

Atelier 2 : 12h30 – Cuisine et repas partagé (inscription obligatoire)

Atelier 3 : 14h – Le seuil des langues : questions de traduction, de circulation de l’information, de malentendus, de façon de faire 

Cette journée sera animée par des chercheur.e.s, anthropologues, interprètes de l’INALCO avec la PSM et le Secours Catholique,  et est destinée à tous les acteurs  : exilé.es., associatifs, bénévoles. L’accès est libre et gratuit. 

Avec (pour Liminal) : Nisrine Al-Zhare, Yasmine Bouagga, Alexandra Galitzine-Loumpet, Hirut Kebede, Hayatte Lakraa, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Mhmoud Adimou. 

Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

La troisième séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 09 avril 2018 de 13h30 à 16h30, salle des plaques Inalco 2 rue de Lille 75007 Paris (entrée libre).

 « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction  

avec :

  • Jocelyne CLEMENT (psychologue clinicienne),
  • Mariam DEMBELE (sciences politiques, interprète)
  • Hala TREFI GHANNAM   (interprète, traductrice)
  • Nil DENIZ (traductrice, interprète, médiatrice)

Séance coordonnée par Nisrine Al Zahre, docteur en linguistique formelle, EHESS et ENS)

 Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / LIMINAL (4) : « Tu n’es qu’un dictionnaire ! » :  représentations de l’interprète et de la traduction 

SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

la seconde séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 19 février 2018 de 13h30 à 16h30.  Attention la salle à changé Les Salons, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

Migrations dans et de la Corne de lAfrique : langues et parcours

 Séance coordonnée par Delombera NEGGA (PLIDAM, Membre de LIMINAL)

Programme : 

13h30 – 14h15 : Les migrations de la Corne de lAfrique : le cas particulier de la migration féminine à destination du monde arabe

avec Bezunesh Tamru, (Pr Université Paris 8, UMR 7075-Ladyss). 

Dans cette présentation, il s’agira en premier d’introduire un tour d’horizon des migrations dans la Corne de l’Afrique. Les déplacements des jeunes femmes en particulier éthiopiennes et somaliennes vers Djibouti et le monde arabe seront par la suite exposés en insistant sur leurs modes de réinsertion lors « des retours » dans leurs pays d’origine. En troisième partie, nous discuterons, à partir d’une étude en cours, les cas des migrantes avec une expérience dans le monde arabe et ayant choisi une nouvelle destination européenne.

14h15 – 14h45 : L‘appropriation d‘un langage transfrontalier comme une nécessité de survie : le cas des migrants éthiopiens et érythréens

avec Samson Giorgis (réalisateur, interprète médiateur)

Continuer la lecture de SEMINAIRE DOCTORAL INALCO-ANR LIMINAL (2) : MIGRATIONS DANS ET DE LA CORNE DE L’AFRIQUE : LANGUES ET PARCOURS

Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

La première séance du séminaire doctoral Inalco / ANR LIMINAL aura lieu le 22 janvier 2018 de 14h à 17h (salle des plaques, 2 rue de Lille 75007 Paris) – entrée libre.

 Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention 

séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA),

avec  :

  • Wenjing GUO (centre de la Rochefoucault, Association Aurore anthropologue) : 
  •  Bénédicte PARVAZ AHMAD (ANR LIMINAL, ERTIM/ INALCO) :  Rôles et difficultés des interprètes auprès des demandeurs d’asile
  • Anaïk PIAN (U. de Strasbourg,) : Interpréter l’asile. Des trajectoires aux pratiques, logiques institutionnelles et logiques d’acteurs. 

Présentation des intervenantes

Continuer la lecture de Séminaire doctoral Inalco / ANR Liminal (1) : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention. 22 janvier 2018

Séminaire doctoral ANR Liminal – Inalco Janvier/ Juin 2018

Le séminaire doctoral Inalco de l’ANR LIMINAL débutera en janvier 2018. Il se tiendra , sauf mention contraire, au pôle recherche de l’Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salle des plaques.

