Archives par mot-clé : violence

Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

Lingua (non) grata.

 Les langues à l’épreuve des politiques migratoires

Colloque international de clôture de l’ANR LIMINAL, 14-15 septembre 2021

Ce colloque sera l’occasion d’engager plusieurs actions en faveur de l’Afghanistan

Coordination scientifique :
 Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky & Alexandra Galitzine-Loumpet  / Conception graphique : Laura Genz 

 

Grand Auditorium de l’ Inalco, 65 rue des grands moulins 75013 Paris- Entrée libre sur inscription  : ici   

– Passe sanitaire ou PCR exigé

Retransmission en direct : https://www.youtube.com/c/Inalco_officiel

 

Contacts: msaglio@inalco.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr 

Programme : Livret colloque Liminal 2021-def13-210910

Argumentaire

Que font aux langues les espaces sociaux de la migration ? De quelles façons mettent-elles à l’épreuve les politiques migratoires ? Que deviennent les sujets et les langues sur le qui-vive face à la langue de souveraineté du pays d’arrivée ? Quelles sont les politiques de traduction, le rôle des « traduisants », bénévoles ou salariés impliqués dans l’acte de traduire sans en avoir ni le statut ni la légitimité ? L’expérience migratoire invente-t-elle des bricolages linguistiques spécifiques – un parler de la migration composé d’acronymes, de mots inventés, détournés ou codés, de schibboleths, utilisés par les exilés mais aussi, parfois, par les solidaires et les administrations de l’asile ? Et si c’est le cas, comment qualifier ce « migralecte », le collecter et l’analyser, restituer sa charge subjective, ses violences – coloniales, racialisées, policières –, et ses puissances – de dérision, de résistance, de subversion ?

Ces questions ont mobilisé les chercheurs du programme multidisciplinaire LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, Agence nationale de la recherche / Inalco) pendant quatre intenses années. Aux frontières franco-italiennes et franco-britanniques, dans les campements et structures d’Ile de France, dans des centres d’accueil parfois isolés, à Calais, Paris ou Vintimmille, les membres de l’équipe ont repéré ces mots utilisés à l’oral, observé leurs usages et élaboré une méthodologie d’analyse avec les locuteurs exilés et réfugiés. Ce programme résolument et nécessairement collaboratif a appréhendé la place des langues pour ce qu’elle est : une question politique, celle du sens, entre subalternisation et gestion des indésirables. Partir de la langue c’est en effet aborder « la vie souterraine » des exilés selon l’expression d’Erving Goffman, celle qui n’est pas connue des « dominants » de l’asile ; prendre pleine mesure de sa centralité, c’est également interroger sa minoration dans les études des migrations ; évaluer les manques de traduction, c’est enfin s’engager dans la formation de médiateurs pairs, c’est-à-dire dans une professionnalisation des traduisants, tel que le propose le DU Hospitalité, médiations, migrations (Inalco) depuis deux ans maintenant.

Pour présenter les résultats de LIMINAL et réfléchir aux enjeux du cosmolinguisme constitutif des situations de migration, le colloque s’articulera autour de plusieurs ateliers, nommés par quelques-uns des plus de 400 mots du migralecte constitué  : welcomeborder,  violence – en anglais et en français, mais utilisés ou compris dans bien d’autres langues ; tarjuman en farsi, tarjoman en pachto, dalmechar en ourdou – l’interprète au sens large ; shiou’iyin littéralement le « communiste » en arabe soudanais, terme désignant bénévoles et militants ; agent, en anglais, ourdou et persan, muharrib en arabe  ou  samssari en tigrinya – le passeur,  opposé au sens plus neutre du fonctionnaire de police ou de l’agent de sécurité en français;  muhajir, l’exilé, le réfugié en arabe mais aussi en dari et pachto  ; Yunan – la Grèce, antique terme qui viendrait de Ionie ; yôdegôri en farsi « souvenir de », et enfin boza, migralecte aux sens multiples… Ces table-rondes, avec des communications courtes et des coordonateurs-intervenants, regrouperont différents acteurs de la solidarité et de la recherche, du documentaire et de l’art, dans la droite ligne des ateliers réflexifs du Briançonnais (14-16 mai 2021). Entre lingua franca et persona non grata, la Lingua (non) grata, intitulé du colloque comme de l’ouvrage collectif* à paraitre fin 2021, entend contribuer à « déprovincialiser » – au sens de Dipesh Chakrabarty –, la xenobureaucratie et ainsi à penser les conditions politiques d’une hospibabélité.

*Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration, sous la dir. de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Alexandra Galitzine Loumpet, Presses de l’Inalco, à paraître fin 2021.

Programme

version pdf : Livret colloque Liminal 2021

14 septembre 2021

Continuer la lecture de Lingua (non) grata. Les langues à l’épreuve des politiques migratoires. Colloque international de clôture ANR LIMINAL, 14-15 sept. 2021, Inalco

POLITIQUES DU REFUGE / SÉMINAIRE DE RECHERCHE 23-25 MAI 2019, LE CHANNEL – CALAIS

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal, NLE
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Colloque « Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre » 28-29 mai 2018

Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre.

Les sciences humaines et sociales face aux récits de violence

28-29 mai 2018, Amphi Turing (bât. Sophie Germain) Université Paris Diderot (entrée libre, sans inscription).

Programme : 

28 mai 2018

 9h00 – Ouverture du colloque :  Sibel Agrali, directrice du Centre de soins Primo Levi

9h10- Introduction : Laetitia Bucaille (PU histoire, CESSMA-Inalco) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (PU anthropologie, psychologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL)

 9h30 –Panel 1- Le récit de violence, une mise à l’épreuve du locuteur et de son auditoire

Modératrice : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky  / Discutante : Nisrine Al Zahre (linguiste, EHESS, LIMINAL)

– Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA-Inalco, LIMINAL) – S’exposer à entendre. Conditions de réception et représentations des sujets en migration 

– Bertrand Piret (psychiatre, psychanalyste, membre fondateur de Parole sans frontière, Strasbourg) – Spécificités de l’écoute psychanalytique de la violence  

10h45 – Pause Café

– Arnold Castelain (psychologue clinicien, SOS Solidarités) – Psychotrauma, jeté de poudre aux yeux et temporalité psychique

 – Daria Rostirolla (psychologue, anthropologue, Centre F. Minkowska) – L’intervention clinique face au récit de violence : approche narrative et construction de soi

12h 30 – Déjeuner

14h – Panel 2- Le récit et ses cadres : médium de sortie de la violence

Modératrice: Raffaela Cucciniello (psychologue clinicienne, anthropologue, CMP la Chapelle) / Discutante : Elise Pestre (MdC Psychologie clinique, psychanalyste, CRPMS Université Paris Diderot, LIMINAL, CET)

Christine Davoudian (médecin, psychothérapeute, Médecins du Monde) – Au sortir de l’enfer : réapprendre à parler

 – Omar Guerrero (psychologue, psychanalyste, Centre Primo Levi) –  La valeur thérapeutique du récit 

 15h15- Pause Café

 – Alessandro Triulzi ( PU histoire, Université de Naples l’Orientale) – Les mots pour le dire : un ‘cercle narratif’ avec des arrivants somaliens à Rome 

–  Colette Le Petitcorps (sociologue, Université de Lisbonne) – Violences psychologiques au travail et isolement social, L’énoncé difficile des récits de bonnes à l’Ile Maurice

17h- 18h- Projection-débat – Kwibuka de Michelle Muller, 36 mn, 2017
Le film retrace la genèse de l’atelier de mémoire créé en 2014 lors de la 20e commémoration du génocide des Tutsi. Après une année de thérapie et un voyage de mémoire, le groupe des grandes mamans a mis en œuvre en 2012 la première cérémonie Kwibuka à la Maison de quartier, qui depuis se déroule chaque année.

Projection suivie d’un débat avec la réalisatrice

 29 mai 2018

Continuer la lecture de Colloque « Violence et récit : recueillir, transcrire, transmettre » 28-29 mai 2018