Le séminaire doctoral s’adresse à tous les étudiants doctorants, chercheurs et acteurs et plus généralement à l’ensemble des publics intéressés par la spécificité des médiations et des interactions avec les populations dites migrantes ou exilées dans un contexte d’urgence. Chaque séance est coordonnée par un des chercheurs de l’ANR LIMINAL (2017-2020) autour d’une problématique spécifique (le terrain anthropologique sensible auprès des demandeurs d’asile, les enjeux de la traduction en contexte de migration, les ressentis et positionnements de l’interprète). Chaque séance ouvre le dialogue entre les chercheurs et les acteurs de terrain invités (un interprète en centre d’accueil ou en foyer, directeur d’association, acteur institutionnel, etc.).Le séminaire est libre et ouvert à toutes et tous.  

Voici les dates et l’avant-programme.  Chaque séance fera l’objet d’une annonce spécifique.

22 janvier 2018 /  14h-17h : Intermédiaires, interprètes, médiateurs ? Statuts et champs d’intervention (séance introductive coordonnée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet CESSMA), avec Wenjing Guo (centre de la Rochefoucault, Association Aurore), Bénédicte Parvaz Ahmad (ANR LIMINAL, ERTIM), Anaïk Pian (U. de Strasbourg, ANR Babels)

19 février 2018 / 13h30-16h30Migrations dans et de la Corne de l’Afrique : langues et parcours (après-midi d’étude coordonnée par Delombera Negga PLIDAM) avec : Joseph Alemu (interprète, traducteur, médiateur), Bezunesh Tamru (U. Paris 8 Vincennes), Alessandro Triulzi (U. de Naples “L’Orientale”, Archivio delle memorie migrante)

19 mars 2018 / 13h30-16h30 : Médiation et représentation. Comment faire entendre la voix des exilés ? Séance organisée par Yasmine Bouagga (CNRS- ENS Triangle) :  avec Moussa Abdallah Mahdi (ancien relais communautaire soudanais à Calais) et Myriam Rachih, médiatrice du Secours Catholique- Calais.

9 avril 2018/ 13h30-16h30“Tu n’es qu’un dictionnaire !” :  représentations de l’interprète et de la traduction  (séance coordonnée par Nisrine Al Zahre/ EHESS) avec  Jocelyne Clément (psychologue clinicienne), Hala Trefi Ghannam (interprète, traductrice), Mariam Dembele (sciences politiques, interprète) et Nil Denis (traductrice, interprète, médiatrice)

28-29 mai 2018 : Violence & récit : recueillir, traduire, transcrire, colloque international en partenariat avec l’axe “Spatialité, domination et violence” (CESSMA)  (Colloque coordonné par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Laetitia Bucaille et Elise Pestre) Programme ici 

22 juin 2018 / 14h-18h  : Migrations en Afghanistan : culture, décisions et politiques, en partenariat avec le Ceri Sciences-Po.: avec Schuster  (University of London),  Belgheis Alavi Jafari (Kaboul University)  et la projection du film Welcome in Paristan, de Mohamad Reza Safibdad (2017 – 75 min ) en présence du réalisateur.  Séance organisée par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Liminal, Inalco) et Hélène Thiollet (Ceri, Sciences Po) – Sciences Po, Amphi Jean Moulin, 13 rue de L’Université 75007  Entrée libre avec inscription ici

Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction. Colloque international 7-9 décembre 2017, INALCO

Trois membres du programme ANR LIMINAL interviennent dans le colloque international  “Politique européenne d’accueil, Ethique de la traduction” coorganisé par Organisé par le Groupe SOS Jeunesse, l’Inalco,  laTechnische Universität Dresden, en partenariat avec ISM Interprétariat, qui aura lieu du 7 au 9 décembre 2017 dans le grand auditorium de l’INALCO.

Amir Moghani (CERLOM) coordinateur de l’axe 2 de LIMINAL en est l’un des coordinateurs scientifiques. Il interviendra en ouverture du colloque, le 7 décembre 2017.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (CESSMA), coordinatrice scientifique de LIMINAL,  présentera le 8 décembre, à 11h15, une communication intitulée  Quelles traductions pour quelles cultures et pour quelles langues ? Les aménagements d’une consultation de psychotrauma.

Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA) co-coordinatrice de LIMINAL, interviendra le 9 décembre à 14h intitulée Langues en situation migratoire et enjeux de pouvoirs  et présentera succintement le programme LIMINAL.

Programme général ici : http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/programme_colloque_ethique_traduction.pdf

A signaler : Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles à l’adresse : colloque.jeunesse@groupe-sos.org
Gratuit pour les étudiants, participation de 40 euros pour les professionnels